’’Les gouvernements ont laissé pourrir la crise casamançaise’’, accusent Ismaïla et Tidiane Touré


’’Les gouvernements ont laissé pourrir la crise casamançaise’’, accusent Ismaïla et Tidiane Touré
Les frères Ismaïla et Tidiane Touré, artistes-musiciens, accusent les gouvernements du Sénégal d’avoir laissé pourrir la situation de guerre qui s’est installée en Casamance, leur région d’origine, depuis près de trente ans, poussant les usines à fermer leurs portes et les jeunes à l’exode.

‘’Nous tenons à notre engagement humanitaire dans notre région d’origine. La guerre y sévit depuis trente ans. Les gouvernements ont laissé pourrir la situation, sans trouver les solutions pour la paix’’, ont-il déclaré dans un entretien paru dans la livraison de novembre du mensuel panafricain Afrique Magazine.

Ils rappellent que le président Abdoulaye Wade avait promis de régler le problème en cent jours. ‘’Au lieu de quoi les usines ont fermé. (…) Nos filles vont faire les bonnes à Dakar, les jeunes sont voués à l’échec.’’

Revenant sur leur engagement humanitaire au profit de leur région, Ismaïla et Tidiane Touré ont dit qu’ils sont ‘’torpillés’’ chaque fois qu’ils ont un projet en Casamance, ‘’qu’il s’agisse d’un centre de formation aux métiers artistiques ou du lancement d’une radio’’.

Ils ajoutent : ‘’Nous avions envoyé 15 machines de dialyse à Ziguinchor, pour les personnes qui ne peuvent pas faire la route pour se faire soigner à Dakar. Le matériel a été dédouané, mais il est resté dehors à rouiller sous la pluie’’.

En 2003, les deux artistes avaient sorti ‘’Un bateau pour la Casamance’’, une cassette enregistrée au bénéfice des familles des quelque deux-mille victimes du naufrage, le 26 septembre 2002, du ferry ‘’Le Joola’’ qui assurait la liaison Dakar-Ziguinchor.

Pour eux, le naufrage de ce bateau était un ‘’signe prémonitoire’’ de la vague d’émigration constatée ces dernières années via des pirogues de fortune. Des milliers de jeunes sont partis des côtes occidentales du continent pour rejoindre l’Europe considérée comme un ‘’eldorado’’.

‘’Il ne s’agit pas seulement de ce ferry, qui faisait la liaison entre Dakar et Ziguinchor, en Casamance, commentent Ismaïla et Tidiane Touré. Tous les jeunes qui embarquent dans les pirogues pour émigrer, au risque de leur vie, font partie du même naufrage national.’’

Les deux artistes constatent que deux types de situation prévalent aujourd’hui au Sénégal : ‘’Soit vous faites partie de ceux qui font la nouba, des nouveaux riches qui sont très fiers de l’être, alors qu’ils n’ont pas fait le dixième du travail que les immigrés font en Europe…Soit vous faites tout votre possible pour partir, pour quitter le pays, sans forcément savoir où aller’’.

Les frères Touré font partie des pionniers de la musique africaine en Europe, à une époque où ils étaient quatre puis cinq. Ils ont connu le succès dans les années 1980. Leur dernier album en date est ‘’Santhiaba’’ (FullForce/Wagram), leur dix-septième disque, sorti en mai 2008.

Ils se trouvent à Paris où ils préparent un nouveau disque dans lequel ils rendent hommage aux lutteurs traditionnels, ‘’les anciens, plutôt que les stars d’aujourd’hui qui ne pensent qu’à l’argent’’. Ils n’ont donné aucune précision sur la date de sortie du produit.

( APS )
Dimanche 13 Novembre 2011




1.Posté par THIOPO le 14/11/2011 11:43
Le Touré kounda, groupe précurseur qui a beaucoup oeuvré pour l'éclosion de la musique africaine et sa reconnaissance mondiale; il mérite la reconnaissance de l'Afrique, et du Sénégal en particulier. Dommage, dans ce pays, seul le présent compte. Mais faut comprendre que le Sénégal n'est pas né aujourd'hui.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016