« Les DISSOISTES », petits lobbyeurs aux dents très longues….

Dakar actu vous fait suivre cet article publié le 24 Juin 2011 sur le site du monde.fr (http://africamix.blog.lemonde.fr/2011/06/24/senegal-abdoulaye-wade-est-il-encore-un-democrate/) par les membres du groupe DISSO.

Pour rappel, cette association a joué les entremetteurs entre le candidat Macky Sall et certains réseaux très influents en Europe et aux Etats unis pour le financement de la campagne de l’APR.

« Disso » Benno bénéficie d’un retour de l’ascenseur si l’on en croit des révélations. Parmi ces membres figurent Nayé Bathily (un enfant d’Abdoulaye Bathily) ; Me Simon Ndiaye, Mor Nger de « Total » etc. Et à l'heure des « remboursements » il n’est pas exagéré de dire que « Disso » s’est adjugé le Jackpot . C’est le cas des 2,5 milliards FCFA dont parle Moubarack Lo relatifs à un marché octroyé au cabinet Mc Kinsey, avec pour objectif faire pour le compte de « Disso » une étude économique. Et 500 millions de francs de cette manne ont été affectés au budget de fonctionnement dudit cabinet.


« Les DISSOISTES », petits lobbyeurs  aux dents très longues….
24 juin 2011
Sénégal : Abdoulaye Wade est-il encore un démocrate?

La situation politique, économique et sociale se tend dangereusement dans le pays, et particulièrement à Dakar. La démocratie du pays de la Téranga va-t-elle, longtemps après les régimes corrompus et soutenus par la France, suivre la même inclinaison que certains pouvoirs honnis par leurs peuples ? Au moment où le nord du continent fait sa révolution, certains Etats subsahariens s'enfoncent encore plus profond dans la gabegie et la fange politicienne.
Au Sénégal, à l'âge très honorable du guerrier, ce qu'il fut, Abdoulaye Wade, 85 ans, fatigué, devrait plutôt égrener de paisibles jours dans une quelconque villa sénégalaise ou française. Gorgui (le vieux en wolof), qui se targue encore de « sentir la rue », a le nez qui se bouche.
En témoigne son projet, retiré après la colère des Sénégalais. Rappel des faits. A quelques mois de l'élection présidentielle qui devrait se dérouler en février 2012, Gorgui voulait inventer « la démocratie du quart », une majorité à 25 % !
Il s'agissait d'instaurer une élection, à partir de 2012, d'un duo, un « ticket » président et vice-président, qui devait pour l'emporter au premier tour ne recueillir au minimum que 25 % des suffrages... exprimés. Au cas où aucun « ticket » ne parviendrait à ce fameux quart, pas de second tour, mais une victoire pour le duo arrivé en tête ! C'est simple, efficace et terriblement antidémocratique !
Sur un continent où l'on est plutôt habitué à des « majorités » très confortables (80 % pour le quatrième mandat de Blaise Compaoré au Burkina Faso le 25 novembre 2010 ; 60 % pour le troisième mandat de Faure Gnassingbé au Togo le 4 mars 2010...), décriées dans le monde entier notamment à cause de la « haute stratégie politique » du bourrage d'urnes, il se peut que Gorgui a tenté d'instaurer de nouvelles règles...


En fait, il s'agirait d'un programme beaucoup plus terre à terre. Comment protéger son grand fils Karim, déjà superministre au portefeuille bien gros, lorsque le vieux, faute de santé et usé par de nombreux scandales notamment financiers (dont l'un des plus criants a été la XIe session de l'Organisation de la conférence islamique du 7 au 14 mars 2008 à Dakar), devra quitter la scène politique avant la scène tout court ? Sans oublier la gestion catastrophique de la catastrophe du Joola, le plus important drame maritime civil connu qui a fait plus de 2000 morts et disparus le 26 septembre 2002 (davantage que le Titanic !).


Face à une gestion pour le moins désastreuse des affaires du pays, un groupe d'intellectuels se lève et a publié hier 23 juin, un « Appel pour la sauvegarde de la démocratie et de la liberté au Sénégal »
« Le Sénégal vit l’un des moments les plus sombres de son histoire. Le président Abdoulaye Wade et son parti ont entrepris, à huit mois de l’élection présidentielle, de faire voter dans l’urgence, sans aucune concertation préalable avec les acteurs politiques et la société civile, une loi constitutionnelle qui démolirait cinquante ans de construction démocratique. Déjà, depuis plusieurs mois, la société civile se mobilisait pour sanctuariser la Constitution. Aujourd’hui, la tentative de coup de force du régime et l’escalade de la violence font craindre le pire.
Il s’agit pour le président Abdoulaye Wade de conserver le pouvoir au mépris de la volonté du peuple en apportant deux modifications à la Constitution. D’une part, il suffirait au candidat Abdoulaye Wade d’arriver en tête avec seulement 25% des suffrages exprimés pour être élu (ce qui, de facto, reviendrait à supprimer le second tour) ; d’autre part, le président de la République nommerait un vice-président qui lui succéderait en cas de décès, d’empêchement ou de démission (ce qui permettrait une dévolution monarchique du pouvoir en faveur de son fils Karim Wade).
Pour mémoire, le président Abdoulaye Wade, aujourd’hui âgé de 85 ans, est arrivé au pouvoir en 2000, porté par une coalition de l’opposition. Il y a quelques mois, à la stupeur générale, il s’est déclaré candidat à sa propre succession pour l'élection présidentielle de 2012, bien que (comme il l’a lui-même confirmé par le passé) et la lettre et l'esprit de la Constitution lui interdisent formellement ce troisième mandat!
Depuis hier, mercredi 22 juin, des manifestations spontanées et des émeutes ont éclaté dans tout le pays. En réponse, les arrestations arbitraires, les intimidations et la répression policière frappent ceux qui tentent de défendre ce qu’il reste de démocratie au Sénégal. Ont été arrêtés et brutalisés des dizaines d’opposants, de rappeurs (dont les leaders du mouvement citoyen Y-en-a-marre), d’étudiants, ainsi que des universitaires (dont le secrétaire général du SAES, syndicat des enseignants du supérieur). Si le gouvernement ne retire pas son projet de loi, le Sénégal risque de sombrer dans une violence et une instabilité durable car l’opposition politique, les mouvements de la société civile et les citoyens sénégalais ne laisseront pas piétiner leur liberté et leurs institutions républicaines. »
Nous, citoyens et personnes de bonne volonté :
- Demandons le retrait immédiat des projets antidémocratiques de réforme de la Constitution ;
- Demandons la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées et la cessation de la répression policière ;
- Appelons à la mobilisation nationale et internationale pour sauvegarder la démocratie et la République.
Y en a marre ! Non à la dictature et à l’arbitraire !
23 juin 2011
Signataires:
Mame Fatou Diagne, économiste (Washington D.C.)
Barthélémy Faye, avocat (Paris)
Mamadou Fall Kane, étudiant, (Paris)
Simon Ndiaye, avocat (Paris)
Mama Sougoufara, ingenieur (Paris)
Naye Bathily, fonctionnaire international (Paris)


Mercredi 27 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par Hamet le 27/11/2013 11:28
Je vois mal Barthélémy Faye travailler contre les intérêts du Sénégal.

2.Posté par Samba Alassane Thiam le 27/11/2013 11:45
Twitter
Très imprudent comme démarche qui renseigne sur l'absence de l'éthique de responsabilité chez dakaractu.

3.Posté par Sénégal Lingerie le 27/11/2013 11:45
Succombez à cette magnifique sélection de lingerie sexy pour femme ! Elégance et sensualité assurées avec ces guêpières, porte-jarretelles, robes de chambre, ensembles etc...
Nous offrons une sélection de lingerie Sexy pas cher, la qualité, unique de styles différents est disponible dans le coût considérable.
Visitez notre page https://www.facebook.com/pages/Sénégal-lingerie/378337872297118?ref=ts&fref=ts
contactez nous par mail: senegallingerie@gmail.com
Sénégal lingerie c'est faire du shopping sans se ruiner!

4.Posté par brisdeverre le 27/11/2013 12:01
Des escrocs. Nus. Des escrocs. Rien d'autre. Voila, dans la vie, faut toujours etre net. Ils pretendaient donner des lecons ces chasseurs de deniers publics. L'histoire les rattrapent.

5.Posté par Un passant ! le 27/11/2013 12:34
Je dois confesser que suis très déçu par la qualité du texte, pour un Groupe compétent pour nous élaborer et/ou nous faire le suivi de la rédaction de notre Plan stratégique !!!!

6.Posté par Sidiki Diouf le 27/11/2013 12:39
Vous ne faites que mentir et raconter de chinoiseries. Moubarack Lô est incompetent et Macky l'a mis hors jeu .

7.Posté par VACANCES le 27/11/2013 12:40
Des vacances en famille ou entre amis à SALY avec des prix que vous ne trouverez nul part ailleurs !!!
Maison non loin de la ville , 5 chambres , piscine , télé , internet ...
Pour plus d'info , contactez le 77 272 18 05 ou le 77 509 91 28 ..
Merci !!

8.Posté par momo le 27/11/2013 12:47
les signataires de cet articles ne sont peut etre pas tous impliques danscette affaire ...je serai tres surpris si

certains sur cette liste s averent escrocs et manipulateurs.....

9.Posté par demba le 27/11/2013 13:29
Aha les masques commencent à tomber. Tous ces gens ont participé à la campagne internationale de désinformation contre le régime de wade. Des gens en réalité intéressés que par le gain de l'après victoire et voilà..........

10.Posté par xuli le 27/11/2013 15:00
Une commission parlementaire devrait recevoir les membres de Disso pour appeler une lumière à cette affaire. N'adulons personne! le fils de, tel avocat du barreau de Paris ou je ne sais qui... Disso pour Seedo Sénégal..
DÉSOLANT pour des soi-disant intellectuels toujours à l'affut de l’appât du gain

11.Posté par From Italy le 27/11/2013 15:37
dans 30 minutes Berlusconi sera exclu du Sénat Italien. Ils risque d'être poursuivi et arrêtés comme simple citoyen.

12.Posté par Abdou le 27/11/2013 15:39
Le terme consacré en français c'est lobbyiste et non "lobbyeur" comme vous l'avez écrit ("moderez si ça vous dit mais c'est comme ça ) Senghor doit avoir honte là où il est

13.Posté par Garry777 le 27/11/2013 16:08
Ils étaient où ces soit disant avocats quand il fallait déposer des plaintes contre les policiers pour soutenir les victimes ?

Disso dou dara loudoul, un corpuscule d'intérêts de gens en rechercheant de bon deals au Sénégal pour nous prendre le peu d'argent restant ! HALT!!!

14.Posté par x le 27/11/2013 16:23
c'est la fameuse baà PENDA qui faisait la pluie et le beau temps à seneweb vers les années 2008

15.Posté par secte le 28/11/2013 15:40
Moubarack entraine dans sa chute des magouilleurs insoupconnes: les dissoisstes. Lena Sene ferait-elle partie de ce groupe de petits comploteurs aux dents acerees? Il faut que les noms des membres de cette SECTE soit connue par tous. DISSO pour SEDDO Rewmi...DOU AMMM. Djappe nagnelenn SATHIEEEYYYYYY.



Dans la même rubrique :