Ligue des champions : dominateur mais maladroit, le PSG a été accroché par Arsenal

Grosse frustration pour le PSG, accroché à domicile par Arsenal lors de la 1re journée de la Ligue des champions alors qu'il avait la main sur la rencontre (1-1). Les Parisiens débutent donc leur campagne en C1 par un nul rageant.


Décidément, ce début de saison ne veut pas sourire au PSG. À la traîne en Ligue 1, les Parisiens ont ajouté aux déceptions de ces dernières semaines la frustration d'une entrée en Ligue des champions manquée. Face à Arsenal, le PSG avait tout en mains pour décrocher les trois points, mais il a finalement regagné les vestiaires en partageant les points avec son adversaire du soir (1-1). Face à un visiteur inoffensif ou presque, Cavani et consorts ont gâché trop d'occasions et ont logiquement été punis.

Et pourtant, tout avait parfaitement débuté pour le PSG, puisqu'il n'a fallu que 44 petites secondes aux hommes d'Unai Emery pour punir des Gunners pas tout à fait sortis des vestiaires. Seul au milieu d'une défense londonienne totalement apathique, Edinson Cavani a parfaitement repris de la tête un centre au cordeau de Serge Aurier et offert au public du Parc son premier frisson européen de l'année (1-0, 1e).

Surpris d'entrée, les hommes d'Arsène Wenger n'ont pas pour autant trouvé les ressources pour bouger ce PSG bien en place, et surtout beaucoup plus dangereux. Rabiot, alerté aux six mètres après un beau relais avec Cavani, a vu sa tentative repoussée de justesse par un pied londonien (10e). Dans la foulée, Di Maria est passé tout près de tromper Ospina sur un corner direct, mais le ballon a été détourné de justesse par le portier des Gunners (12e).

Il a fallu attendre la toute fin du premier quart d'heure et une timide frappe d'Iwobi pour que la quiétude parisienne ne soit – très légèrement – troublée, sans conséquences (15e). Tout au plus cette initiative a-t-elle permis aux visiteurs de rentrer un peu plus dans leur match, après avoir totalement subi dans les premiers instants.

Paris avait les cartes en main...

Mais malgré un relatif rééquilibrage des forces en présence, ce sont bel et bien les Parisiens qui ont eu entre les pieds la balle de break à plusieurs reprises. Mais Maxwell, lancé par Verratti dans la surface (32e), puis surtout Cavani, seul face au but après avoir intelligemment contourné Ospina sur un cafouillage adverse (33e), n'ont pas réussi à accrocher le cadre.

Et dix minutes plus tard, l'Uruguayen a confirmé sa propension à gâcher bon nombre d'opportunités en manquant totalement un contrôle de la poitrine alors qu'il avait été servi seul au point de pénalty (43e).

Au retour des vestiaires, la dynamique n'a pas été chamboulée. Face à des Gunners tout bonnement inoffensifs, les Parisiens ont progressivement mis le pied sur le ballon, accentuant même leur domination après l'heure de jeu. Mais sans toutefois trouver la faille...

Sur un énième centre d'Aurier côté droit, Matuidi a été tout près de tromper Ospina en reprenant au point de pénalty, mais sa tentative a filé assez largement au-dessus du cadre (61e).

... mais s'est laissé surprendre

Puis Aurier – encore lui – s'est ensuite appuyé sur Di Maria et s'est présenté seul face au portier d'Arsenal, qui a parfaitement capté le ballon dans les pieds du latéral ivoirien du PSG (68e).

Ospina, décidément bien inspiré ce mardi soir au Parc des Princes, a ensuite maintenu son équipe à flot en réalisant deux nouveaux arrêts décisifs, l'un au duel face à Cavani (69e) puis l'autre sur une lourde frappe de Di Maria (71e).

Et bien lui en a pris puisque quelques minutes plus tard, dans le silence d'un Parc des Princes désabusé, Alexis Sanchez s'est chargé de remettre les compteurs à zéro. D'une superbe frappe placée au ras du poteau d'Aréola, le Chilien a offert aux Gunners le but d'une égalisation inespérée (1-1, 77e).

Juste avant que, comme un symbole de cette prestation parisienne qui laissera beaucoup de regrets, Cavani ne vienne de nouveau se fracasser sur Ospina en fin de rencontre (81e). Et s'il n'est évidemment pas question de parler de catastrophe, force est de constater que ce PSG est toujours très loin d'avoir trouvé son rythme de croisière. Ce tâtonnement lui a coûté deux points précieux dans la course à la première place du groupe A de cette C1 2016-17. Pas rédhibitoire, mais tout de même ennuyeux.

 
Mardi 13 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :