Lettre ouverte au président Macky Sall: Fiscalité de la presse et rupture


Lettre ouverte au président Macky Sall: Fiscalité de la presse et rupture

 ‘Les entreprises demandent une suspension du recouvrement pour obtenir un traitement fiscal spécifique. L’Etat exige de s’acquitter de ses factures vis-à-vis des entreprises à la seule condition que celles-ci présentent un quitus fiscal, nous estimons cette exigence très contraignante, nous demandons au ministère de l’Economie et des Finances de lever cette mesure’ 
Nous ne sommes pas  dans une fiction, encore moins en République très très démocratique Gondwana mais bien au Sénégal ces déclarations sont celles de Madiambal Diagne Président du Conseil des éditeurs et diffuseurs de presse du Sénégal (Cdeps)…
Fiction avons nous dit et pourtant la requête est passée comme lettre à la poste. Ils demandaient une suspension il a fait plus fort. En effet après un ‘ndogou’ copieux avec les éditeurs de presse, le Président Macky Sall a décidé d’aller au delà delà des attentes des patrons de presse : il a purement et simplement annulé près de sept milliards de francs CFA que la presse doit au fisc… Ca c’est ca la rupture aller au delà des attentes des ‘parties prenantes’… Sauf que les 500.000 emplois promis sont passés à 350.000… également des attentes mais non seulement ont été minorées mais ne seront pas réalisées parce que simplement la structuration de l’économie sénégalaise ne le permet pas, en plus les mesures promises tardent a être mises en œuvre près de 18 mois après la deuxième alternance.
Monsieur le Président, nous sommes loin d'être riches et nous ne pouvons pas nous permettre de tels choix pendant qu'une majorité écrasante de la population vie dans la pauvreté.  Monsieur le Président, vous annulez 7 milliards &  vous ‘courrez’ en même temps derrière un emprunt obligataire de 50 milliards, je veux juste comprendre votre logique. 
Monsieur le Président, pourquoi la presse & pas les autres secteurs de l’économie qu’on ne me dise surtout que le secteur de la presse est en difficulté tous les pans de l’économie le sont, le pays est bloqué rien ne fonctionne : la Socas vient de fermer son usine à Dagana, Sofravin a juste fini de mettre la clef sous le paillasson…Monsieur le Président, toutes les entreprises doivent être soumises aux mêmes lois du marché : devoirs, obligations, rentabilité.
Monsieur le Président, annulez la dette fiscale des  PME, cette mesure aura certainement plus d’impacts sur l’économie en termes de création de richesses et d’emplois des jeunes, Monsieur le Président suspendez l’impôt sur le revenus des personnes physiques vous créerez une augmentation de pouvoir d’achat qui relancera forcement la consommation donc l’économie.
Monsieur le Président savez vous que la dotation annuelle de l’ADEPEME tourne autour de 400 millions de francs CFA, Monsieur le Président le FONGIP qui semble être un de vos programmes prioritaires a une dotation de 5 milliards, Monsieur le Président savez vous que les hôpitaux publics sont bloqués à cause d’une dette qui s’élève à 8 milliards de francs. Monsieur le Président les défis sont ailleurs avec 7 milliards vous auriez pu régler le problème de la cimenterie de Dangote (l’état est seul et unique responsable de ce blocage) on parle de 4.000 emplois direct.
Monsieur le Président il semble que les plus gros débiteurs du fisc sont la RTS et le quotidien national le Soleil, par cette mesure vous encouragez les DG de ces sociétés à  continuer a gérer en faisant si de tout critère de performances, c’est certes le meilleur service que vous puissiez rendre à ‘vos amis’ que vous avez nommés à la direction de ces sociétés, mais pas au contribuable sénégalais.
Monsieur le Président il paraîtrait que la grande partie des sommes dues par les entreprises de presse proviennent de TVA collectées et non reversées, Monsieur le Président, votre décision est d’autant plus grave que du fait du principe de la déductibilité de la TVA, nous payerons doublement oui nous les contribuables payeront. Monsieur la TVA appartient à l’Etat le fait de refuser de la payer est purement et simplement un acte de vol c’est la même chose pour les cotisations sociales des employés, déduites mais pas reversées. Monsieur le Président qu’allez vous dire aux syndicats ? Qui va payer à la place des entreprises de presse ?
Monsieur le Président, nous avions voté pour vous parce que nous pensions que vous alliez changer l’ordre des choses, parce que nous pensions que alliez  remettre ce pays sur les rails, nous avions rêvé d’un grand soir, nous avions rêvé d’une RUPTURE mais la réalité semble être toute autre.
Monsieur le Président je fais partie des naïfs qui restent encore sourds aux discours de vos détracteurs qui crient haut et fort que ‘vous ne cernez les priorités du Sénégal & que vous êtes complètement dépassé’ mais je veux simplement comprendre… Monsieur le Président la seule constante qui vaille être défendue c’est LE SENEGAL… Nous avons connu la théorie des variables et des constantes au PDS mais ce discours est rayé il serait judicieux de bien le comprendre
Monsieur le Président, nous avons perdu 52 ans (40+12) à cause de l’incurie des nos politiciens, pendant la seconde alternance certains observateurs théorisaient sur le choix entre la peste et le choléra, Monsieur le Président, de grâce ne nous faites pas croire que nous avons fait un choix entre le VIH & le VIH nous ne pouvons pas nous permettre de perdre 5 autres années.
Monsieur le Président on ne peut pas faire deux poids deux mesures par votre décision vous poussez a l’incivisme fiscal. Monsieur le Président avez vous pris l’avis de votre ministre de la bonne gouvernance ?   
Monsieur le Président cette mesure est inopportune, injuste, elle donne entièrement raison à Sidy Lamine Niasse... il est de notoriété public que notre presse ‘grosse gueule’ cette mesure est perçue comme étant ni plus ni moins qu’une simple corruption & Monsieur le Président l’achat du silence de la Presse ne peut pas être un palliatif au respect de vos engagements.


Lansana Sakho
Membre de la Convergence des Cadres Républicains

Lundi 15 Juillet 2013
Dakaractu




1.Posté par l le 15/07/2013 23:51
très bonne contribution. Inadmissible de donner des privilèges à cette sphère. t les autres. Quelle est leur légitimité ?

2.Posté par Mirabi le 16/07/2013 00:34
Je ne sais pas quels sont les relais du lobbying de la presse auprès du President mais il doit se méfier des gens qui l'ont enfariné au point de le pousser au moins verbalement pour l'instant à effacer une ardoise représentant 14% de l'emprunt obligataire que souscrit notre pays. Il faut absolument que les députés se saisissent de la question et jouen leur véritable rôle de gardien de notre porte-monnaie national. Il faut aider le Chef de l'Etat, piégé par un entourage trop perméable au lobbying, de se sortir de ce mauvais pas. C'est une mesure extrêmement injuste et impopulaire. Et ça va se retourner contre le PR. Attention monsieur le PR certains préparent leur après Macky d'où leur sensibilité extrême sensibilité au lobbies. Nous sommes 65% à vous faire confiance. Ne l'oubliez jamais!!!!

3.Posté par Ousama le 16/07/2013 04:41
C'est un message fort !!! Merci monsieur Sakho !

4.Posté par Bath le 16/07/2013 07:03
Excellente contribution.

5.Posté par beugafrk le 16/07/2013 07:43
Merci bcp pour cette lettre pertinente

je me doemande si le PR a bien assimilé la déclaration des droits de l homme et du Citoyen.Gouverner ce pays est difficile mais arretons de violer des principes pour des raisons corporatistes et politiciennes

par cette mesure , le PR encourage la résistance au paiement de l'impôt, on verra le résultat. De tttes facons, meme si on avait dit que l 'impot est réduit de 90%, une bonne partie des assujettis i dira que les 10% c'est bcp!!!!

6.Posté par Mams le 16/07/2013 08:07
Dommage pour le Sénégal, ces gouvernants n'ont aucun respect pour le peuple, ni des valeurs républicaines. Ceci prouve encore une fois qu'ils ne sont là que pour leurs propres intérêts, un manque de patriotisme frappant.
Macky, tu commences à nous trahir

7.Posté par Kimo le 16/07/2013 08:53
Ce pays est completement pourri. Ya que les grandes gueules qui sont servies. Apres on va emmerder les pauvres commercants pour qu'ils payent des taxes, tandis que ces parasites de journalistes (maitre chanteurs et corrompus) sont gates. Comme s'ils plus importants que les centaines de PME sont traquees par les Impots et Domaines. C'est le ''mataye'' fiscal dans ce pays. Il est temps que les commercants et les PME demandent eux aussi un effacement de la dette fiscale.

8.Posté par madi le 16/07/2013 09:52
je n''ai plus confiance en cette presse sénégalaise de merde qui n'a apparemment ne sera jamais indépendante et qui n'ai que le boudiouman de la presse occidentale. merci les doulnalistes!!!

9.Posté par paco le 16/07/2013 12:43
Des fois on se berne d'illusions. On se dit que vu tout ce qu'il a endure avec l'ancien regime, il va mettre le pays sur les rails de la justice et du developpement. Mais force est de reconnaitre que tous ceux qui ont approche wade son pourris. On a tendance a oublier la declaration de patrimoine du president, qui en a surpris plus d'un.
Personnellement,, le temps des illusions est passe pour moi. Il n'a ni l'envergure, ni le courage pour les ruptures necessaires. Il nous a eu malheureusement.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015