Les Gasconnades de Ruffin (Par Ahmed Bachir Kounta)

«la seule cure contre la vanité, c’est le rire. La seule faute qui soit risible, c’est la vanité.» Henri Bergson


Les Gasconnades de Ruffin (Par Ahmed Bachir Kounta)
Outre les clignotants d’un esprit de chicane doublé d’une volonté de vexation chez Jean Christophe Ruffin, ancien ambassadeur de France à Dakar (voir le quotidien Walfadjri N°7034 du 31 Juillet 2015 p.3), transparaissent dans ses diatribes contre notre pays, les relents d’un plan de destabilisation. La grossière sortie de Ruffin est donc un leasing vite décrypté, mais que nous devons appréhender davantage, même s’il s’agit pour nous d’une vanité vouée à l’echec, comme le fut une célèbre critique contre Hugo. en effet, Lamartine ayant cherché à rebaptiser les «Misérables» par «les Coupables ou les paresseux», Victor Hugo lui suggera qu’il aurait dû appeler sa critique : «essai de morsure par un cygne».
En ce qui concerne le Sénégal, face à l’agitation confuso-onirique des théoriciens de la reconquista colonialiste, nous rappelons cette sentence nevralienne : « le rêve est un mirage et l’utopie est sans rivage». Le constat est là. Avec un incroyable cynisme, Ruffin s’est attaqué au Président Macky Sall, plébiscité en Mars 2012 par le peuple sénégalais, parce qu’il avait géminé majorité socialogique et densité politique.
Ayant alors saisi par la crinière, le destrier de l’histoire qu’il chevauche en toute légitimité, Macky Sall est hors de portée de la bave du crapaud. Chercher donc à l’offenser par des jugements de valeurs, c’est ne pas respecter la volonté populaire qui s’est massivement exprimée en 2012. Nous savons toutefois que ceux qui, par atavisme s’acharnent contre la libre determination des peuples d’Afrique, n’ont cure de la «volonté populaire». Ainsi les suffrages de l’écrasante majorité algérienne pour le F.I.S. et celle des egyptiens en faveur du Président Morsi, ont-ils été ruinés sans bourrelement de conscience par l’Internationale du complot contre les valeureux dirigeants africains.
Par son réquisitoire tenant plus de la fiction que de la réalité, Ruffin nous a davantage ouvert les yeux sur les menées de ceux qui se veulent héritiers des Cadets de Gascogne, portraiturés par le marseillais Edmon Rostand dans Cyrano de Bergerac : «... Œil d’aigle, dents de loup, moustaches de chat, jambes de cigogne. Bretteurs et menteurs sans vergogne, ils sont les Cadets de Gascogne.»
Il faut que ce soit pour tous un avertissement clair : le peuple sénégalais souverain défendra son Indépendance face aux continuateurs de ceux qui, thermidoriens puis brumairiens dévoyèrent la Révolution française. D’abord avec la journée du 09 Thermidor an II, correspondant au 27 Juillet 1794 et jours suivants, ensuite avec le 18 Brumaire an VIII correspondant au 09 Novembre 1799. C’est le coup d’Etat de Napoléon Bonaparte qui venait de rentrer d’Egypte. Il saborda le Directoire, installa son Consulat, ne tarda pas à rétablir l’esclavage dans les colonies et à interdire les grèves de la classe ouvrière. Ces gens-là ainsi que leurs disciples d’hier comme d’aujourd’hui sont des ennemis de la liberté, de toutes les libertés. Celles-ci sont précisément les valeurs pour lesquelles sur nos plaines ensoleillées, nos preux chevaliers écrivirent de leur sang les plus belles pages de l’épopée sénégalaise. Cet esprit de résistance est plus que jamais vivant en chaque sénégalais. M. Ruffin, «on nous tue, on ne nous déshonore pas.
Ahmed Bachir Kounta
Journaliste 
Mercredi 9 Septembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :