Les raisons de sa séparation avec ABC

Depuis le départ d’Alioune Badara Cissé (Abc) du gouvernement, plusieurs thèses sont consignées dans les colonnes des journaux au sujet des points de divergence. On en sait davantage sur les raisons de cette séparation, à la suite de la sortie du Chef de l’Etat Macky Sall qui présidait la réunion du Conseil des ministres d’hier, vendredi. Tout porte à croire qu’il était loin d’être satisfait du travail de son collaborateur et camarade de parti à la tête du ministère des Affaires étrangères. Comme l’attestent les directives données à son Premier ministre, en relation avec son tout nouveau ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye de «mettre sur pied un dispositif adapté pour orienter le travail de nos représentations étrangères».


Les raisons de sa séparation avec ABC
Le président de la République, Macky Sall ne semble pas content du travail de son ex ministre des Affaires étrangères, Alioune Badara Cissé. Ce dernier était loin de traduire sa vision de la diplomatie, si l’on se fie au communiqué de la réunion du Conseil des ministres d’hier, vendredi 02 novembre. Cette sortie du premier des Sénégalais a étalé au grand jour la divergence entre les deux hommes.

Et le Chef de l’Etat l’a reconnu en filigrane, en demandant au Premier ministre, en relation avec son tout nouveau ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye de «mettre sur pied un dispositif adapté pour orienter le travail de nos représentations étrangères».

Ce dernier devra inclure plusieurs composantes dont la «Diffusion auprès des ambassades des opportunités économiques au Sénégal; la Proposition d’un plan, de travail annuel par chaque ambassade et par consulat ; et la Mise en place au sein du Ministères des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur d’un mécanisme de coordination des actions économiques».

Attentes très fortes

Le Chef de l’Etat a rappelé le contexte dans lequel il a été amené à apporter des changements dans l’équipe gouvernementale. Il a indiqué que «sept mois après son installation à la tête du Sénégal, le Gouvernement pouvait se prévaloir de beaucoup de réalisations ayant permis de restaurer la crédibilité de l’Etat, de remettre sur les rails le pays et d’améliorer le bien être des populations». Macky Sall a souligné que les attentes des Sénégalais qui «souhaitent mieux et plus dans les brefs délais demeurent très fortes». C’est pourquoi il a invité le Premier Ministre et son équipe à «accélérer la cadence des réformes, à relancer énergiquement l’économie sénégalaise avec l’appui conséquent du secteur privé»

Le Président de la République les a également exhortés à «lancer avec diligence les nouveaux chantiers de l’urgence, en mettant l’accent sur la prochaine campagne de commercialisation agricole».
A cet égard, il exclut, pour la prochaine campagne, «toute probabilité de faire procéder à la collecte des récoltes des producteurs en leur remettant de simples bons à payer». Le Chef de l’Etat s’est montré «ferme et déterminé à s’opposer à ces bons qui constituent des difficultés injustifiées et inacceptables pour le paysan sénégalais».
Le Premier ministre abonde dans le même sens en en expliquant «qu’en procédant au réaménagement du gouvernement, le Chef de l’Etat a clairement exprimé le souci de voir son action amplifiée».

Abdou Mbaye confirme Macky

Il a ainsi indiqué que la mission assignée au gouvernement est donc de «travailler avec plus de cohésion, de solidarité, d’efficacité et de rigueur, pour créer les conditions d’une prospérité partagée, et de trouver des réponses concrètes aux attentes des populations sénégalaises». Et d’ajouter que face à l’immensité des urgences et des changements profonds attendus, la nouvelle équipe gouvernementale est «astreinte à définir et à conduire des politiques sectorielles en phase avec les orientations du Chef de l’Etat définies dans le programme «Yonnu Yokuté» et retracées dans la « Déclaration de Politique Générale».

Le Premier ministre de soutenir que pour «conduire cette politique avec de meilleures conditions de succès auprès des populations concernées, le Gouvernement devra cultiver la sobriété à travers ses actes de tous les jours, en consolidant en tout temps et en tout lieu, l’image d’une équipe au service exclusif de l’intérêt général ; celle d’une équipe qui protège le citoyen, combat l’impunité, garantit l’Etat de droit et l’égalité de tous devant la loi».
sudonline




Samedi 3 Novembre 2012
Notez


1.Posté par welainde le 03/11/2012 17:22
Vous n'avez pas donné les raisons du départ de M.Alioune Badara Cissé mais vous nous avez fait lecture du communiqué du gouvernement qui reconnait les acquis positifs durant les sept mois d'exercice du gouvernement sortant qui était d'ailleurs sur un terrain miné et donne une nouvelle feuille de route au gouvernement entrant.C'est simple et clair.Ce qui caractérise le BENNO BOKK YAAKAAR c'est qu'ils sont d'accord que leur propre personne ne compte pas.Ce qui compte c'est le SENEGAL.Ce qui est difficilement acceptable pour un peuple qui a été étranglé par ses élites depuis longtemps et continue toujours d'avoir la nostalgie de ses étrangleurs.

2.Posté par TITOVITCH le 03/11/2012 20:13
ARRETEZ DE RACONTER DES INEPTIES .


MAKY A ETE ABUSE PAR QUELQUES ESPRITS MALVEILLANTS JALOUX DES TALENTS ET PREROGATIVES DE ABC .

MAKY DOIT REPARER CETTE ATTEINTE A L' HONNEUR ET A LA DIGNITE DE ABC .

DANS L IMMEDIAT ET SANS TROP TARDER ABC DOIT OCCUPPER SA PLACE . TOUTE SA PLACE A LA TETE DE L' APR ET CONTINUER LE BEAU TRAVAIL DE MASSIFICATION DE L' APR .

3.Posté par Assanedeug le 04/11/2012 00:30
L'Apr manque cruellement de cadres avec une envergure nationale. Avouons que ceux qui viennent après le Président dans la hiérarchie de cette formation sont d'une insipidité républicaine criarde. Qui pensez-vous pourrait raisonnablement tenir la dragée haute face à Macky ou Dieu ne plaise sans lui ? ABC, Mbaye Thiana , Cissé Lo ou Seydou.... Que des bretteurs apéristes certes mais pas du tout encore Hommes d'Etat

4.Posté par danfakha le 04/11/2012 01:15
Assanedeug a parfaitement raison quant au manque de cadres de l'APR. C'est vraiment avec douleur qu'on suit les debats ou sont presents Seydou Gueye, Aziz Diop ou l'insipide gosse Abdou MBow. Aucun cadre de l'APR n'a un tant soit peu de sel. Ces cadres rapellent Tanor Dieng. Que n'a t on pas la nostalgie des Ousmane NGom, Fada, Me El Hadj Amadou Sall, Abderrahmane Diouf de Rewmi, Alassane Ba, Serigne MBaye Thiam, Aissata Tall Sall, Khalifa Sall, Dr Cheikh Tidiane Dieye, Birahim Seck, etc. ? Ecouter ces mastodontes du debat politique etait un vrai regal.

5.Posté par zo le 07/11/2012 09:54
ce president doit avoir les coudées franches pour dérouler son yonu yokkuté il faut chercher les compétences ou elles sont les manager et exiger d'elles des resultats c'est ce que wade avait fait vasy macky



Dans la même rubrique :
Samuel Sarr libéré

Samuel Sarr libéré - 01/10/2014