Législatives / Koumpentoum : « Il faut rompre avec les vaines querelles pour promouvoir une rupture qualitative dans les méthodes d’exercer la concurrence politique » (Abdoulaye NDAO, And défar Niani)



Apres les élections locales de 2014, on avait, dans les colonnes de Dakaractu, affirmé que dans le département de Koumpentoum, il fallait désormais compter avec la coalition “And Défar Niani“, qui avait réussi à remporter deux communes et qui s’était classée 3e. On avait également affirmé que cette coalition allait jouer les arbitres dans toutes les autres joutes électorales. Ces élections législatives en ont été la preuve palpable. En effet, après avoir librement décidé de soutenir la coalition BBY dans le département, le score de cette dernière a considérablement crû. Ainsi, de 7.807 Voix en 2014, la coalition présidentielle est passée à 13.113 voix en 2017. Un bond de 5.306 voix qui s’explique par l’apport de la coalition dirigée par M. Abdoulaye NDAO. 
Selon ce dernier, « ces élections législatives comportaient un enjeu politique majeur, pour la consolidation des avancées significatives enregistrées sur tous les plans (économique, social). » Le Président de la coalition  And Défar Niani s'est également « félicité de ces résultats qui témoignent de l’adhésion des populations du Niani à la politique du chef de l’Etat ». En outre, il insistera sur la nécessité d'élargir les bases de la coalition BBY car pour lui, la vision du chef de l’Etat « dépasse les clivages partisans de cette coalition qui a besoin de s’ouvrir à de nouvelles énergies porteuses d’avenir. Bâtir une grande et nouvelle plateforme politique riche de sa diversité, ouverte  aux critiques, questionnements et remises en cause de certaines certitudes. Se projeter résolument vers l’horizon 2019 avec l’intime conviction qu’il faut rompre avec les vaines querelles pour promouvoir une rupture qualitative dans les méthodes d’exercer la concurrence politique. Une coalition qui sera en mesure de relever les défis de l’émergence et porter le projet de société du chef de l’Etat doit refuser  le divertissement et ancrer toutes ses actions dans la proximité et l’écoute des populations. »
Jeudi 3 Août 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :