Lettre à Monsieur le Président de la République Macky Sall.

Excellence monsieur le Président de la République
Aujourd’hui, notre pays le Sénégal traverse une profonde crise multidimensionnelle : crise politique, crise économique et crise sociale.


Lettre à Monsieur le Président de la République Macky Sall.
 
Sur le plan politique, l’état de la démocratie réhabilité par le Président Abdoulaye Wade durant son magistère et qui a permis votre élection le 25 mars 2012 au terme d’un scrutin libre, démocratique, transparent et salué par toute la communauté internationale, est en recul considérable.
Les lois et les règlements de la république sont quotidiennement violés, les droits humains sont en permanence bafoués, des acteurs politiques particulièrement ceux du parti démocratique sénégalais font l’objet d’une chasse aux sorcières et d’une persécution de la part de l’Etat sous le fallacieux prétexte d’une répression de l’enrichissement illicite. Dans ce cadre, la justice arbitraire et politicienne du Sénégal a piétiné la liberté de circulation de certains responsables du PDS qui sont toujours kidnappés par l’Etat et cela malgré la décision de la cour de justice de la CDEAO.
Dans cette entreprise de démantèlement et de destruction du parti démocratique sénégalais orchestrée au sommet de l’Etat, certains organes de presse dont le rôle devrait être « informer juste et vrai »,sont entrain de servir de soupape à l’Etat pour éliminer d’honnêtes citoyens qui ont servi leur pays et dont le seul tort est de rester fidèles au PDS.  Les medias d’Etat sont caporalisés et consacrent toutes leurs émissions à la célébration du culte de la personnalité du président de la République, à la propagande de l’APR et de la fondation « servir le Sénégal » de votre épouse.
Toutes ces pratiques qui relèvent d’un passé de triste mémoire, qui nous rappellent les quarante ans du parti socialiste que nous croyions révolu à jamais traduisent la volonté têtue du pouvoir d’aller à contre-courant de l’histoire et de restaurer au Sénégal une dynastie qui ne dit pas son nom.
Sur le plan sécuritaire, la paix est le maitre-mot de la propagande du pouvoir actuel. Les medias publics bruissent à longueur de journée de la paix. Le Président de la République et sont ministre de l’intérieur sont présentés comme les « papes » de la paix. Paradoxalement, le Sénégal n’a jamais enregistré autant de contestations et d’événements malheureux que sous votre magistère.
Parallèlement à la recrudescence de l’insécurité ambiante dans tout le pays, vous avez  souhaité instaurer une politique de sécurité de proximité mais qui en fait ne sera qu’une  milice privée qui sera à la solde de votre parti pour empêcher toute velléité d’opposition à votre régime. Sinon, personne, dans ce pays ne comprend les raisons objectives qui sous-tendent la création d’une agence de sécurité. Est-ce un constat d’échec ou d’incompétence des services publics chargés de la sécurité des personnes et des biens ou simplement « une politisation » de la question de la sécurité nationale ? Ce projet est une insulte à l’expertise et au savoir faire de la police sénégalaise et de tous les services de l’Etat concernés par la  sécurité qui sont réputés être parmi les meilleurs en Afrique.
La fédération du parti démocratique sénégalais de France est d’avis qu’on ne peut pas construire la paix et la sécurité en entretenant des milices privées qui menacent la paix, la stabilité et la  cohésion nationale.   Les forces de sécurité  sénégalaise ont toute l’expertise et le talent nécessaire, il suffit de leur  donner les moyens humais et matériels. 
Sur le plan économique, malgré le battage médiatique orchestré autour du « yonou yokouté », le Sénégal n’a pas de véritable politique économique. 
L’agriculture, proclamée comme priorité des priorités depuis le 25 mars et malgré les efforts et les opportunités laissés par le Président Abdoulaye Wade et l’industrie annoncée à grand renfort de publicité comme l’autre priorité économique, ne sont que de la poudre aux yeux, car dans la pratique le Sénégal continue d’importer tous les produits qu’il consomme et dépense des milliards au titre des importations de produits agricoles et alimentaires.
Votre pouvoir présente l’économie sénégalaise comme l’une des plus performantes de l’Afrique de l’Ouest alors que ce « dynamisme » ne génère ni création d’emploi, ni amélioration des conditions de vie des populations. Le chômage en général, le chômage des jeunes en particulier, reste endémique et la misère des couches populaires s’accroît chaque jour davantage.
Sur le plan social, la situation est caractérisée par un grand paradoxe. Les tenants actuels du pouvoir s’enrichissent au moment où les sénégalais qui les ont portés au pouvoir deviennent de plus en plus pauvres. Pendant que vous multipliez par trois les salaires (de 700000 à 2000000 millions de FCFA) des conseillers économiques, sociaux et environnementaux vous réduisez sans pitié les ressources allouées aux militaires invalides et les pensions des retraités. Malgré vos énormes promesses, le quotidien des sénégalais est fait de souffrances extrêmes, de chômage chronique, de vie chère, de manque d’eau potable, d’électricité, de gaz, de difficultés à l’accès aux soins de santé… 
Monsieur le Président de la République, la fédération du parti démocratique de France, loin de tout esprit partisan vous signale que vous administrez une mauvaise médecine au peuple et que vous êtes entrain d’aggraver le mal que vous prétendez guérir.
En effet, la fédération PDS/France  vous invite à vous ressaisir et à tenir vos promesses pour soulager la souffrance des sénégalais car «le changement c’est maintenant » comme le disait votre nouvel ami le Président français sinon ce sera trop tard et les sénégalais sauront le moment venu vous le rappeler.
Excellence monsieur le Président de la République,
Ce bref regard panoramique sur la situation politique, économique et sociale, révèle que notre cher Sénégal traverse après un an d’exercice du pouvoir, une crise profonde et multidimensionnelle. Ni les intimidations répétées de votre justice arbitraire et politicienne envers le PDS et ses responsables, ni les atteintes graves et flagrantes aux libertés, ni la restriction du droit d’aller et de venir des responsables du PDS, ni les complots imaginaires, ni les procès fabriqués, ne sauraient constituer des solutions à la crise que traverse actuellement notre pays. Au contraire, toutes ces fausses solutions à de vrais problèmes, ne font que l’aggraver.
Le peuple sénégalais a trop souffert de vos promesses non tenues. Le temps du ressaisissement et de la lucidité est venu. La surdité incompréhensible de votre pouvoir aux appels à la raison doit désormais céder la place à la sagesse.
Excellence, monsieur le Président de la République,
Dites oui au respect de votre opposition et au respect de ses droits.
 Profondément convaincue que vous donnerez une suite favorable à notre proposition de bon sens, la fédération du parti démocratique sénégalais de France vous prie d’agréer, Excellence Monsieur le Président de la République l’expression de sa très haute considération.
 
Pour la fédération PDS/France 
Ibrahima DIOP
Président de la commission communication
 
Lundi 25 Mars 2013




1.Posté par citoyen2000 le 25/03/2013 20:09
Monsieur DIOP!
VOUS N'ETES DE FAIR PLAY!!!!
ZERO FAUTE AU PRESIDENT MACKY SALL QUI A SU SAUVER NOTRE PAYS DES SERRES DU REGIME DE WADE!!!
VIVE LA REPUBLIQUE!!!!
VIVE LE PRESIDENT MACKY SALL!!!!!!!!!!!!

2.Posté par nany le 25/03/2013 22:52
ya rien ki marche dan cet pays;en bas macky sall

3.Posté par SOW le 26/03/2013 08:42
les wadisses" sont mal placés à donnés au conseil pour son excellence M Macky sall

4.Posté par beuz le 26/03/2013 09:52
rire kél sabotage sén ngoura diékh sén khole bonne mais c fini pour le pds



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016