Les Prédateurs de la République (par Saliou Nguirane)


Les Prédateurs de la République (par Saliou Nguirane)
N'ayant jamais eu le courage d'un lanceur d'alerte ou la force d'un "machiavéliste", je prends ma plume aujourd'hui pour représenter "une voix" parmi celles de la couche défavorisée de notre cher pays. La politique telle que menée au Sénégal, avec une prédation démesurée, une stratégie inexpliquée et un régime dispersé, depuis plus de 50 ans me révolte ! Nous ne pouvons plus concevoir au Sénégal la politique comme une source de gaspillage, de blanchiment, de règlement de compte, de trafic d'influence mais également de partage de nos Biens PUBLICS par une infime minorité et ceci depuis des années. A quand le nivellement par le bas ? A quand le respect des engagements pris devant le peuple ? A quand la fin du gaspillage de nos deniers publics ? Ne Pensez-vous pas qu'il est temps qu'on renouvelle 98% de la classe politique au Sénégal (pour ne pas dire 100%) si nous voulons nous sortir de ce ventre mou du classement des pays les plus pauvres du monde ? 
Des dirigeants comme Tanor, Niasse, Djibo Ka, Dansokho,etc (pour ne citer que ceux-la), s'ils avaient la compétence, l'expertise et l'expérience qu'on essaie de nous faire croire, ils n'allaient pas nous laisser un pays dans un état aussi pitoyable. La jeunesse d'aujourd'hui est plus que jamais consciente mais également factuelle quand il s'agit de constater et d'analyser une situation. {Une chose est sûre, vous ne pouvez plus nous être utiles puisque vous ne l'avez jamais été depuis plus de 23 ans (j'y reviendrai). Comme disaient les constitutionnalistes, les Hommes passent mais les institutions demeurent. Et j'ajoute à cela, qu’il est temps que les prédateurs passent pour que le renouvellement générationnel soit assuré ! J'ai eu la chance, grâce à Dieu, de connaitre ici en France trois Président de la République avec trois lots de ministres différents, mais je n'ai jamais constaté les mêmes autorités dans trois gouvernements distincts. En personne douée d'intelligence, je vous laisse faire le calcul et le résultat final ne vous surprendrait guère : ce sont les prédateurs de la République ! 
Vous pouvez continuer de partager et de façon inextricable les Biens du peuple, mais, sachez juste une chose : vous ne pouvez jamais revivre le passé, pensez donc à vos tombes ! A l'heure où l’on constate une avancée significative de certains pays d'Afrique (Rwanda, Kenya, Ethiopie,...) avec des décisions représentatives de la masse populaire, des innovations sur le plan sanitaire (inauguration de Drône pour le transport de médicaments au Rwanda), nous sommes à l'étape de mise en place d'un HCCT, en plus des institutions inutiles que nous enregistrons au Sénégal. Un véritable Nid de gaspillage et d'ascenseur social pour certains ! De plus, en 1993 le journal "Le Soleil" titrait à sa une "Les hommes du changement" avec Tanor, Djibo, Niasse etc comme étant ceux qui l'incarnaient. 23 ans après, le recyclage des INCAPABLES est d'actualité. Et le cas le plus choquant est celui d’Ousmane Tanor Dieng qui vient d’hériter du HCCT,un organe qui a été créé pour assurer au Pr Macky Sall un deuxième mandat en faisant fi de toutes les priorités auxquelles le pays doit s’attaquer. Le constat amer en est que "ces soi-disants hommes du changement" sont restés intacts dans leur démarche de prédateurs et n’ont rien changé ni pour le peuple, ni pour les institutions du pays, pire ils ont bifurqué en 2016 chez le Pr Sall qui croit changer le pays avec des hommes qu’on doit changer si on veut prétendre à l'émergence. Je conclue juste par une phrase de NKM qui disait que "le recyclage ça marche pour les déchets et pas pour les idées" !


Ecrit par Saliou Nguirane.
Ingénieur et cadre sup. à Paris
snguirane@gmail.com
Vendredi 4 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :