MAHAMMED DIONNE DÉFIE WADE À KÉBEMÉR : « Mon homonyme le laminait ici, je ne ferai pas moins »


MAHAMMED DIONNE DÉFIE WADE À KÉBEMÉR : « Mon homonyme le laminait ici, je ne ferai pas moins »
Le symbole est fort : Mahammed Boun Abdallah Dionne bande les muscles à Kébémer et défie publiquement Abdoulaye Wade. Quelle image ! Elle reflète le changement de forces intervenu en 2012 puis consolidé grâce à l’exécution de programmes tels le PUDC, la CMU, les Bourses familiales…

Le terrain de basket qui fait face à la préfecture est noir de monde. Des hommes et des femmes, à l’effigie de Benno Bokk Yakaar (BBY) témoignent leur engouement et leur joie d’accueillir la tête de liste de la coalition. Une affluence folle qui, sans doute, est la résultante du trait commun entre le Premier ministre Mahammed Dionne et son mentor, le Président Macky Sall : «travailler efficacement sans faire de bruit».

Quoi qu’il en soit, le chef du gouvernement, très en verve ouvre d’emblée les hostilités pour envoyer l’ancien Président de la République, Abdoulaye Wade, dans les cordes. «Regardez la Préfecture, devant vous. Elle est vétuste et remonte à la période coloniale. Allez voir la Préfecture de Fatick, où est né le Président Macky Sall. Excepté le haras, que vous a légué Me Abdoulaye Wade, en tant que fils de Kébémer et ancien chef de l’Etat ?».

Aujourd’hui, poursuit le Premier ministre, «ce sont ceux là qui, douze années durant ont exercé le pouvoir sans jamais sortir les populations de leurs difficultés qui se pavanent à travers le pays pour solliciter vos voix. Refusez chers concitoyens ! Ils ont tous été à des postes de responsabilités. On les connait». Devenant plus ferme et déterminé, Mahammed Dionne prévient le Pape du Sopi qui depuis quelques jours invitent les gens à marcher qu’il «sache raison garder, car force restera à la loi».

Le PM convoque l’histoire pour remettre en cause l’affirmation selon laquelle «la ville de Kébémer est la chasse gardée de Me Wade». A l’en croire, son homonyme, Ahmed Diop, ancien questeur de l’Assemblée nationale, a toujours laminé le vieux libéral. «Bon sang ne saurait mentir. Je marcherai sur les pas de mon homonyme et le forcerai à la retraite politique».

Si la commune de Kébémer est jusque là l’une des villes les moins modernes du pays, M. Dionne rassure les populations que des «plans-programme comme Promovilles, permettront de régler définitivement les problèmes d’assainissement, d’éclairage public, de construire des routes et d’autres infrastructures. A l’attention des femmes et des jeunes du département le chef du gouvernement informe que «le budget de 2018 sera consacré à une politique sociale consistant à combler leurs besoins en financement. Ce qui cadre justement avec la déclinaison de l’axe 2 du Plan Sénégal Emergent qui vise un développement inclusif.

Avant l’étape de Kébémer, la caravane de Benno a été reçu à Gateigne, dans le département de Tivaouane, où elle a enregistré le ralliement de Thione Dieng, jusque là membre du Parti démocratique Sénégalais et Président de l’Association des éleveurs du département.

 
Samedi 22 Juillet 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :