Le tourisme levier incontournable pour la croissance au Sénégal. Le Président pose des bons actes.


Le tourisme levier incontournable pour la croissance au Sénégal.  Le Président pose  des bons actes.
Deuxième source de devises du pays après la pêche, deuxième pourvoyeuse d’emplois après l’agriculture, le secteur touristique au Sénégal connaît de grandes difficultés. D’année en année, le nombre de touristes décroît. La tendance doit absolument être inversée car le pays de la «Teranga » ne survivrait pas à l’agonie de son tourisme.
La faible structuration de l’offre, l’inadéquation du profil de l’investissement et des moyens de financement, la lourde fiscalité  aéroportuaires , les difficultés d’accès au foncier, la faible maîtrise des retombées du tourisme au niveau local, le déficit organisationnel de l’environnement commercial avec notamment le développement de l’informel, la saisonnalité de la demande, la faible diversification du produit, le taux de retour des vacanciers particulièrement faible ; l’insuffisance des moyens de promotion sont les principaux défis à relever. 
Comment attirer davantage de touristes au pays de la « Teranga » ? Comment concurrencer le Maroc, la Gambie ou le Cap-Vert qui ont connu, malgré la crise financière mondiale, une croissance continue de leur marché ?
Les nouvelles autorités ont me semble-t-il saisies l’ampleur  des enjeux, le lancement de la saison touristique par le chef de l’état lui-même  rassure les professionnels et traduit sa volonté de donner un nouveau souffle au secteur.
Il existe en fait un bon nombre de solutions pour redynamiser ce secteur prioritaire pour l’économie sénégalaise. L’urgence étant de faire un diagnostic complet du secteur afin d’identifier ses forces et surtout ses faiblesses. Il faut répondre avec exactitude à une question simple: pourquoi le Sénégal ne fait pas aussi bien que le Cap Vert ou la Gambie malgré tout son potentiel ?
Je pense que nous devons nous parler en toute franchise entre Sénégalais. Le premier facteur de ralentissement du tourisme est indiscutablement notre perception du touriste. Il faut qu’on explique au sénégalais ce qu’est un touriste et ne pas se limiter au débat sur le Tourisme. Qu’on sache qu’un touriste, c’est quelqu’un qui a travaillé dur pendant un an dans son pays et qui vient dépenser ses économies chez nous, parce que il aime  notre pays,  parce que il espère y trouver un bon accueil. Il offre du travail à ceux qui sont dans les hôtels, dans les restaurants, dans l’artisanat et au de là. Il mérite qu’on le mette à l’aise et qu’on l’accompagne comme un hôte de marque durant tout son séjour.
Nous devons soigner notre environnement. L’Etat  et les collectivités locales ont un grand rôle à y jouer, surtout dans les zones à forte affluence touristique, la propreté, la salubrité et le soin sur les attractions touristiques est absolument nécessaire.
Nous devons valoriser nos produits locaux pour offrir aux touristes une dose d’exotisme  et de dépaysement, quand vous offrez à un étranger un verre de bissap bien glacé ou une bonne pastèque vous le faites  voyager au Sénégal.
Il faut absolument diversifier notre offre, le tourisme balnéaire a atteint ses limites, de nouvelles formes de tourisme doivent être développées. Le Sénégal regorge d’attractions inexploitées, il faut se tourner résolument vers des nouveautés  tels que l’écotourisme, le tourisme rural, le tourisme de santé, le tourisme cultuel etc.
Les français représentent pratiquement la moitié de ceux qui viennent au Sénégal, il est donc important d’identifier d’autres niches, les autres peuvent avoir les mêmes raisons que le français pour venir visiter notre beau pays. Il y’a donc urgence à donner un nouvel élan à la promotion de la destination Sénégal.
 
Bocar LY
Chef du Service Promotion et Marketing de la SAPCO

 
 
Dimanche 1 Décembre 2013
Dakaractu




1.Posté par Alain Goetghebuer le 01/12/2013 16:12
Bravo pour votre commentaire sur le positionnement à prendre dans le domaine du tourisme au Sénégal.
Comme le Président de la République dont le discours du 30 novembre atteste de sa connaissance et surtout de sa volonté de développer un tourisme riche en diversité (il ne faut même pas aller chercher trop loin, tant le potentiel du Sénégal est évident), vous passez en revue de nombreuses potentialiés qui devront compter lorsque l'on aura débroussaillé et solutionné les problèmes de base auquels vous référez.
Continuez ainsi, nous sommes là pour vous appuyer.
Bonne chance.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015