Lettre ouverte au Président de la République


Monsieur le Président de la République, le peuple retient son souffle à la veille de votre déclaration sur l’avis du Conseil Constitutionnel portant sur le projet de référendum constitutionnel que vous avez décidé de soumettre au peuple souverain. Entre autres, il s’agira de la réduction de votre mandat en cours.
Le citoyen que je suis, vous rappelle votre déclaration solennelle de 2012 au cours de la quelle vous aviez pris l’engagement ferme de réduire votre mandat de 7 ans à 5 ans.
Monsieur le Président, Vous n’avez pas le droit de vous dédire, parce que votre parole doit être d’or.
En effet, le citoyen que je suis à des craintes d’être déçu, au vu des effets avant coureurs d’un ‘’wax waxet’’ (se dédire) qui se profile à l’horizon.
D’abord à cause du procédé inélégant que vous avez utilisé pour la publication d’un texte qui serait le projet de révision constitutionnelle. Aujourd’hui, personne  ne peut certifier de l’authenticité de ce texte ou même de son émanation.
Aucun sénégalais honnête ne peut se prononcer sur le contenu du texte que vous avez transmis au Parlement et au Conseil Constitutionnel pour avis.
Pour une question aussi sérieuse comme la révision constitutionnelle, le bon usage et l’élégance républicaine auraient voulu que vous le transmettiez avant tout aux différents partis politiques du Sénégal pour le respect des formes dans une démocratie comme la nôtre.

Monsieur le Président, vous êtes en train d’agir seul pour une question d’une importance première, en fuyant le débat autour de la question. L’histoire retiendra que vous avez agi seul.
A ce jour, vous êtes le seul acteur politique qui a toutes les cartes en main au sujet du contenu de cette révision, la date du référendum (s’il y en aura) et la date de la prochaine présidentielle.
Concernant, l’avis que le Conseil Constitutionnel vous a transmis et dont vous êtes le seul à savoir le contenu, je voudrai vous dire ceci : Cet avis ne peut en aucune manière vous liez. Car, selon vous et vos partisans, un avis ne peut avoir une force exécutoire parlant d’un autre avis qui est celui du Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention arbitraire que vous refusez d’appliquer concernant le dossier Karim Wade.
Alinard Ndiaye
Karimiste à vie
boursaloum@gmail.com
Lundi 15 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par Tendlamain le 16/02/2016 10:53
A quoi sert l'Assemblée Nationale?

2.Posté par Edgar Hoover le 16/02/2016 10:55
Pour les pro réduction du mandat qui appuient cette idée selon laquelle une promesse doit être tenue, je leur demande quelle serait leur avis si le même chef de l'état avait avait décidé non de réduire son mandat, mais de l'augmenter de 7 ans à 10 ans?

Ce qui pouvait être une des possibilités dès lors qu'il a le pouvoir d'initiative conférée par la constitution de soumettre une loi referandaire au peuple, le problème serait résolu car ils diront que cela est impossible voir qu'ils seraient contre. Normal car le chef de l'état ne pouvant pas augmenter son mandat en cours, le pourrait moins pour sa réduction . Le principe reste le même dans sa réduction comme dans sa diminution. Si l'une( augmentation) est impossible, l'autre ( diminution) devrait non plus possible.

À vous de juger !

3.Posté par ba le 17/02/2016 20:40
c est comm tu disais entre une route infeste de serpent et une route ombrage j prend laquelle? c est pa bien raisonne mon cher
hover. respect!!!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016