Libération de Karim : Le Cos du M23 voit rouge et flingue le régime


Libération de Karim : Le Cos du M23 voit rouge et flingue le régime
Suite à « la déclaration ferme du Président de la République », la Commission orientation et stratégies (Cos) M23, livre sa position sur « l’éventuel élargissement de KW reconnu coupable d’enrichissement illicite par la Crei », et c'est pour inviter les Sénégalais « à constater, encore une fois, le jeu de dupes du pouvoir en place et leur demander d’être conséquents à l’heure de la sanction ». En effet, « considérant tous ces milliards du contribuable des miséreux sénégalais qui pouvaient servir à résoudre la multitude de conflits vécus dans différents secteurs jetés à l’eau », Abdourahmane Sow & Cie estiment que Macky Sall et son pouvoir nous ont encore une fois montré que leur préoccupations étaient autre que l’intérêt du peuple ». Et « en l’état des faits, la Cos M23 considère que la libération de KW est une suite évidente et logique d’une démarche malhonnête qui a favorisé l’iniquité et l’impunité, au-delà d’une manifeste manipulation de la justice sénégalaise au préjudice de l’intérêt du peuple ». Par conséquent, disent-ils, « la Cos M23 ne voit aucun inconvénient à la libération de Karim, si autant est-il que tous les autres dossiers, ceux de l’Ofnac y compris, sont traités dans la complaisance et une sélection politicienne ».
Sur le même sujet, la  Cos M23 rappelle qu’ « elle a été autant des premiers militants de la reddition des comptes dans le respect des principes de redevabilité, qu’elle a aussi été des premiers à dénoncer le caractère violent, liberticide, sélectif, orienté et inéquitable de la Crei dans sa démarche ».
Au-delà de ces aspects, Sow & Cie disent n'avoir « jamais manqué de souligner la caporalisation de la justice , et l’implication des politiques dans les décisions de poursuite et de condamnation prises par cette juridiction qui n’a fait que servir les intérêts de politiciens qui en usaient comme arme d’acharnement et d’intimidation à des fins politiques ». A cela, regrettent-ils, « s’ajoutent beaucoup d’incohérences constatées dans la gestion des dossiers, utilisées pour renforcer le pouvoir en place et favoriser la transhumance entre autres vices ».
C'est pourquoi, ils demandent, « au peuple de sanctionner de manière conséquente, nos dirigeants pour leur incapacité et leur manque de respect ».     
Vendredi 17 Juin 2016
Dakar actu




1.Posté par Mamadou Abdoulaye Ba le 17/06/2016 11:35
La grâce est le droit d'annuler ou de modifier une peine, confié en général par la justice à la plus haute institution du pays, le Président de la République. C'est le pouvoir par lequel, le Chef de l'État annule une peine ou ordonne qu'elle ne soit pas mise à exécution. Ceci est donc une prérogative du Président de la République et il est le seul habilité à le faire et à en choisir le bénéficiaire. Chaque année, le Président gracie des centaines de prisonniers et personne ne s'en est offusqué! Il a le droit de gracier Karim Wade comme tout autre Sénégalais! Les gens donnent des coups d'épée dans l'eau uniquement pour se faire entendre et remarquer. Soyons républicains et arrêtons ces jeux de politiciens! Faut pas oublier aussi que Karim a purgé la moitié de sa peine et que ses biens ont été confisqués.



Dans la même rubrique :