Les problèmes fonciers sont "ardus et complexes" (DEPUTE)


Les problèmes fonciers sont "ardus et complexes" (DEPUTE)
Au Sénégal, les problèmes fonciers sont ‘’ardus et complexes’’ avec beaucoup de litiges qui entraînent parfois des morts d’hommes, a déploré, samedi, le député Cheikh Seck, président de la commission ‘’Développement et Aménagement du territoire’’ de l’Assemblée nationale.
’’(...) Nous avons eu beaucoup de lois, de directives et de décrets, mais cela n’a pas réglé les problèmes fonciers’’, a soutenu M. Seck qui préconise la mise en place d’’’un régime foncier adapté au contexte sénégalais’’.
Il s’exprimait dans le cadre d’un atelier de deux jours d’information et de sensibilisation des parlementaires sur les directives volontaires pour une gouvernance responsables des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

La rencontre est organisée par l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR).

’’Nous sommes tenus d’appliquer ces directives parce que nous les avons signées et ratifiées. Et ce n’est pas pour rien que le président de la République a mis en place la Commission nationale de réforme foncière (CNRF)’’, a t-il dit.
Selon lui, ’’chaque pays a sa particularité et ses réalités et l’idéal c’est d’arriver à des lois consensuelles tenant compte de la particularité de notre pays dans le domaine foncier’’.
Pour le conseiller technique du président, l’ingénieur Mamadou Fall, la réforme foncière en cours au Sénégal vise essentiellement ‘’une répartition égalitaire’’ des terres qui, selon lui, doivent être ‘’accessibles’’ aux exploitations familiales.
’’On a tenté plusieurs réformes foncières qui n’ont pas réussi au Sénégal, mais les instructions du Chef de l’Etat ont été extrêmement claires, puisqu’il demande qu’on lui fasse une réforme qui aboutisse’’, a dit M. Fall.
Le représentant résident du Fonds des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), Vincent Martin, a réaffirmé l’engagement de son organisation à accompagner le Sénégal dans son combat contre la faim et la malnutrition qui passe par ‘’une gestion équitable’’ des terres.
Samedi 10 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :