Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Macky Sall : Excellence, nommez bien car vous êtes bien élu ! (par Abdoulaye Ndiaye )


Excellence Monsieur le Président, mon cher camarade, mon cher Macky,
Tout d’abord, je souhaite vous témoigner de mes sentiments de très haute considération et en même temps, vous exprimer mes plus vives félicitations pour la victoire incontestable du « OUI » lors du référendum du 20 mars 2016. Cette victoire constitue pour ainsi dire, la conséquence de votre remarquable action politique pour satisfaire les nombreuses attentes du peuple Sénégalais. 
Ceci dit, me permettez-vous excellence, d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que « cette remarquable action politique », si heureuse jusqu’ici, est menacée par ce « météorite », que constitue ce petit crincrin de nominations confondantes  notamment celle de Monsieur Djibo KA comme Président de la Commission nationale du dialogue des territoires (CNDT) et de la dernière en date celle de Monsieur Pape Dieng comme Directeur Général de la SUNEOR. Ces décisions sont incomprises du peuple et de vos partisans que nous sommes et par conséquent risquent de fragiliser  la rupture que vous prônez depuis votre accession au pouvoir. 
Excellence Monsieur le Président,
Certes nommer aux postes civils et militaires est une prérogative républicaine qui vous revient, mais de l’avis du peuple souverain, au nom duquel et pour lequel ces mesures sont prises, il faut que le « républicain » les fassent sur la base du mérite, de la compétence, de la morale. C’est son souhait. En effet, pour le premier nommé, le peuple y voit  un « KA » réglé et un « pape, tiens (Dieng) un autre fromage pour toi ! », pour le second. Vous semblez aller à l’inverse de ce « souhait » et donner raison à ceux qui pensent qu’il y’a un décalage entre vous et ce même peuple, qui vous a porté au pouvoir avec l’espoir qu’il ne mettra pas le signe égal entre vous et votre prédécesseur,  à la fin de votre mandature ; alors, excellence Monsieur le Président, vous devez créer un vrai écart « entre l'opinion publique et l'opinion publiée » pour ne pas donner  à ce peuple le haut–le-cœur.
Cher camarade Macky,
J’insiste que ces décisions incompréhensibles constituent une pilule difficile aussi à avaler pour vos partisans, qui ne peuvent comprendre que vous puissiez reconduire des hommes qui ont déjà négativement fait leurs preuves en matière de gestion de la chose publique, alors que le parti, le pays regorge de talents qui ne demande qu’a être essayé. J’insiste bis, que vos détracteurs, arborant la banane, se réjouissent que les médiocres soient portés au pinacle, célébrés et promus même au mépris de toute morale, de tout mérite. Eux ne feraient pas ça : Remettre en selle, des chevaux boiteux. Président, pensez-y !
Monsieur le Président, mon cher camarade, mon cher Macky
Voilà en substance, les remarques que je tenais à porter à votre connaissance pour que vous gardiez le cap d’une gestion sobre, vertueuse, empreinte de rupture tant chantée et à laquelle nous attachons beaucoup d'espoir.
Veuillez agréer l'expression de mes respectueuses considérations militantes. Puisse le Créateur, dans toutes ses déclinaisons, et nos vénérables ancêtres vous inspirer toujours, en toute circonstance, la Pensée vraie, la Parole juste et l’Acte sensé. Amon! Amin ! Amen !
Abdoulaye Ndiaye 
(Responsable des jeunes APR- Côte d'Ivoire)
Lundi 9 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :