Les effarantes révélations de Cheikh Tidiane N'diaye (AHS) à la CREI : "Au démarrage , nous ne savions pas quels étaient les actionnaires de AHS-SA. On sentait même qu’on nous cachait des choses (...)"

"Cuisiné" le 25 Juillet 2013 à 12 h 11 ', Cheikh Tidiane N'diaye a pratiquement versé dans des révélations. Lisez sa déposition devant la commission d'instruction de la Crei!


Les effarantes révélations de Cheikh Tidiane N'diaye (AHS) à la CREI : "Au démarrage , nous ne savions pas quels étaient les actionnaires de AHS-SA. On sentait même qu’on nous cachait des choses (...)"
Q : Depuis quand travaillez-vous à AHS-S.A ?
 
R : La société AHS-SA a démarré ses activités le 24 février 2003, et j’ai été la première personne recrutée par Deconinck. J’ai été la deuxième personne recrutée par la société Aviation Handling Services dite AHS SA
 
Q : Quelles sont vos fonctions et tâches exactes dans cette entreprise ?
 
R : J’ai été d’abord engagé par Air Afrique en qualité de mécanicien. A la liquidation d’Air Afrique, le comité local chargé de gérer le Handling nous a envoyé en formation à Dakar. A la création d’AHS, j’ai été engagé en qualité d’agent d’opérations dans cette entreprise. Par la suite, je me suis spécialisé en sûreté aéroporturaire. C’est ainsi
qu’après avoir obtenu mes diplômes, j’ai été reclassé pour occuper les fonctions de chef de sécurité, puis chef du département sécurité et environnement et enfin directeur de qualité, sécurité, sûreté et environnement. J’ai occupé ces dernières fonctions jusqu’en juillet 2011, avant d’être licencié pour avoir dispensé des cours de sécurité aéroportuaire au niveau des ADS, de l’armée de l’air du Sénégal et dans une école de transit.
 
S.I.R : Conformément aux prescriptions de l’aviation civile internationale, j’ai installé la gestion de sécurité aéroportuaire à AHS-SA qui n’en disposait pas. Mon rôle dans ce……. était d’assurer la sécurité et la sûreté aéroportuaires.
 
Q : Pouvez-vous nous édifier sur le processus de création de la société AHS SA?
 
R : A la dissolution d’Air Afrique, alors que nous étions dans le comité local de gestion, Serigne Thiandoum, Valdiodio N'diaye et moi-même avons été contactés téléphoniquement par Noël Deconinck qui m’a fait part de son projet de nous employer dans une société qui était en phase de création, dénommée AHS SA. Nous avons pris rendez-vous avec lui, et, à cette occasion, il nous a dit qu’il était un cadre de la société MENZIES Aviation qui lui a confié la mission de créer la société et pour nous convaincre de nous mettre au service de cette société, il nous a proposé des avantages beaucoup plus intéressants que ceux que nous avions au niveau du comité local.
D’ailleurs, je dois préciser qu’après avoir donné son accord, il nous a avancé un mois de salaire plus une  prime équivalant au salaire, avant même le démarrage de la société AHS-SA.
 
S.I.R : Au début, nous avions pensé que Noël Deconinck était le directeur général d’AHS pour avoir été à l’origine de la création de la société. Toutefois, une semaine après, il nous a fait savoir qu’il occupait les fonctions de directeur des opérations, le poste de directeur général devant revenir au nommé Elli Manel Diop.
 
 
 
S.I.R : Je ne peux pas dire la date exacte de la création de la société AHS, mais le démarrage de ses activités a eu lieu le 24 février 2003.
 
Déclarations spontanées du témoin : Par ailleurs, deux ou trois semaines avant le démarrage des activités de AHS, un avion Antonov dont je ne connais pas la provenance a atterri à l’aéroport de Dakar pour débarquer du matériel qui devait servir à l’exploitation de la société, lequel matériel n’a jusqu’à ce jour pas été dédouané. Je dois ajouter que le matériel débarqué était un complément d’une partie du matériel qui aurait été cédé par Air Afrique à AHS. L’autre partie du matériel d’Air Afrique ayant été laissé à la disposition de la société SHS. A propos du matériel non dédouané, nous avons reçu en 2011, Serigne Thiandoum et moi, la visite de douaniers qui nous ont demandé de leur produire les certificats de mise en circulation des véhicules et, à l’occasion d’un cours que je dispensais au bureau des douanes de l’aéroport, un des douaniers m’a laissé entendre que c’est sur les instructions de M. Karim Meïssa Wade que les investigations ont été arrêtées.
 
S.I.R : Je ne connais pas l’identité du douanier qui m’a donné cette information. Cependant, mis en ma présence, je pourrai le reconnaître.
D’ailleurs, je sais qu’il est toujours en activité à l’aéroport de Dakar.
 
Q : Savez-vous qui sont les personnes qui ont créé AHS-SA ?
 
R : Au démarrage , nous ne savions pas quels étaient les actionnaires de AHS-SA. On sentait même qu’on nous cachait des choses, puisque le directeur général et le directeur des opérations en l’occurrence Noël Deconinck et Elli Manel Diop ne répondaient jamais au téléphone devant nous et même, quelquefois, nous faisaient sortir de leurs bureaux.
Toutefois, à l’occasion d’une mission à l’aéroport de Guinée Equatoriale (ADGE) une personne qui se nomme M. Wolfgang PLUKNUM m’a fait des confidences à propos de certains des actionnaires qui avaient des noms de code et se faisaient appeler : pour HQ1 Abraham Rosendal et pour HQ2 Albert Faye et qui, au moment de scanner leurs passeports se nommaient réellement Ibrahim Aboukhalil et Pape Mamadou Pouye; à cette même occasion il m’a dit que ces personnes sont des amis du fils du Président de la République du Sénégal M. Abdoulaye Wade. A l’occasion de ma mission à Malabo, un jour, le directeur général d’AHS Malabo, Serge MOOMS a demandé à tous les sénégalais qui travaillaient à l’aéroport de ladite ville de sortir de l’enceinte dudit aéroport au
motif que nos «patrons» qui étaient présents en Guinée Equatoriale devaient voyager.
 
S.I.R : La raison était qu’ils ne voulaient pas être identifiés par les sénégalais qui travaillaient à l’aéroport de Malabo.
 
S.I.R : Je n’ai été évacué qu’une seule fois pour permettre à nos «patrons» de voyager. Quant aux employés sénégalais d’AHS Malabo que sont Bocar Diop et Balla Guèye, ils m’ont dit qu’ils ont été évacués à plusieurs reprises de l’enceinte de l’aéroport pour les mêmes raisons.
Dans le même ordre d’idées, Chérif Fall, actuel chef d’escale de Menzies Aviation à Johannesburg m’avait, alors qu’il était responsable de la sûreté et de la sécurité de Menzies Afrique basée à Dakar, raconté qu’à l’occasion d’un de ses voyages à Malabo, alors qu’il allait à la coupée de l’avion pour, en sa qualité de superviseur des opérations d’assistance au sol, il a été sommé au téléphone par Forsyth Black, directeur de Menzies Afrique, de quitter les lieux et ce pour éviter qu’il ne rencontre et n’identifie HQ1 et HQ2 en l’occurrence Ibrahim Aboukhalil et Mamadou Pouye.
 
Q : Quels sont les dirigeants successifs d’AHS-SA ?
 
R : Au début, en 2003, AHS était sous la direction d’Elli Manel Diop lequel a été remplacé par Bertrand Livinec de 2007 à 2009. En 2009, Charles Demolin a été désigné pour assurer l’intérim de la direction de AHS-SA avant d’être confirmé deux mois après à ce poste jusqu’en mars 2012, date à laquelle il a été licencié entre les deux tours des élections présidentielles. Il a été remplacé à ce poste par Rachid RIFFI. En mon sens, Elli Manel, tout comme Charles Demolin, a été licencié d’une façon qui ne dit pas son nom et avant son départ, il a tenu à me mettre en garde contre, selon ses dires, des «voyous» avec qui je travaille en prédisant que nous risquions, Alioune N'diaye et
moi, d’être les prochains sur la liste des licenciés et ce parce que nous étions professionnellement très proches de lui.
 
Q : Quelles sont, selon vous, les raisons du limogeage de Charles Demolin de la direction de AHS SA ?
 
R : Je dois dire que Demolin a été installé à la direction d’AHS SA par la seule volonté de MENZIES Afrique dont il s’est progressivement détaché pour se rapprocher d’HQ2, en l’occurrence Pape Mamadou Pouye, qui par ce biais ne s’adressait plus à Menzies pour obtenir des informations stratégiques concernant la gestion de AHS SA. De même, par l’effet de ce rapprochement, Demolin n’achetait plus les équipements et autres matériels à Menzies Afrique. A mon sens, c’est pour ces raisons que Forsyth Black, directeur de Menzies Afrique ne voulait plus de Demolin à la direction d’AHS où il l’avait installé.
Pour confirmer mes propos, je dois relever que pour la première fois, Craig Smith, directeur général de Menzies Aviation, Marvin Walker, adjoint du DG, Forsyth Black, directeur de Menzies Afrique, sont ensemble venus à Dakar où ils ont séjourné pendant trois jours avec les autres actionnaires. A l’occasion de ce séjour, Forsyth Black est venu un jour dans les locaux d’AHS où étant, il est entré directement dans mon bureau sans passer par la direction générale. Il y a trouvé Demolin qu’il n’a même daigné saluer s’adressant à moi.
 
 
 
S.I.R : Je ne sais pas les raisons pour lesquelles Elli Manel Diop a été licencié, mais je sais que la personne qui l’a remplacé était employée par AHS en qualité de DAF, trois mois avant son licenciement, ce qui me fait dire que le coup était préparé.
 
S.I.R : S’agissant de Bertrand Livinec, il se disait qu’il entretenait des relations amoureuses avec une assistante de la comptabilité d’AHS, du nom de Penda Gningue et que lorsqu’il a été sommé par la hiérarchie d’arrêter cette relation, il a fait savoir que cela relevait de sa vie privée et par conséquent il choisit de démissionner.
 
 
S.I.R : Rachid Riffi n’a ni démissionné, ni été licencié, mais il a fui en abandonnant son poste de directeur général par intérim. A mon avis, il a fui parce qu’il a voulu, pour obtenir mon licenciement, m’impliquer dans une histoire de vol qu’il a créée de toutes pièces. A ce propos, il avait, avec Daniel MONDY, directeur général de la société SENCICASS, pris contact avec Abdoulaye Diouf, employé de ladite société, pour obtenir de celui-ci qu’il m’accusât de vol en réunion avec Serigne Thiandoum au préjudice d’AHS SA. Ce dernier ayant refusé et ayant porté à ma connaissance les manœuvres de Rachid et de Mondy, j’ai pris contact avec mon avocat qui a porté plainte après
avoir adressé une sommation interpellative à Abdoulaye Diouf et depuis lors, Rachid a pris la fuite. Il a continué à prendre des décisions concernant AHS en envoyant des emails à Serigne Thiandoum. D’ailleurs, après la plainte que j’ai déposée du fait du vol dont on voulait m’accuser, l’auteur du vol a été arrêté, jugé et condamné par les
juridictions compétentes.
 
 
Q : En tant qu’ancien de l’entreprise, savez-vous quels sont les véritables bénéficiaires économiques de cette société ?
 
R : Les véritables bénéficiaires économiques sont la société MENZIES Afrique et les autres actionnaires d’AHS. Pour illustrer mes propos, je dois ajouter qu’à chaque le dix du mois, il n’y avait plus de liquidité dans les caisses de la société AHS et cela a été attesté par le fait que Demolin ne pouvait plus faire aucune dépense.
 
S.I.R : N’étant pas un agent de la comptabilité d’AHS, je n’ai pas la preuve du versement ou du virement de sommes d’argent à Menzies et aux actionnaires.
 
Q : Quelles sont les relations qui lient AHS SA au groupe Menzies Aviation ?
 
R : Le groupe Menzies Afrique nous a toujours été présenté comme un partenaire technique privilégié d’AHS SA, même si sur le plan pratique, il ne nous apportait rien en termes de plus value, les manuels techniques de sûreté, de sécurité et de procédure de qualité sont établis par les agents sénégalais d’AHS SA. C’est sur la base de ces manuels que des licences nous étaient délivrées par l’ANACIM.
 
Par ailleurs, je dois porter à votre connaissance qu’après notre départ de AHS SA, Noel Deconinck a voulu monter une compagnie aérienne ou plus précisément déposer un dossier pour permettre à TRANSAIR d’obtenir un permis d’exploitation aéroportuaire dit PEA, mais nous nous sommes heurtés au refus de l’inspecteur Fall de l’ANACIM qui nous a laissé entendre que le curriculum-vitae de Deconinck ne lui permettait pas d’occuper les fonctions de directeur des opérations à Transair alors que celui-ci, contrairement à ce qui venait d’être affirmé, avoir occupé les mêmes fonctions dans la société AHS en présentant le même CV. Cette constatation me fait dire que le CV de
Deconinck avait été accepté à AHS parce que la société était placée sous la tutelle du ministre Karim Wade.
 
 
 
S.I.R : Il est de notoriété publique, aussi bien à AHS, qu’au niveau de l’aéroport de Dakar, qu’AHS appartient à Karim Wade, même si je n’ai pas vu de documents qui en attestent.
 
Q : Avez-vous connaissance d’autres sociétés créées à l’aéroport Léopold Sédar Senghor en rapport avec AHS SA ?
 
R : Parmi les sociétés qui étaient créées à l’aéroport LSS de Dakar et qui étaient en rapport avec AHS, on peut citer :
- la société ABS, par laquelle est créée au Sénégal de manière autonome par rapport a……….. mais qui a été intégrée dans la société AHS dans les autres filiales de la société ……… sauf la Jordanie. Ce que je viens de déclarer est conforté d’une part par les montages effectués dans les filiales l’ont été par Alioune Samba Diasse et Agbogba qui sont respectivement directeur général de ABS et PCA du groupe AHS et d’autre part, en dehors du Maroc, les bus «Cobus», n’existent que dans les aéroports où le handling est assuré par AHS ;

- pour la société DAPORT SA, je sais qu’elle n’a officiellement aucun rapport avec la société AHS. Cependant, il y a
des virements qui sont effectués des comptes de l’Agence des Aéroports du Sénégal dit ADS vers des comptes logés à Monaco et appartenant à AHS ou à ses actionnaires, via les comptes bancaires de la société DAPORT, sans aucune contrepartie pour prestation ;
 
-  AHS Line Maintenance n’existe que dans deux pays de la sous-région, en l’occurrence le Sénégal et le Bénin. Cette société a été créée par Pierre Agbogba avec un investissement d’un milliard de francs Cfa d’AHS Sénégal pour la maintenance légère des avions. Elle est dirigée par René Lavancier ancien technicien à la retraite à Air
France et précédemment en charge de l’entretien de la Pointe de Sangomar. Celui-ci s’est une fois présenté en réunion et a affirmé avoir été recruté par la Présidence de la République du Sénégal. Il s’est récemment plaint de n’avoir pas perçu une partie de son salaire du fait de la fermeture des comptes d’AHS en Europe. Cette partie qui
ne lui a pas été payée représente le montant que prenait
 
 
 
Plus n’a été entendu à 14 heures et 19 minutes, lecture faite, persiste et signe avec Nous et le Greffier.
 
 
 
 
Lundi 29 Septembre 2014
Dakaractu



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

26.Posté par moi le 30/09/2014 11:38
il faut donner les preuves des allégations et laisser la justice faire son travail. Les complices passives et actives d'un voleur sont tous traités de la même façon. L'essentiel est de voir comment la nation a été lésé et de sanctionner les auteurs. De toute façon ceci n'est qu'une première étape, il y en aura après Macky et c'est comme ça que le Sénégal sera débarrassé de politiciens incapables et pilleurs.

25.Posté par wa travoy le 30/09/2014 06:58
apres moult revelations voici les vraies car nous sommes du secteur et nous avons vécu en direct ces faits
karim doit nous payer l'argent du contribuable

24.Posté par Raoulo le 29/09/2014 22:14
Ce Cheikh Ndiaye je le connais très bien, lui et sa femme travaillaient à AHS et il a été renvoyé pour vol, il faisait beaucoup de deal là bas

23.Posté par Xeme le 29/09/2014 20:21
Moi, je ne suis ni agent d'ABS, ni de AHS, mais alhamdoulillah, Allah m'a doté d'un cerveau. Et je sors une contradiction entre les deux dépositions signées par les deux. L'un dit 2001 et confirmation notarié (cela veut qu'il n'y a pas meilleure confirmation) en fin 2002. L'autre dit en 2003. Vous ne pouvez pas être assez agent d'ABS pour empêcher à l'un d'eux de mentir.

22.Posté par Oumar Ndiaye le 29/09/2014 18:46
Cheikh Ndiaye est le plus grand voleur et menteur du Senegal. Incapable de gérer quoi que ce soit... Il pleurait comme un bébé le jour qu il a été virer. Toute l aéroport était content la journée de son licenciement. Mais ce handicapé est de retour.

21.Posté par @hq2 le 29/09/2014 18:46
de quel ABS tu parles nouvelle version avec Becaye sene oubien.

20.Posté par du Canada le 29/09/2014 18:36
A Xeme: chaque fois que les choses commencent à s'éclaircir, tu nous parles de mensonges et de manipulations. Vous pensiez que notre justice était composée de bandes d'incapables, eh ben, votre réveil est brutal.
Karim Wade a toujours sous estimé les sénégalais, en voilà les conséquences.

19.Posté par mamadou le 29/09/2014 18:30
Il n'ya pas de lien organique entre ABS et AHS.Bayil léne féne.Bagne nite doutakh ngay soss.Danguéne di déé wéét yéne rék séne bamél.Bayiléne thiakhane téy wakh deug

18.Posté par mamadou le 29/09/2014 18:27
Dés l'instant qu'il dit qu'il n'a aucune preuve matérielle pour étayer ses propos ,il peut être considéré comme un mythomane.Yaw minane tu es de ABS ,donne moi ton nom car moi-même je suis là bas .Je suis sur que tu es un mystificateur

17.Posté par lama le 29/09/2014 18:03
A ma souvenance, je crois que mr Karim Wade est devenu Ministre des transport en 2008, alors que ce témoin à charge de la crei dit que"le CV de
Deconinck avait été accepté à AHS parce que la société était placée sous la tutelle du ministre Karim Wade." Mon probléme est que mr Deconinck a été employé depuis 2004 alors que Karim Wade n'est devenu Ministre que huit an plus tard. Bayi len fenn, té yabi domou ablay wade dji;

16.Posté par hqms1 le 29/09/2014 18:02
Pour en avoir était témoin, il a raison sur les bus COBUS qui sont arrivés avant l'attribution du marché à AHS. Un de mes collègues et ami avec qui je travaillais sur la plateforme aéroportuaire a été envoyé en mission manu militari en Allemagne pour réceptionner ces bus pendant même que le processus d'appel d'offres était en cours.

Peur être que le dossier est mal ficelé mais les accusés et Dieu savent!!!!

15.Posté par Justice le 29/09/2014 16:51
Ns devons mm plus nous focaliser sur les versions des autres,les dires de ce dernier du nom de Mr Ndiaye suffisent que vs mettez ces imbéciles en tole pour prouver les raisons de la CREI

14.Posté par LAFOLIE le 29/09/2014 16:39
si les voleurs ne veulent rien dire, Cheikh contiinue a leur cracher tes vérités. Boul ragal daara. Na daal rèk. On est faitugé de ces pleutres qui feignent d'être malades ou qui essaient de nous distraire en se taisant.

13.Posté par watravo le 29/09/2014 16:38
c'est tres claire nous sommes du secteur et savons que ahs a toujours eu de gros piston par contre notre shs a failli etre
fermé par cette bande de mafaiteurs
karim sathi la way

12.Posté par poliaminé le 29/09/2014 16:33
ce monsieur maîtrise son sujet les choses deviennent claires dans la tete des gens cette histoire avec la douane moi j'etais au courant car étant transitaire a l’aéroport ahs avait bien des problemes avec la douane et plus rien ca s'est dégonflé ppffffff
c'est ca le sénégal une bande de voleurs

11.Posté par Vandale le 29/09/2014 16:31
Deugg nekhoul; Cheikh ndiaye da fa tocc kass yi. Il a tout rajakhé ci deugg. Bien joué . Il faut oser dénoncer les choses quand on peut. Puissance M. NDIAYE et bravo pour votre courage et franchise. Wakh deugg ba doug boite vocal bayi fa message.

10.Posté par Justice le 29/09/2014 16:30
Il n'a fait que dire la vérité, et fait ressortir les histoires de prête-noms et de gars qui se cachent; quand on a rien à cacher , rien ne sert de changer de noms ou évacuer un aéroport

9.Posté par délire123 le 29/09/2014 16:26
c'est la plus claire des revelations cet homme connait ces voleurs il faut vite l'entendre et c'est un bienfaiteur hors paire
vive la vérité en bas les voleurs

8.Posté par GOXEME le 29/09/2014 16:22
il y a des gens qui n'ont rien compris. Voila pourquoi on dit que des gars comme Elimane mentent : AHS a été créée après AIR AFRIQUE et je crois bien qu'Air Afrique a disparu en 2002. Comment a t-il pu être nommé en 2001? Ce que ce Cheikh Ndiaye explique est concret. En tout cas les pistes méritent d'être suivies.

7.Posté par agbogba le 29/09/2014 16:20
nous savons quee c'est la vérité nous ne sommes pas des zebres karim a volé et a payé toute la presse dont dakaractu
instrument du pédophile journaliste

1 2


Dans la même rubrique :