Les pires insultes du monde politique comme arme politique de l'APR


Les pires insultes du monde politique comme arme politique de l'APR
 Idrissa Seck  qualifié de "Teugue "et de "Guewal Gniegnio" par Suzanne Camara de l apr. avant traiter Abdoulaye Wade et PDS,  de "voleur et homosexuelle" par une partie de la gauche et de la mouvance présidentielle le compagnon de Macky Sall, un député comparée à une poule à l'Assemblée...  Chaque semaine l'actualité nous le rappelle : l'insulte, quelle que soit sa force, est devenue monnaie courante dans un débat politique de plus en plus passionné. Voici ceux qui ont reçu les pires noms d'oiseau: Idrissa Seck, Karim Wade et Abdoulaye Wade.
 
Ce n'est pas une raison de tomber d’indignation ! Ce qui est vraiment gravissime, est que le monde politique et médiatique n'a pas d'autre argument à nous proposer !  Cette déclaration abusive de Suzanne Camara qui n est rien d'autre qu'un manque d'argument et un manque total de conduite morale sur la personne de Idrissa Seck et Abdoulaye Wade nous le déplorons  avec dignité et orgueil.
 
L’insulte en politique, une pratique que l’on aurait pu croire (naïvement) presque tombée en désuétude – du moins en public –, ne date cependant pas d’hier. Les parlementaires de la IIe République pratiquaient ce « art » au quotidien jusque dans l’hémicycle où les huissiers avaient parfois beaucoup de mal à séparer les députés qui en venaient aux mains l exemple de Moustapha Niasse et Djibo leity Ka en 1998 une bataille avec des gifles. Parmi les plus féroces aujourd hui, Tonton Moustapha Cisse Lo et Moustapha Diakhate et leur frère Suzanne Camara se distinguaient par la cruauté de leurs mots. 
 
Pour autant, les personnalités politiques qui profèrent des insultes s’en sortent généralement assez bien. Le plus souvent, elles souffrent d’un déficit d’image d’une durée plus ou moins longue (dans notre société de l’information, le public a la mémoire courte) et, sous la pression médiatique, présentent des excuses publiques. 
 
Notre monde manque d'efforts d'intelligence et de débats véritables entre personnes honnêtes, les débats étant souvent confisqués par les hommes politiques qui font semblant de débattre mais ne cherchent pas vraiment la vérité, ainsi que par la télévision et différents médias qui font des argumentations à sens unique. Par la démocratie, on donne raison à ceux qui sont les plus nombreux à avoir une même opinion, ce qui est un très mauvais critère. Les gens discutent parfois par groupe avec quelques proches qui sont à peu près d'accord avec eux, mais les gens honnêtes d'opinion différente ne débattent généralement pas. Or, pour progresser il serait indispensable que des gens honnêtes d'opinion différente échangent leurs arguments, dans un travail dialectique qui (pour des problèmes d'économie et de société en particulier) serait parfois le travail de plusieurs vies pour que la vérité des problèmes puisse enfin sortir du puits de façon significative et que des solutions se dégagent, loin des batailles de slogans et attaques personnelles que les hommes politiques s'échangent suivant leur art du spectacle. 
 
Seydina Ousmane Sylla
University of Colorado at Denver
Department Health Science
Membre du parti Rewmi
osylla62@gmail.com


Jeudi 28 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par Grand Malick le 28/11/2013 12:36
Mais Ousmane, you should start a battle you know for sure you'll win. Idy is not trusted at all by the senegalese people, so your best bet would be to work with tonton Cisse Lo and forget about this looser.He missed his chance and he did have a chance to be president but he prefered to " deal " the hope of a whole nation.
I see in you a good APR guy.Hi Serigne Bara!!!
Take care

2.Posté par diololi le 30/11/2013 15:46
DIRE A UNE PERSONNE QU IL EST GRIOT N EST PAS UNE INSULTE
YOUSOU NDOUR ,IBA DER ,IDRISSA SECK ,MANSOUR MBAYE ,KEBA MBAYE ,ABLAYE MBAYE PEKH ,MADICKE NIANG SE RESSEMBLENT SUR UN POINT ILS ONT L 4ART DE LA PAROLE



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015