Les minutes de la confrontation entre Alioune Samba Diassé et Mame Fatou Babou (présentée comme actionnaire à ABS)

La Commission d'Instruction de la Crei a auditionné, pour une confrontation avec Mme Babou le 08 avril 2014 à 20 h 40, celui qui est présenté comme le complice de Karim Wade dans la société ABS, spécialisée dans le transport de bus à l'Aéroport de Dakar.


Les minutes de la confrontation entre Alioune Samba Diassé et Mame Fatou Babou (présentée comme actionnaire à ABS)
Première question à Alioune Samba Diassé : Au cours de votre audition du 26 Mars 2014, vous avez déclaré qu’au moment du dépouillement de l’appel d’offres pour le transport à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor, vous avez eu deux soumissionnaires. Pouvez-vous nous dire lesquels ?
 
Alioune Samba Diassé : Il y avait d’autres soumissionnaires, mais je ne me rappelle pas lesquels.
 
QUESTION : ABS SA a été créée le 19 Juillet 2002. Le dossier de consultation relatif au cahier des charges a été confectionné en juillet 2002. Pouvez-vous nous expliquer la coïncidence entre les deux dates? Est-ce à dire que ABS a été créée uniquement pour soumissionner à cet appel d’offres ?
 
REPONSE : Je pense simplement que c’est une coïncidence. D’ailleurs, le processus de constitution de ABS SA a commencé bien avant Juillet 2002.
 


QUESTION : L’administrateur délégué de l’ASECNA avait adressé le 9 septembre 2002 à ABS SA CONTRACT une lettre l’informant de sa désignation comme adjudicataire du marché. Pouvez-vous nous dire si ABS CONTRACT est différente de ABS SENEGAL dont vous êtes actionnaire ?

 
REPONSE : ABS SA CONTRACT n’est pas une société qui existe, c’est ABS SA qui existe. CONTRACT c’est le partenaire technique avec lequel j’ai travaillé. J’ai utilisé les brochures de CONTRACT COBUS au moment de la soumission.
 
QUESTION : Est-ce à dire qu’à cette date ABS SA avait déjà conclu formellement un contrat de partenariat avec CONTRACT COBUS INDUSTRIE ?
 
REPONSE : Je ne peux pas dire formellement, c’est à dire par écrit, mais on était déjà en pourparlers par rapport à ce partenariat et, le partenariat a été formalisé, si je ne me trompe au mois d’Octobre de la même année.
 
QUESTION : Pouvez-vous nous dire la date et les raisons de la sortie du capital de Wolfgang ROHL de la société ABS SA ?
 
REPONSE : J’ai commencé à travailler avec Wolfgang ROHL depuis très longtemps et si je suis entré dans ce projet c’est grâce à lui. Quand le tout a été formalisé, Wolfgang ROHL avait un besoin d’argent que moi en ce temps là je ne pouvais pas satisfaire puisque j’étais moi-même endetté et confronté à des difficultés de paiement. Je lui ai demandé de patienter mais comme son besoin était pressant, il ne voulait pas attendre. Je lui ai parlé du prêt que j’ai fait à la banque mais il ne voulait pas comprendre et c’est en ce moment qu’on s’est séparé à l’amiable.
Pour lui, puisqu’on a commencé à travailler, il devait immédiatement recevoir les fruits. Il fallait qu’il patiente un peu pour que je lui trouve de l’argent, ce qu’il ne pouvait pas comprendre et on s’est séparé à l’amiable.
Mon endettement s’explique par le fait qu’au moment de l’augmentation du capital, j’avais déjà emprunté de l’argent à mon beau frère et aussi j’avais emprunté de l’argent auprès de la banque pour l’acquisition de bus.
 
QUESTION : Vous avez fait tantôt état de tension entre vous et votre associé Wolfgang à  propos d’un besoin d’argent qu’il avait et que vous ne pouviez satisfaire. Comment dans ces conditions êtes vous parvenus à un règlement à l’amiable et quels sont les termes dudit règlement ?
 
REPONSE : Je lui ai fait la proposition suivante : Je n’ai pas d’argent à te donner tout de suite, mais je vais essayer de trouver un montant de 30 millions que je vais vous donner mais je ne lui avais pas promis de le lui donner d’un seul coup et je lui ai dit que j’étais en pourparlers avec le Mali et dans ce pays je peux vous promettre qu’on peut essayer d’aller ensemble parce que moi j’avais besoin d’un point de vue technique.
 
QUESTION : Est-ce pour ces raisons qu’il a décidé de sortir de l’actionnariat de la société ?
 
REPONSE : Oui.
 
QUESTION : Cet accord dont vous vous prévaliez a-t-il été matérialisé par écrit ? Si oui, pouvez-vous nous produire cet accord ?
 
REPONSE : Pour cet accord je n’ai pas souvenance d’un document qui le sanctionnait. On se connaissait très bien et il sait que quand je prends des engagements, je les respecte. C’est pourquoi l’engagement n’était que verbal.
 
QUESTION : Pouvez-vous nous dire pourquoi après la sortie du capital de Wolfgang ROHL en 2003, donc après le démarrage des activités de la société ABS SA, la dame Véronique Lélie Manga est restée actionnaire de la société ABS SA, puisqu’elle était censée représenter Wolfgang qui était selon vos propres déclarations, le véritable propriétaire des actions qu’elle portait ?
 
REPONSE : J’ai laissé la dame parce qu’il fallait que je décide de la cession et comme toutes les actions étaient au porteur et que c’est moi qui les avais, j’ai dit à Wolfgang ROHL que je vais continuer le temps de formaliser.
 
QUESTION : Pouvez-vous nous dire pendant combien de temps après la sortie de Monsieur Rohl du capital, la dame Véronique MANGA a continué à porter les actions que revenaient à ce dernier ?
 
REPONSE : Elle a continué à porter les actions jusqu’à la date de la cession. J’ai des problèmes avec les dates et je ne souviens pas de la date exacte de la cession mais les documents y afférents sont versés dans le dossier.
 
QUESTION : Au cours de votre audition du 26 Mars 2014, vous aviez promis de nous produire les justificatifs des prestations fournies par la SONATS à la société ABS SA. Êtes vous en mesure de nous les produire aujourd’hui ?
 
REPONSE : Je ne peux pas les produire actuellement puisqu’au sortir de l’audition susvisée, je suis tombé malade et j’ai été hospitalisé jusqu’au Jeudi 03 Avril.
 
QUESTION : Est ce que vous pouvez les produire ?
 
REPONSE : Je n’ai pas accès à mon bureau et je n’ai pas accès à la comptabilité. Si vous me donnez l’autorisation je vais aller les chercher.
 
QUESTION : Au cours de la même audition, vous avez déclaré qu’il était convenu entre vous et Ibrahim Aboukhalil un partage à parts égales des actions de la société ABS CORPORATE. Vous avez également déclaré qu’à cette occasion, Monsieur Aboukhalil vous a présenté un document et d’autres pièces sanctionnant cet accord. Maintenez vous cette déclaration ?
 
REPONSE : Oui je la maintiens.
 
QUESTION : La société ABS SA avait elle signé directement avec ABS CORPORATE un contrat de transfert de l’exclusivité de la commercialisation des bus COBUS ?
 
REPONSE : L’exclusivité était au nom de ABS SA. Après en avoir discuté avec CONTRACT COBUS, j’ai en ma qualité de DG de ABS SA transféré l’exclusivité de la commercialisation à ABS CORPORATE. Selon l’entendement des allemands sur les dénominations, ils pensaient que c’était la même chose alors que c’était deux entités différentes. Le transfert s’est fait de CONTRACT à ABS CORPORATE. C’est un transfert direct.
 
QUESTION : Pouvez-vous nous produire le document sanctionnant cet accord entre les deux sociétés ?
 
REPONSE : Je crois vous avoir produit ledit accord.
 
QUESTION : Etes-vous toujours actionnaire de la société ABS CORPORATE SA ?
 
REPONSE : Au début j’étais à 50% de parts avec IA. En novembre 2011 Ibrahim Aboukhalil m’a fait part de son intention de quitter l’actionnariat de ABS CORPORATE. Mais à ce jour il n’a signé aucun document pour matérialiser ce retrait et s’il le faisait je me retrouverais titulaire à 100% des parts.
 
QUESTION : Vous avez lors de votre audition du 26 Mars 2014, affirmé que les 1500 euros que vous receviez de la société ABS CORPORATE représentaient vos frais de téléphone et de voyage.
Confirmez vous cette déclaration ?
 
REPONSE : Les 1500 euros étaient un forfait qui m’était allongé pour faire face aux frais attachés à mes fonctions commerciales. Mais ils ne prenaient pas en compte mes frais en cas de déplacement (hôtel, voyage…).
 
QUESTION : Les documents bancaires fournis par la JULIUS BAER BANK, suite à la commission rogatoire internationale adressée aux autorités judiciaires monégasques, ne font pas état de tels transferts entre le compte bancaire de la société ABS CORPORATE et vous-même ou la société ABS SA.
Que répondez vous à cela ?
 
REPONSE : Ce que je peux dire sur cette question c’est qu’il y avait mensuellement un virement de 1500 euros dans mon compte ouvert dans les livres de la société générale à Paris Anvers.
 
QUESTION : Pouvez vous nous donner le nom de la banque à partir de laquelle ABS CORPORATE faisait ces virements ?
 
REPONSE Pour moi ça provenait du compte de ABS CORPORATE ouvert à la JULIUS BAER BANK de MONACO.
 
SIR DE MONSIEUR DIASSE : Je peux vous produire dès demain mon relevé d’identité bancaire.
 
QUESTION : Êtes vous le seul bénéficiaire ou seul utilisateur du compte ouvert à Paris SGBS Paris Angers ?
 
REPONSE : J’utilise le compte en même temps que ma fille Mame Coumba DIASSE
 
QUESTION : Il ressort des déclarations faites par Ibrahim Aboukhalil le 1er Avril 2014 que les formalités de la cession n’ont pas été faites à cause de la non transmission de certaines informations relevant du KYC (Know Your Customer) qui devaient être fournies par le nouvel actionnaire avant la prise en compte par l’agent résident aux BVI ?
 
Que répondez vous à cela ?
 
REPONSE : je ne peux rien vous dire sur ces déclarations parce que ça vient de lui et c’est des informations que je n’avais pas.
 
QUESTION : Au cours de votre audition du 26 Mars 2014 vous avez déclaré avoir versé les montants perçus au titre de dividendes de la société ABS SA sur votre compte bancaire personnel ouvert dans les livres de la SGBS.
Il résulte cependant du procès-verbal d’exécution de la délégation judiciaire adressé à la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale le 28 Mars 2014 qu’aucune trace de ces dividendes n’apparaît dans votre compte bancaire ouvert sous le numéro 20965529 les seuls mouvements de fonds importants qui y ont été enregistrés étant deux prêts de 10.000.000 de francs chacun contracté respectivement les 12 août 2008 et 27 Août 2012.
Que répondez-vous à cela ?
 
REPONSE : Je dis de façon formelle que tous les chèques afférents à mes dividendes sont des chèques barrés que j’ai versés dans les livres de mon compte personnel ouvert à la SGBS. Dès demain je me rapprocherai de ma banque pour avoir et vous fournir les relevés sur toutes les opérations.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP : Est ce que Ibrahim Aboukhalil dans la pratique vous traitait comme un actionnaire ayant 50% ?
 
REPONSE : Oui, parce que tout ce qu’il prenait comme décision, il m’en informait. Tout ce qui touchait la commercialisation des Bus COBUS, il en discutait avec moi avant de prendre une quelconque décision.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP : Sur le plan financier, est-ce que Ibrahim Aboukhalil vous payait des dividendes, vous convoquait à des AG et vous présentait des bilans ?
 
REPONSE : Il n’y a jamais eu de distribution de dividendes, ni de présentation de bilan puisqu’il n’y avait pas de bilan, il n’y avait pas de convocation d’AG. Cependant pour ce qui concerne la commercialisation des bus COBUS, comme je l’ai dit précédemment, Ibrahim Aboukhalil ne faisait rien sans m’en parler.
 
MENTION : A 22 heures et 18 minutes, la commission d'instruction fait entrer Madame Fatou BABOU, née le 28 Mai 1953 à Dakar, caissière à la retraite, demeurant aux Parcelles Assainies, Unité 22, n°29 aux fins d’être confrontée avec Alioune Samba DIASSE.
 
QUESTION A ALIOUNE SAMBA DIASSE : Au cours de votre audition du 9 Octobre 2013, à la question  « Est-ce qu’il y a eu une évolution dans la structuration de l’actionnariat de ABS ? », vous avez répondu : « Oui. L’actionnariat a évolué. La nouvelle structuration est la suivante : j’ai pris les 95%, Véronique 3%, Fatou BARRO 3%. Ensuite sur les 95% que j’avais, j’ai donné 2% à mon fils, 3% à mon épouse. Je suis le seul propriétaire de ABS SA ».
Maintenez-vous cette déclaration ?
 
REPONSE D’ALIOUNE SAMBA DIASSE : Je rectifie cette déclaration. Les 95% sont pour moi, les 3% pour Véronique et les 2% pour Fatou BABOU. Je n’ai jamais dit que de mes 95%, j’ai donné 3% à mon épouse et 2% à mon fils. Pour la nouvelle structuration, ce sont 5% qui étaient distribués entre Véronique et Fatou BABOU qui ont été cédés à mon épouse, pour 3% et à mon fils pour 2%. D’ailleurs c’est la raison pour laquelle j’ai affirmé que la société me revenait à 100%.
 
QUESTION A ALIOUNE SAMBA DIASSE : Au cours de votre audition du 26 Mars 2014, vous avez déclaré que la dame Fatou BABOU est votre tante, mais également qu’elle a été secrétaire à BOURGI TRANSIT. Confirmez-vous ces déclarations ?
 
REPONSE D’ALIOUNE SAMBA DIASSE : Quand je disais que c’est une tante, ce n’est pas parce que nous avons des relations de parenté, mais tout simplement parce qu’elle est mon aînée et nous entretenions d’excellentes relations. En ce qui concerne les fonctions qu’elle a à BOURGI TRANSIT je ne sais pas si elle était secrétaire ou autre. Je la voyais à la société BOURGI TRANSIT, mais je sais qu’elle travaillait dans le GROUPE BOURGI.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Avez-vous été secrétaire dans la société BOURGI TRANSIT ?
 
REPONSE : Je ne travaillais pas dans BOURGI TRANSIT et je ne suis pas secrétaire. Je travaillais dans le groupe Bourgi plus précisément au salon de coiffure dénommé Alexandre FEMINIAN. De temps en temps on m’envoyait faire des courses à BOURGI TRANSIT.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Que vous a dit Alioune Samba DIASSE lors de la constitution de la société ABS SA ?
 
REPONSE DE FATOU BABOU : Il m’a demandé si je pouvais lui rendre service pour créer une société et j’ai répondu oui sans hésiter.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Est ce que vous saviez quelle société il allait créer ?
 
REPONSE : Je n’ai pas cherché à savoir lorsqu’il m’a dit qu’il voulait créer sa société.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Saviez-vous que vous étiez actionnaire de la société ABS SA ?
 
REPONSE : Je ne savais pas que j’étais actionnaire de la société ABS SA puisque je signais seulement les papiers que m’amenait Alioune Samba DIASSE en raison de la confiance que j’avais envers lui.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Vous a-t-il jamais dit que vous êtes actionnaire ?
 
REPONSE : Non, il ne m’a jamais dit que j’étais actionnaire de ABS SA. Cependant il me remettait des chèques à encaisser à la banque dont je reversais les montants correspondant entre ses mains.
 
QUESTION À FATOU BABOU : Il résulte des PV des délibérations de CA qu’au démarrage de la société ABS SA que vous y participiez tantôt en qualité de secrétaire tantôt en qualité de scrutateur avec la mention « étaient présents ». Vous est il arrivé une seule fois de prendre part à une réunion du CA de la société ABS SA ?
 
REPONSE : Je n’ai jamais pris part à une réunion du CA de ABS SA.
 
QUESTION : Comment expliquez-vous que votre signature figure sur les PV de réunion du CA de ABS ?
 
REPONSE : Il me présentait seulement les PV et je signais.
 
QUESTION : Saviez vous qu’il s’agissait de PV de CA ?
 
REPONSE : Il me présentait des documents que je signais.
 
QUESTION A DIASSE : Avez-vous des observations à faire par rapport aux déclarations de Fatou BABOU ?
 
REPONSE : Je ne sais pas si elle sait ce que veut dire être actionnaire ou pas, mais si je lui ai demandé de m’aider, c’était pour porter des actions à hauteur de 10%. Je l’ai fait pour avoir le contrôle de la société.
 
QUESTION : Avez-vous dit à Madame Fatou BABOU en lui demandant de vous aider que vous vouliez qu’elle porte pour vous 10% des actions de la société ?
 
REPONSE : Je le lui ai dit mais peut être qu’elle ne s’en souvient pas.
 
QUESTION A FATOU BABOU : Est ce que Diassé vous a dit de porter pour lui 10% des actions de ABS SA ?
 
REPONSE : Je ne me rappelle pas. En tout cas je n’ai rien donné en contre partie de mes actions.
 
QUESTION À FATOU BABOU : Où travaillez-vous au moment où Diassé vous faisait signer les documents relatifs à ABS SA ?
 
REPONSE : Quand il m’a demandé de l’aider à créer sa société en ce moment on était ensemble à la salle POWERGYM mais quand POWERGYM a fermé il m’amenait des documents à signer à l’immeuble ABM.
 
QUESTION A MADAME FATOU BABOU : Alioune Samba DIASSE lors de ses précédentes auditions avait déclaré qu’au moment où il créait ABS SA il ne travaillait plus dans le groupe BOURGI puisqu’il ne s’entendait pas trop avec ses patrons. Au cours de votre audition du 26 Mars 2014 vous avez déclaré « au moment où Alioune Samba Diassé me demandait de l’aider à créer sa société ABS, il travaillait en même temps que moi à la salle de sport POWERGYM dont il était le gérant. Maintenez-vous cette déclaration ?
 
REPONSE : Oui je la maintiens.
 
QUESTION A MADAME FATOU BABOU : Lors de ses précédentes déclarations Alioune Samba DIASSE a affirmé que «  tout le monde dans Dakar savait que je vendais de l’encens et que c’est avec une partie du produit de mon commerce que j’ai créé la société et procédé à l’augmentation du capital ». Au cours de votre audition du 26 Mars 2014 vous aviez déclaré à la question de savoir étant donné que vous travaillez avec A S DIASSE est ce que vous saviez qu’il vendait de l’encens, vous aviez répondu «  je ne me suis jamais préoccupée ni des activités ni des revenus de DIASSE. Je n’avais pas connaissance que Alioune Samba DIASSE vendait de l’encens et il m’en a jamais vendu non plus ». Maintenez vous toujours ces déclarations ?
 
REPONSE : Oui je les maintiens
Je confirme que c’est à POWERGYM que je lui ai demandé de me rendre service. Comme elle l’a si bien dit POWERGYM était ensuite fermée. Quand je créais la société, j’avais déjà quitté le groupe. Fatou ne pouvait pas être au courant de mes activités et de mes affaires même si nous avions de très bons rapports. Pour l’encens c’est un produit brut. Je le vendais en gros. Souvent et la majeur partie du temps, j’avais un client et mon plus grand client était Modou FALL de ‘PALLENE TOMATE ». Je n’en ai jamais donné ni vendu à Fatou BABOU.
 
SIR : J’avais promis de faire des démarches auprès de mon beau frère pour trouver les connaissements relatifs à mon commerce d’encens et je m’y attelle.
 
SIR DE FATOU BABOU : Je ne me souviens du temps qui s’est écoulé entre le moment où Alioune Samba Diassé m’a demandé de l’aider à créer sa société et celui où il m’a présenté les documents à signer pour ce faire.
 
QUESTION DE MAITRE SEYE A FATOU BABOU : Est ce que vous confirmez que Diassé a quitté la salle POWERGYM aussitôt après vous avoir parlé de la création de sa société ?
 
REPONSE : Je confirme qu’il a quitté POWERGYM avant la fermeture de cette salle.
 
QUESTION DE MAITRE CISSE A FATOU BABOU : Au moment de la constitution de la société, rendant service à Diassé, ou au cours de l’une quelconque des occasions au cours desquelles elle vous avait signé les PV avez-vous perçu un quelconque montant de Diassé ?
 
REPONSE : Je n’ai jamais rien donné je n’ai jamais rien reçu.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP A FATOU BABOU : Connaissez-vous Ibrahim Aboukhalil dit Bibo BOURGI ?
 
REPONSE : Oui je le connais puisque j’ai travaillé pour le Groupe Bourgi.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP A FATOU BABOU : Bibo vous a t’il une fois demandé d’aider Diassé à créer sa société ?
 
REPONSE : Il ne me l’a jamais demandé.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP A FATOU BABOU : Pendant tout le temps que vous signiez des chèques pour Diassé et que vous perceviez des chèques pour les lui restituer, Aboukhalil vous a t’il une fois interpellé au sujet de cette société ?
 
REPONSE : Non, il ne m’a jamais interpellé au sujet de cette société.
 
QUESTION DE MAITRE DIOP A FATOU BABOU : Connaissez-vous Pape Mamadou Pouye ?
 
REPONSE : Oui, parce que j’étais le concierge du Groupe Bourgi.
 
QUESTION : Est ce que Pape Mamadou Pouye vous a une seule fois demandé d’aider Diassé à constituer sa société et vous a t’il interpellé au sujet de cette société ?
 
REPONSE : Non on se parlait même pas.
 
QUESTION DE MAITRE SEYE A FATOU BABOU : Connaissez vous Karim WADE ?
 
REPONSE : Oui, comme tout le monde. Néanmoins je l’ai vu plusieurs fois à l’immeuble ABM où je travaillais, mais je ne sais pas ce qu’il y faisait.
 
QUESTION : Est-ce que Karim WADE vous a une seule fois demandé d’aider Diassé à constituer et vous a t’il interpellé au sujet de cette société ?
 
REPONSE : Je n’ai jamais parlé avec lui.
 
QUESTION DE MAITRE SEYE A DIASSE : Qu’est-ce que vous entendez par tout Dakar est au courant que je vends de l’encens ?
 
REPONSE : J’entends par tout Dakar sait que je vends de l’encens, que mes proches et les acteurs du secteur le savent.
 
        CLOS A 23 HEURES 50 MINUTES    
Mardi 16 Septembre 2014
Dakaractu




1.Posté par Yoos le 16/09/2014 11:23
Euplow!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par hhhhhhh le 16/09/2014 15:37
Ouff ndeketeyo ya proces déee c gens ne badinent pas deee ptit Karim ils cuisinent dur hein!!! ca va chauffer

3.Posté par NTS le 16/09/2014 19:07
wepeeeeee boy bi mo graw way ki rey naniou beugnou dééé way

4.Posté par wax dëg le 19/09/2014 12:19
Pauvre Diassé! waxal deugbi tè noppolou!

5.Posté par feuz le 23/09/2014 12:41
faux procès oui.................................

6.Posté par REAL UNDER le 23/10/2014 11:12
NICEUHNA



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016