Limogeage de Mme Fatim Bâ Senghor : une gestion chaotique de l’information ?


Sur le plateau de Oumar GNIGUE, journaliste à la RTS, animateur de l’émission « Point de vue », Abou Abel THIAM, porte parole du chef de l’Etat, théorisait « la sacralité de l’espace présidentiel ». Le ton était grave. L’engagement, ferme ! Plus rien ne devrait sortir des murs de la présidence. C’était, le dimanche 29 avril 2012.
Et neuf mois après, la mémoire de la présidence risque de se retrouver dans la rue publique. En effet, le Président vient de changer le disque dur de son unité centrale. Macky SALL a limogé Mme Fatim Senghor Bâ. Sa vieille amie de 30 ans, que dis-je ? Son assistante.
S’il était encore dans l’opposition, Abdoula Latif Coulibaly aurait dit : le « sang va cigler ». Que Dieu nous en garde !
Loin de nous toute idée de suggérer que Mme Fatim Senghor va mettre sur la place publique les secrets d’Etat dont elle serait dépositaire, même s’il est vrai que la presse nous annonce l’imminence d’une guerre entre les hauts d’en hauts. Des comptes seront soldés, semblerait-il.
L’objet de cette tribune est moins de conjecturer sur l’avenir des relations entre Macky Sall et sa vieille amie de 30 ans, que de souligner, tardivement, peut-être, les faiblesses du discours de Abou Abel Thiam sur la gestion de « la confidentialité de l’espace présidentiel ».
Ce 29 avril 2012, à la fin de l’émission « point de vue » nous nous étions dits : bien, voyons voir ce que l’avenir nous réserve.
En effet, en parlant de la sacralité de l’espace présidentiel, Abou Abel n’avait insisté que sur la protection de cet espace par rapport aux « agressions extérieures ». Dans une précédente tribune, titrée « les trois autres temps de la présidence Macky », nous parlions des « inévitables » guerres entre les membres du cercle restreint d’influence du président de la république. Comment protéger la présidence contre elle-même ? Telle est la grande question. Ou, si vous voulez, comment protéger le régime contre lui-même ? L’histoire politique récente a montré que les agressions les plus graves contre un régime politique ne sont pas toujours celles qui viennent de l’extérieur, des adversaires du régime, mais plutôt celles qui viennent de l’intérieur même du régime. Les contradictions des membres du système. Et cela confirme un vieil adage, « Dieu, préserve moi de mes amis, mes ennemis je m’en occupe ». Reagan avait l’habitude de dire à ses amis : « entretuez vous si vous voulez, mais de grâce préservez mon administration ».
Pour protéger le système, certains régimes politiques n’hésitent pas à restreindre les libertés des hauts dignitaires de l’Etat. Certains pays utilisent même les détecteurs de mensonges, quand Wade, lui, demandait à ses ministres de prêter serment – publiquement - de ne point divulguer les délibérations du conseil des ministres. De grandes entreprises utilisent, également - de plus en plus - les détecteurs de mensonges.
Ceci pour dire que cette affaire, qu’il convient d’appeler, « l’affaire Fatim Senghor Bâ » est une affaire extrêmement sérieuse et complexe. Avant même la gestion de la communication de l’Etat, encore moins celle des relations interpersonnelles dans les appareils, elle pose la problématique de la gestion de l’information. L’information. Le nerf de la guerre. Le groupe futures médias qui a connu une crise sociale à la suite d’une fuite d’informations relatives aux bulletins de salaires ne dira pas le contraire.
Pour ce qui est de l’Etat, il faut le dire, les nouvelles autorités se permettent trop de libertés avec « l’information ». Elles ne peuvent pas se permettre de dire tout et du n’importe quoi sur l’Etat, celui d’avant 25 mars 2012, et réclamer de la retenue sur les questions qui concernent l’Etat, celui d’après 25 mars. Soyons sérieux, l’Etat c’est l’Etat.
Bien que n’étant plus premier ministre, Mamadou Lamine LOUM, invité à Sud FM, pour parler de son livre « le Sénégal au premier avril 2000 », s’était gardé, dans la partie française de l’émission, de donner une information, capitale, sur le schéma de financement des travaux de rénovation de la VDN (avant celle faite à l’occasion du dernier sommet de l’OCI), car il ne voulait pas gêner la banque mondiale, disait-il dans la partie wolof de l’émission. En effet, il disait en wolof que, le Sénégal, par sa perspicacité, avait bénéficié d’une dérogation de la banque mondiale, mais il ne pouvait pas le dire en français, pour ne pas faire envahir la banque de requêtes de financement des pays frères dont les représentations diplomatiques ne manqueraient pas de remonter l’information. Les pays frère demanderaient - donc - à la banque mondiale de leur accorder les mêmes faveurs qu’elle a accordées au Sénégal. Voila ce que l’on appelle un homme d’Etat.
Aujourd’hui, les plus hautes autorités disent publiquement, par exemple, que le plan takkal est «bidon ». Voila des officiels sénégalais qui donnent des informations sur leur pays sans en mesurer les impacts. Ils oublient, certainement, que les techniciens de l’AFD et ceux de la banque mondiale, entre autres bailleurs de fonds, qui ont validé ce plan (bidon) et ont convaincu leurs institutions à participer dans le financement, les écoutent. S’il est vrai que le plan est bidon, ces techniciens devront rendre compte à leurs organisations et donc s’expliquer.
Pas besoin de dire que les techniciens de ces institutions internationales n’accepteront pas d’être les « dindons des farces » bien sénégalaises. Aucun technicien sénégalais n’osera les regarder dans les yeux pour leur dire que ce que vous aviez validé était du « toc ».
Mais alors, qu’est ce que – donc - nos techniciens qui se mettront à nouveau devant ceux des bailleurs de fonds pour (re)discuter des financements leur diront ? C’était juste un discours politique ? Xalass !!!
Que dire aussi de ces autres déclarations qui présentent notre pays comme un Etat où les plus hautes autorités volent comme elles respirent ?
Certes, tous les hommes politiques n’ont pas l’élégance de Lamine LOUM encore moins la finesse de Abdou Laye Wade, mais une meilleure gestion des informations, concernant ce pays, s’impose. Il faudrait donc de la bonne tenue et de la retenue. Même s’il est vrai aussi qu’à coté des grands « hommes d’Etat », il y aura toujours de petits « crétins d’état ».
Disons le, avec regret, les hommes politiques sénégalais, de manière générale, ont de sérieuse difficultés pour faire le distinguo, entre ce qui relève de l’image de l’adversaire et ce qui relève de l’image du pays. La pratique politique autorise -peut être- la « destruction » de l’image de l’adversaire, mais la morale républicaine nous interdit de salir l’image de notre pays.
Hélas ! les bonnes pratiques ne se décrètent pas. Nous devons tous nous mettre à l’école des bonnes manières, républicaines. En fait, quand Abou Abel disait que, plus jamais rien ne sortirait des murs de la présidence, il ne pouvait pas imaginer que neuf mois après, la rue publique discuterait des détails du limogeage de la secrétaire du Président. Pire encore, on ne parle même plus de l’espace présidentiel mais de la « sphère privée » du Président. On convoque l’épouse et les amitiés, vieilles de plus de 30 ans, du président, dans les débats de rue. La presse en fait ses choux gras !
Ceci pour dire que la conduite du changement ne se fera pas par des menaces. Les professions de foi ne suffiront non plus. Et on ne peut pas « déshabiller » le palais de la république le dimanche et vouloir le réhabiller le lundi.
Rappelons, curieusement, quand Abou Abel disait plus rien ne sortirait des murs du palais, la rue publique apprenait que le bureau du président était sans moquette, un vulgaire voleur étant passé par là. C’est comme si cette affaire de vol des objets de la présidence n’était pas la première affaire à gérer en Homme d’Etat.
Nous disions, dans une tribune sur la communication de l’Etat, publiée en octobre 2009, que les responsables du régime libéral étaient très indisciplinés. Chacun se permettant de dire ce qu’il voulait comme il le voulait. La prise de parole publique des principaux acteur du régime libéral d’alors n’était ni organisée ni contrôlée.
Et l’Etat ne règlera cette question que quand il règlera la problématique de la gestion de son système d’information. A l’image des démocraties dites avancées, l’Etat doit impérativement définir un système de classification des informations (secrets, confidentiels….) et des niveaux d’accès…. Et cela à tous les niveaux de l’appareil d’Etat. Nous sommes dans un pays où quiconque se disant proche du président ou d’un ministre croit tout savoir et se permet de dire tout et n’importe quoi.
Aussi, il faudrait nécessairement (ré)organiser la bonne distribution de l’information auprès du grand public. Le régime libéral, comme celui de Macky Sall ont hérité un Etat qui n’était pas encore, préparé, ni dans son organisation, ni dans son fonctionnement, à faire face à une presse plurielle. Le régime socialiste n’avait pas trop besoin de contrôler l’information, la bonne distribution de celle-ci était assurée par le seul support audiovisuel qui existait : la RTS.
L’Etat devra donc nécessairement revoir la place de la « fonction communication » dans son organisation globale. Et nous avons là, un problème extrêmement complexe, car nous avons un exécutif bicéphale composé d’un président de la république et d’un gouvernement. Le président de la république qui, dans la théorie, n’exécute pas les politiques publiques, peut-il être comptable des « fautes de gestion » du gouvernement ? Le peuple attend, plutôt de lui, une ferme volonté de faire corriger les erreurs du gouvernement. Mais pour cela, le président ne devrait pas donner l’impression d’être le chef du gouvernement mais bien celui de l’exécutif.
N’est ce pas l’adage qui dit, le chef doit « rester au-dessus de la mêlée ».
Pour ne pas conclure, ajoutons qu’une bonne gestion du système d’information de l’Etat devrait naturellement être accompagnée d’une bonne stratégie de promotions des politiques publiques.
A ce niveau, nous n’avons jamais compris le silence des acteurs des médias. En effet, les médias ont un rôle d’éducation qu’ils partagent avec la puissance publique. Il faudrait donc avoir une sorte de « gentleman agreement » avec l’Etat pour trouver un mécanisme de financement de cette mission d’éducation des médias. Et donc de revalorisation des programmes des médias.
Cependant, une bonne organisation de la « fonction de la communication » de l’Etat permettrait de résoudre, en grande partie, la problématique du financement des médias. Comme toutes les organisations, l’Etat à l’obligation de promouvoir, dans les médias, ses politiques publiques. Entendons nous bien, nous ne parlons pas de propagande mais de promotion des politiques publiques. Et si l’Etat consacrait, uniquement, 3% de son budget (plus de 2300 milliards de FCFA) à la promotion des politiques publiques dans les médias, nous aurions une enveloppe d’un peu plus de 69 milliards par an pour les médias. Cette enveloppe, gérée de manière efficiente et transparente, permettrait de sponsoriser l’essentiel des programmes à caractère éducatif des médias, dans le respect des règles d’éthique et de déontologie,
Certes, cela risquerait d’être détourné à d’autres fins, si on sait que l’on est dans un pays où l’on confond assez souvent bavardage et communication.


Sadikh DIOP
Administrateur de l’Observatoire de l’information et des médias
Site limedia.org info@limedia.org




Dimanche 3 Février 2013
Notez


1.Posté par BOUNKATAB le 03/02/2013 19:16
UNE SECRETAIRE EST REMPLACEE ET LES JOURNALISTES VEULENT INVENTER UN ROMAN.

2.Posté par Maako wakh le 03/02/2013 20:43
un remplacement spectaculaire boun khat ne laisse personne de marbre!

3.Posté par Sakhewar le 03/02/2013 23:23
Bounkhatab, il faut arrêter de jouer au léche-cul. Tout le monde remarque comment tu te ridiculises à défendre macky et ses amateurs. Notre pays est mal gouverné.

4.Posté par samba le 04/02/2013 00:47
absolument vrai ,que nos politiciens confondent discours d un homme d etat et d un militant ,il melange tout ,j espere qu ils liront cet article qui peut les servir de leçon surtout ceux du cote du pouvoir !!



Dans la même rubrique :