Les 6 joueurs qu'on vous conseille de suivre de très près durant la CAN

Certains jouissent déjà d’une certaine notoriété, d’autres comptent sur la CAN 2015 (17 janvier-8 février en Guinée Equatoriale) pour se faire remarquer : Eurosport a retenu six joueurs participant à la CAN 2015 et a demandé à des acteurs du football africain de parler d’eux.


Les 6 joueurs qu'on vous conseille de suivre de très près durant la CAN
Solomon Asanta (Ghana)
L’Espérance Tunis a manifesté son intérêt pour le milieu de terrain du TP Mazembe (RD Congo). Mais Patrice Carteron, l’entraîneur des Corbeaux de Lubumbashi, estime que Solomon Asante est mûr pour jouer à un niveau plus relevé. "Il a toutes les qualités pour évoluer en Europe", explique l’ancien entraîneur de Dijon (2009-2012). Asante, né à Kumasi et formé à la Feyenoord Academy, le centre fondé par le club néerlandais éponyme, a souvent connu l’exil, puisqu’il a joué pendant trois an à l’ASF Yennenga (Burkina Faso), devenant même international burkinabé en août 2011, le temps d’un match amical en Afrique du Sud (0-3), avant de revenir au Ghana, dans le club de Berekum Chelsea. "Il a un profil comparable à celui de Mathieu Valbuena. Il est petit (1,58 m), a une faculté d’élimination en un contre un assez surprenante, il est capable de changer d’orientation très vite et est intelligent, sur le terrain comme en dehors. C’est vraiment un joueur intéressant". International ghanéen depuis 2012, Asante n’a pas disputé la Coupe du monde au Brésil avec les Black Stars.

.Eric Choupo-Moting (Cameroun)
Eric Choupo-Moting (25 ans) fait partie des joueurs sur lesquels Volker Finke, le sélectionneur allemand du Cameroun, a décidé de s’appuyer après une Coupe du monde brésilienne déprimante. Né à Hambourg d’un père camerounais et d’une mère allemande - il a porté le maillot des sélections de jeunes allemandes - , Choupo-Moting a changé de statut l’été dernier en signant à Schalke 04, un habitué de laLigue des champions. "C’est un attaquant plutôt complet, même si il peut être encore plus adroit devant le but", explique l’ancien attaquant camerounais Patrick Mboma, plutôt crédible sur ce sujet."Techniquement, il est à l’aise, malgré sa grande taille. C’est un joueur altruiste. Avec Aboubakar, qui a un autre profil, c’est un duo intéressant." Choupo-Moting, un des rares métis de l’histoire des Lions Indomptables, est également apprécié pour sa discrétion et son état d’esprit. Avant et pendant la Coupe du monde, le Hambourgeois de naissance, stupéfié par ce qu’il voyait et entendait, s’était prudemment tenu à l’écart des querelles dont la Tanière a le secret…

.Wilfried Bony (Côte d'Ivoire)
Depuis la retraite internationale de Didier Drogba après la Coupe du monde, Wilfried Bony est beaucoup plus exposé et observé. Ses bonnes performances avec Swansea (Premier League anglaise) ont attiré l’attention d’écuries plus clinquantes, à tel point que Manchester City a même déboursé 38,5 millions d’euros pour s’offrir ses services, alors que le club gallois l’avait acheté deux fois et demi moins cher au Vitesse Arnhem (Pays-Bas). "C’est un attaquant moderne. Il a le sens du but, aime jouer dans la profondeur. Ses statistiques en club sont révélatrices. Avec Seydou Doumbia, qui est un vrai attaquant de surface, nous avons deux joueurs complémentaires", note Patrice Beaumelle, le sélectionneur adjoint des Eléphants. "Il a profil différent de ce qu’on a pu voir au niveau offensif dans cette sélection ivoirienne", intervient Patrick Mboma. "Sa puissance, ses accélérations, sont vraiment des atouts importants pour les Ivoiriens", insiste l’ancien buteur des Lions Indomptables.

Kara Mbodj (Sénégal)
Alain Giresse l’a titularisé lors des six matches qualificatifs pour la CAN (1 but) et cela fait du milieu défensif de Genk (Bel) un des tauliers des Lions de la Teranga. Formé à l’Institut Diambars de Saly, Mbodj y a effectué ses classes avant d’être transféré à Tromsö (Norvège) en 2010. "Passé du Sénégal au nord de la Norvège, vous imaginez ce que ce cela implique comme changements, à tous les niveaux. Mais c’est un joueur qui a un mental énorme. C’est un bosseur, qui a su améliorer une technique un peu frustre. Sa taille (1,92 m) est un atout dans le jeu aérien. Physiquement, il est impressionnant et une de ses principales qualités est sa faculté de récupérer le ballon dans les pieds de l’adversaire", résume Jimmy Adjovi-Boco, l’ancien défenseur de Lens et de la sélection du Bénin et cofondateur de Diambars. A Genk, qu’il a rejoint en 2013, Mbodj poursuit sa progression. "Il a fait le bon choix en choisissant un bon club d’un championnat intermédiaire. Je pense qu’il jouera bientôt dans une Ligue encore plus relevée…"

Neeskens Kebano (RD Congo)
.L’ancien joueur du Paris-SG n’a rejoint la sélection dirigée par Florent Ibenge qu’au mois de septembre, juste avant le début des matches qualificatifs pour la CAN. L’ancien international français des moins de 20 ans est devenu un des meilleurs joueurs de la Jupiler League belge, qu’il fréquente depuis l’été 2013 et sa signature au SC Charleroi. "Il est vraiment au top depuis trois-quatre mois, depuis qu’il évolue dans un rôle de neuf et demi. La saison dernière, où Neeskens jouait plus sur le côté gauche, il avait fait de bonnes choses. Mais il a compris quelles étaient les exigences du haut niveau. Il fallait aussi qu’il digère le fait de passer de la Ligue 1 française à un championnat moins relevé", explique Felice Mazzu, l’entraîneur du club carolorégien, actuellement troisième de la Jupiler League.  "Il était très heureux de jouer pour la RD Congo, et sa participation à la CAN va le faire encore progresser." L’ex-Parisien a même inscrit avec les Léopards son premier but en sélection, lors du succès obtenu en Côte d’Ivoire le 15 octobre dernier (4-3).

Ferjano Sassi (Tunisie)
Les mots de Sébastien Desabre, l’ancien entraîneur de l’Espérance Tunis nommé récemment à la tête du Recreativo de Libolo, champion d’Angola en titre, vont rassurer les dirigeants du FC Metz, qui ont recruté Sassi lors du mercato hivernal. "J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le croiser lors des matches face à Sfax, et c’est vraiment un très bon milieu relayeur, polyvalent, et techniquement très propre. J’ai été impressionné par la qualité de sa lecture du jeu. Sassi fait incontestablement partie des meilleurs footballeurs tunisiens Il est très régulier dans la performance, et a une bonne mentalité. C‘est en plus un gros bosseur", poursuit Desabre. International depuis à peine deux ans, Sassi a pris sa part dans la qualification des Aigles de Carthage pour la CAN, en inscrivant un but décisif face au Sénégal à Monastir (1-0, le 15 octobre 2014). "Il marque peu, c’est vrai, mais il fait beaucoup marquer", ajoute Desabre. "Même s’il est grand (1,86 m), c’est un joueur plein de vélocité. "

Source : Eurosport
 
Mardi 20 Janvier 2015




Dans la même rubrique :