Lutte contre le tabac : Une ONG veut faire du Sénégal un modèle régional en matière de lutte


 Lutte contre le tabac : Une ONG veut faire du Sénégal un modèle régional en matière de lutte
La plus grande conférence de lutte contre le tabac, s’est ouverte à New Delhi. Plus d’un demi-millier de délégués se réunissent pour trouver des moyens pour enrayer l’épidémie de tabagisme qui revendique la vie de six millions de personnes chaque année. La convention –cadre de l’OMS pour la lutte antitabac est le seul traité de santé publique dans le Monde. La conférence des parties est l’organe directeur de la convention-cadre qui se réunit, régulièrement pour examiner sa mise en œuvre et de prendre les décisions nécessaires pour promouvoir sa mise en œuvre effective.
Lors de cette septième conférence des parties, le Sénégal s’est fait représenter par le coordinateur national du programme national de lutte contre le tabac le Docteur Omar Ba. La conférence des parties est constituée de 180 états qui se regroupent tous les deux ans, dans le but d’avancer le processus de lutte antitabac. Plusieurs points ont été abordés notamment : l’état d’avancement de la mise en œuvre de la convention cadre de lutte antitabac, la ratification du protocole illicite de 2011 que le Sénégal à ratifier en septembre 2016. Sur ce volet les états ont fait le point sur les pays qui l’ont ratifié. La contribution par les états a été objet de  discussion, la traçabilité des produits du tabac, la substitution de la culture du tabac par les pays qui pratiquaient cela.
L’autre point  extrêmement important est la lutte contre les maladies non transmissibles de façon globale. Sur ce point le Sénégal à présenter son expérience par des présentations. Et ensuite la mise en œuvre parfaite du protocole du commerce illicite contre le tabac. Omar Ba précise que la présence du Sénégal remet d’une importance capitale, car ceci favorisera la rencontre de plusieurs partenaires. Ca permettra au Sénégal de marquer sa position au sein de la zone Afro, car toutes les décisions se prennent à ce niveau. Par rapport à la position à  du Sénégal à cette conférence des parties sont : les dérivés du tabac, la multidisciplinarité  de la lutte contre le tabac d’où le Sénégal à fait  sa communication sur le reporting des consommations du tabac.
Cependant avant l’ouverture de la COP, la délégation du Sénégal composée du coordinateur du programme national de lutte contre le tabac, de son adjoint, de la douane, de son excellence l’ambassadeur Ibrahima Thioub en qualité d’observateur  s’est concerté pour harmoniser sur les prochainesétapes en vue d’appuyer la sensibilisation pour un changement de comportement et une connaissance parfaite  de la loi.
L’ONG CTFK basée à Washington veut faire du Sénégal un modèle régional en matière de lutte antitabac, selon sa directrice régionale Afrique Binetou Camara. Car CTFK supporte le plaidoyer autour du renforcement en Afrique dans  le domaine de la problématique de la lutte antitabac. C’est-à-dire le plaidoyer d’un passage de loi conforme à la convention cadre de l’OMS et d’appuyer la mise en œuvre de ces lois dans les pays qui ont adopté une loi conforme où la volonté politique existe. CTFK appuie la société civile afin qu’elle puisse aider les gouvernements, en plus particulier le ministère de la santé, précise Binetou Camara directrice régionale de la fondation Afrique pour CTFK, autour de ces piliers majeurs : la surveillance de l’industrie du tabac, l’augmentation des taxes et produits du tabac, le placement des avertissements sanitaires, les espaces non-fumeurs, l’interdiction de la publicité du tabac et de toutes formes de parrainage de ces produits. Il faut noter que CTFK intervient dans une dizaine de pays en Afrique. En marge des travaux de la septième conférence des parties sur le tabac, Madame Binetou Camara a remercié le ministre de la santé du Sénégal, pour son engagement continu contre le tabagisme au Sénégal. Elle a fait savoir que le Sénégal a une loi très conforme à la convention cadre. Pour la mise en œuvre des avertissements sanitaires va appuyer le ministère de la santé à travers la société civile. Car ces avertissements doivent entrer en vigueur avant février 2017. Et la société civile supporte aussi la mise en œuvre de la disposition sur les espaces non-fumeurs au niveau national.
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
Lundi 14 Novembre 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :