Lettre ouverte à mon ami et maître : Abdoulaye Wade


Lettre ouverte à mon ami et maître : Abdoulaye Wade
Benjamin  Constant disait :la grande question de la vie, c'est la douleur que l'on pose ; et la métaphysique la plus ingénieuse  ne justifie pas l'homme qui a déchiré le cœur qui l'aimait .Cette assertion de Benjamin résume si bien toute l'amertume d'un cœur  brisé.  Oui, je ne suis plus du pds car viré sans aucune forme d'éthique et de démocratie. Viré  comme  un mal propre, honni par l'homme qui m’adulait hier .Mon tort est de dire en n'y pensant ce que tout le monde dit sans y penser .Je n'avais pas bien assimilé  les propos de Marcel Hachard qui disait : ne disons surtout pas  la vérité, la vérité  salit les puits .          La politique  n'étant qu'un enchaînement de conséquences, toute vérité isolée devient un mensonge dans l'ordre social .                                                                   On ne doit pas toucher aux icônes car leur dorure  vous restera dans les mains.    Il faut savoir écouter Maître  et sois  sûr  que le silence produit souvent les mêmes effets que les sciences. Tu sais quand il faut quitter la peau du lion pour enfiler celle du renard .Il est temps maintenant que tu  enfiles  la peau que les sénégalais t’ont taillée.                                                                                    Maintenant, le pds est derrière moi néanmoins, je garde l'espoir car tout saint a son passé et tout pêcheur son futur.                                                                    Sir, l'avenir  appartient à  Dieu. Tu n'as  jamais compris que les reproches d'un ami prouvent sa loyauté  alors que les baisers  d'un ennemi sont maquillés.          Apprends à écouter celui qui te dit  tes défauts.                                                      Je choisis mes amis mais ne subis pas leurs familles. Un ami sincère est un don de Dieu .J'ai pris la décision de poursuivre mon chemin avec d'autres qui mènent  le même combat . A qui venge son père, il ny a rien d’impossible.   Sache que tu seras toujours mon maitre et personne ne prendra ta place dans mon cœur.                                       
A Dieu  Maitre !                                                                                                          Que Dieu te garde ! .                           
Pape Samba Mboup,
ancien militant du pds
Lundi 17 Avril 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
Souvenir PA DIENG 1 AN

Souvenir PA DIENG 1 AN - 25/04/2017