Les bruits qui courent entre l’homosexualité et les audits qui ne se terminent pas !


Les bruits qui courent entre l’homosexualité et les audits qui ne se terminent pas !
Le cercle des soufis joint sa voix dans  le  concert réprobateur  contre cette entreprise de détraquage et de chamboulement du système social et de  l’harmonie familiale,  que constitue la dépénalisation de l’homosexualité, si réellement l’information est avérée qu’un projet  de loi a été déposé ou en voie de l’être dans ce sens à l’Assemblée nationale.
Ni  l’homoparentalité  encore moins la gestation pour autrui (GPA),  ce vocabulaire licencieux  ne devra pas avoir droit de cité  dans l’espace de notre vécu social sénégalais. Et  nous devons absolument éviter que les pratiques contre natures et étrangères  à notre société et nos religions soient importées d’ailleurs  pour nous être fourguées, au risque de contaminer les couches les plus vulnérables, par influence financière ou par mimétisme.
Cet  état de fait  remet sur la table ce que j’appelle  « la dictature des droits et du césarisme des conventions et coutumes internationales »
Parce que nul n’ignore que les aréopages sénégalais pour la défense des droits  humains que sont : la  RADDHO  LIGUE SENEGALAIS POUR LES DROITS HUMAINS ET L’AMNESTIE INTERNATIONALE DU SENEGAL  appellent parfois de tous  leurs vœux , à la conciliation  de la disposition de nos  législations régissantes  et des cadres réglementaires  avec celles des  conventions internationales  ratifiées par le gouvernement du Sénégal.
Par ailleurs, les soufis déplorent vivement le retard important accusé dans la conclusion des premiers dossiers examinés des audits des biens mal acquis jusque-là. En effet, les Sénégalais commencent légitimement à se demander et même à perdre patience, à savoir  si les enquêtes  avancent effectivement ou stagnaient ? Parce qu’il  est quand même curieux, compte tenu de la gravité des faits, de l’urgence qu’appelle cette importance, ces affaires restent encore suspendues en l’air sans que l’on ne sache pourquoi ? D’autant plus que l’on a créé une juridiction spéciale avec des pouvoirs étendus,  qui détient tous les leviers de vérification et d’investigation,  pour que les enquêtes ne  trainent pas les pieds.  Et il s’y ajoute, ce qui n’était pas utile ni nécessaire,  un gigantesque renfort médiatique qui dévoile inutilement certains secrets de l’enquête. Le président de la République, oublie-t-il qu’il est devant un enjeu politique de taille dont lui-même,  s’était engagé  devant le peuple sénégalais, à démêler l’écheveau, parce que c’est une promesse ferme de sa part.
A force d’attendre et de faire attendre le peuple devant lequel lui s’était engagé résolument, les  autorités finiront par installer le doute et la lassitude dans l’esprit de certains citoyens, pourtant de bonne foi. Il y a en effet aujourd’hui, plus d’échos sur  les convocations  des incriminés que d’arrestations  parmi eux sur la base de preuves indiscutables. Dès lors, un sentiment de pitié ou d’injustice pourrait naître justement en faveur de ces accusés, selon quoi, ils sont victimes d’acharnement et d’harcèlement du régime actuel.
Maintenant, certains Sénégalais se demandent le pourquoi de tout cela, est-ce  par  crainte  de trouver des os  dans  les audits qui s’avèrent   une affaire à l’emporte-pièce,  que l’Etat s’est refugié  derrière la loi sur l’enrichissement illicite ou tout bonnement  un formalisme juridique qui ressemblerait à une chasse aux sorcières ? Le temps nous le dira demain.
Dakaractu2




Mercredi 3 Avril 2013
Notez


1.Posté par junior le 04/04/2013 00:12
NE NOUS PARLEZ PAS D HOMOSEXUALITE DANS CE PAYS ILS SERONT TOUS LYNCHES A MORT

2.Posté par HAND le 08/04/2013 19:47
vous n'allez lyncher personne, L'Etat du Sénégal est là pour les protéger! et vous n'y pouvez rien! leur premier défenseur est le président Macky Sall



Dans la même rubrique :