"Les responsables libéraux interdits de sortir du territoire national car pointés du doigt dans la traque des biens supposés mal acquis, peuvent maintenant reprendre les airs"

Les quotidiens du week-end parvenus à l'APS font leurs choux gras de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO ordonnant à l'Etat sénégalais de lever l'indiction de sortie du territoire national frappant des responsables de l'ancien régime suspectés d'enrichissement illicite.


"Les responsables libéraux interdits de sortir du territoire national car pointés du doigt dans la traque des biens supposés mal acquis, peuvent maintenant reprendre les airs"
"Omar Sarr, Karim Wade, Madické Niang, Samuel Sarr et Abdoulaye Baldé, qui avaient traîné le Sénégal devant la Cour de justice de la CEDEAO pour dénoncer l'interdiction de sortie du territoire qui leur a été infligée, ont obtenu gain de cause. La Cour de justice de la CEDEAO a rendu son verdict en jugeant illégale cette mesure", annonce L'Observateur.
 
"Les responsables libéraux interdits de sortir du territoire national car pointés du doigt dans la traque des biens supposés mal acquis, peuvent maintenant reprendre les airs. Le verdict rendu (dans cette affaire) par la Cour de justice de la CEDEAO est favorable aux libéraux, qui avaient cette juridiction sous-régionale", ajoute L'Office.
 
"Une décision victorieuse pour le camp des libéraux car elle lève la mesure d'interdiction de sortie du territoire national qui frappait d'anciens ministres de la République. Lesquels ont servi le régime du président Wade pour être traqués depuis l'ouverture des enquêtes" pour enrichissement illicite visant certain d'entre entre eux, renchérit Direct Info.
 
"La CEDEAO désavoue Macky" Sall, le chef de l'Etat sénégalais, constate Libération, avant de recueillir, comme éclairages, les commentaires de Me Ousmane Sèye. "Cette décision est exécutoire dès sa notification à l'Etat du Sénégal", explique l'avocat sénégalais, proche des libéraux. 
 
"Passeport pour huit retenus", affiche Sud Quotidien, se faisant l'écho de la même annonce. "La Cour de la CEDEAO accorde le visa à Karim et Cie", souligne également Walfadjri. Le journal fait une analyse selon laquelle cette décision "a partiellement consacré la victoire des libéraux dans le différend qui les oppose à l'Etat du Sénégal". 
 
"La juridiction africaine a ordonné la levée de l'interdiction de voyage qui frappait certains dignitaires libéraux, mais elle s'est déclarée incompétente sur la suspension des poursuites contre l'enrichissement illicite", ajoute ce quotidien.Pour Le Quotidien, "Les +traqués+ gagnent une manche". 
 
"Belle victoire des libéraux", note le Pays au quotidien, un tantinet enthousiaste. "Karim Wade et Cie à Touba pour remercier le khalife général" des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, annonce même le journal. 
 
"C'est un coup de marteau sur la République du Sénégal. Et pour cause. La Cour de justice de la CEDEAO vient de rendre son verdict en donnant raison aux dignitaires de l'ancien régime qui contestent l'existence de la Cour de répression de l'enrichissement illicite et les mesures d'interdiction de sortie du territoire prises à leur encontre par le procureur spécial Alioune Ndao", commente-t-il ensuite.
 
La Tribune et L'As Tribune se prêtent le même ton, sensiblement. "Karim et compagnie dans des airs de victoire", affiche le premier des deux quotidiens cités. "Ils peuvent désormais voyager tranquillement", relève-t-il, avant d'ajouter que cette décision équivaut à un désaveu pour la Cour de répression de l'enrichissement illicite et porte "un coup dur" aux enquêtes ouvertes dans ce cadre.
 
"Le PDS exulte et brocarde Macky", renchérit de son coté l'As en s'attachant cependant à rendre compte des avis des deux camps, étant donné que chacun voit midi à sa porte. Selon les avocats des dignitaires visés par la mesure d'interdiction de sortie du territoire national, il s'agit d'une "victoire totale", là où Bassirou Guèye, conseiller technique numéro un du ministère de la Justice, soutient que "l'Etat a eu gain de cause à 80 pour cent".
 
Le Populaire, en ce qui le concerne, précise que dans cette affaire, le Parti démocratique sénégalais (PDS), anciennement au pouvoir, "gagne 3 batailles et perd la guerre". "Sur 13 requêtes, écrit ce quotidien, les libéraux obtiennent gain de cause sur trois points dont l'interdiction de sortie du territoire (national) et la présomption d'innocence".
 
"Le verdict tant attendu de la Haute cour de justice de la CEDEAO, suite à la plainte du PDS contre l'Etat du Sénégal est tombé. La haute juridiction a ordonné la levée de l'interdiction de sortie du territoire de Karim Wade et compagnie, mais elle se déclare incompétente pour apprécier l'opportunité de la réactivation de la loi créant la CREI (Cour de répression de l’enrichissement illicite)", note le même journal.
 
"La cour de justice de la CEDEAO vient de couper la poire en deux. Si elle juge que l'interdiction de sortie du territoire est illégale, ordonnant ainsi sa levée, elle reconnaît cependant qu'elle n'a pas de compétence pour +faire injonction+ à l'Etat du Sénégal en quelque matière que ce soit, +relativement à ses lois et procédures", souligne aussi le quotidien Enquête. D'où sa manchette : "Le PDS exulte, le pouvoir se radicalise". 
 
De fait, le pouvoir "ne veut rien +lâcher+", affirme Enquête. Il ajoute que les échos qui parviennent du pouvoir "ne militent pas en faveur d'une levée de l'interdiction de sortie du territoire". De plus, poursuit le journal, le camp du pouvoir est "assez remonté contre la Haute cour de la CEDEAO (…)" et devrait "accélérer la procédure qui concerne Karim Wade et Cie".
 
 APS




Samedi 23 Février 2013
Notez


1.Posté par mame boye le 23/02/2013 14:53
du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89 merci



Dans la même rubrique :