Louga – Escroquerie : L’aigrefin, l’agent commercial et le crédule gagnant

Commercial, gérant d’une agence de transfert d’argent à Potou (région de Louga), Amadou Sow sera désormais plus rigoureux dans ses opérations de transfert d’argent. Ce, après qu’il a été roulé comme un néophyte, par un futé escroc.


Louga – Escroquerie : L’aigrefin, l’agent commercial et le crédule gagnant
Attrait hier à la barre du Tribunal de grande instance de Louga pour répondre des faits d’escroquerie, Amar Gaye, en détention depuis le 18 mars, a finalement recouvré la liberté. Mieux, la partie civile, Amadou Sow qui lui réclamait 548 200 FCfa d’intérêts civils, n’a pas eu gain de cause. Cette affaire d’escroquerie enregistrée à Potou, (département de Louga), remonte au 17 mars dernier.
Ce jour, le paysan Amar Gaye qui peine à joindre les deux bouts, a reçu un appel téléphonique d’un inconnu utilisant un numéro masqué. Quand il décroche, son interlocuteur ne lui donne pas le temps d’en placer une. «Tigo vous remercie ! Vous venez de gagner la somme de 150 000 FCfa», lui dira-t-il, avant de poursuivre : «Nous sommes sur le point de vous envoyez ce montant. Seulement, il vous revient de prendre en charge les frais de transfert via Wari, à l’instant. Le gérant vous précisera ce montant.» Amar Gaye qui n’en revenait pas, se ressaisit, prenant pour parole d’évangile les propos de son correspondant. Le pas alerte, il s’engouffre dans la boutique multiservices du sieur Amadou Sow, par ailleurs, agent commercial à la société «Spia» dont le commerce dispose d’un service de transfert d’argent à l’enseigne Wari. Là, Amar Gaye est encore joint par son correspondant qui demande à parler au gérant des lieux, aux fins de lui expliquer la démarche à suivre pour payer le «gagnant». Ne se doutant pas de l’escroquerie qui se tissait, Amadou Sow prend note des instructions de «l’agent de Tigo». Retors, le faux agent de Tigo qui, après sa conversation téléphonique avec Amar Gaye, avait compris que ce dernier est illettré en Français, joue sa carte à fond. Au gérant Sow, il indique que Gaye souhaite transférer plusieurs montants à des proches que sont El Hadji Bâ, Siga Mac Diop et El Hadji. Lui précisant que Gaye ne savait pas lire des numéros de téléphone, il lui demande de l’aider à effectuer ces transferts portant sur la somme globale de 548 200 FCfa. Le gérant s’exécute et transfère depuis sa caisse ledit montant. Ayant accusé réception des trois envois, l’escroc raccrocha, ne donnant plus signe de vie. Pendant ce temps, le gérant du Wari attendant d’encaisser ses fonds, réclamera à Amar Gaye le montant transféré. Surpris, Amar lui rétorque qu’il s’attendait plutôt à recevoir la somme de 150 000 FCfa envoyée par la structure Tigo. Il s’ensuivra un dialogue de sourds entre les deux hommes, chacun croyant que l’autre cherchait à le gruger. Avec le recul, le gérant de la boutique multiservices compris qu’ils venaient d’être bernés comme des néophytes. La mort dans l’âme, il se résoudra à saisir les pandores de la brigade de Potou, d’une plainte contre X.
Ne pouvant mettre la main sur le véritable escroc, les gendarmes arrêtèrent Amar Gaye, avant de le déferrer, le 21 mars dernier, au parquet de Louga, d’où il sera placé sous mandat de dépôt. Lors du procès, hier, devant le Tribunal de grande instance de Louga, le représentant du ministère public a requis l’application de la loi. Au terme des débats, le Tribunal a relaxé le prévenu et débouté la partie civile de sa demande.

L'Observateur 
Jeudi 21 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :