Les enfants sans papier en Espagne


Les enfants sans papier en Espagne
Un enfant est d’abord, avant tout et uniquement, un enfant. Il peut, par ailleurs, être un migrant. Ce principe, associé à la nécessité de tenir compte de l’intérêt supérieur de l’enfant, conformément à l’article 3 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, et à l’obligation de traiter tous les enfants sur un pied d’égalité, devrait être le point de départ de toute discussion sur les enfants migrants sans papiers. Le statut de l’enfant au  regard de l’immigration doit toujours rester une considération secondaire. Les enfants migrants sans papiers sont vulnérables à trois égards: en tant que migrants, en tant que personnes sans papiers et en tant qu’enfants. Dans plusieurs pays européens, les migrants sans papiers sont exclus des services sociaux élémentaires permettant de bénéficier des conditions de vies décentes dans les domaines de la santé, du logement et de l’éducation. C’est spécialement le cas des enfants qui sont  victimes des violences de l’exploitation et de la discrimination : les enfants sans papiers se voient refuser dans certains pays l’accès à l’école, dans d’autres pays la police des étrangers utilise le système éducatif afin de détecter les migrants sans papiers par le biais de leurs enfants, et les enfants sans papiers font l’objet d’un nombre croissant de détention. Dans le but est de combattre la violence faite aux enfants sans papiers du fait des discriminations en développant les capacités des partenaires concernés à protéger cette jeune population contre la discrimination en accédant au logement, à l’éducation et aux soins de santé ,la Direction Générale Justice, Liberté et Sécurité de la Commission Européenne a mis en place un  programme.  Dans ce projet, une attention particulière est portée sur la situation des enfants sans papiers en Europe mais aussi soutient les échanges avec les ONG et les autres acteurs de la société civile agissant pour la défense des droits de ces enfants. Il ya cinq domaines particuliers dans lesquels les droits des enfants migrants sans papiers doivent être clarifiés et renforcés, à savoir l’éducation, la protection de la santé, le logement, la rétention et l’exploitation. En Espagne ,les enfants migrants sans papiers ne bénéficient pas du droit à la sécurité sociale et du droit à jouir d’un niveau de vie suffisant, conformément aux paragraphes 9 et 11 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies. Les enfants sans-papiers et leurs familles vivant en Espagne font face chaque jour à  des obstacles. Ils ne sont pas traités comme des enfants, n’accèdent pas au même traitement, à la même protection et le même accès aux services qui sont offerts aux enfants ayant la nationalité du pays. Pour cela des stratégies doivent être élaborées pour protéger les enfants en situation de séjour irrégulier pour explorer les nombreux obstacles auxquels ils font face. Pour ce qui est de leurs sorts, le gouvernement Espagnol doit se pencher sur leurs problèmes de santé, et à donner suite à la proposition visant à procurer à chaque enfant sans papiers une carte ou un dossier médical qui le suivra où qu’il aille.   

Aly Saleh
Journaliste    
                                                                                                                                                                                                                                                                   
 
 
Vendredi 24 Mai 2013
Dakaractu




Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015