Le syndicat des travailleurs de la santé entament une grève de 48 heures aujourd'hui


Le syndicat des travailleurs de la santé entament une grève de 48 heures aujourd'hui
Les syndicats des travailleurs de la santé vont droit vers une rétention des informations sanitaires si leurs revendications ne sont pas prises en compte. En attendant, ils débutent une grève de 48h à partir de ce matin. Une marche est aussi programmée en décembre. En effet, les syndicats de la santé dans l’action unitaire ne caressent plus le gouvernement dans le sens du poil. 
Hier ils sont montés au créneau et avec un ton menaçant, ils se disent capable de mettre tout un pays KO. Seulement tel n’est pas leur intention parce que ne les grandissant en rien. « Nous voulons rester dans la dynamique de l’humanisme ayant appris la Santé pour servir les populations, c’est pour cette raison précise que l’Etat doit comprendre que faire la sourde oreille par rapport à nos principales revendications ne le grandit pas à son tour », a d’emblée expliqué le docteur Camara, vice-secrétaire général du syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames).
Ces travailleurs, qui déroulent plan d’action sur plan d’action, ne comprennent point l’entêtement du Gouvernement face à des revendications légitimes et faisables. Les syndicalistes ont ainsi noté un manque criard de solidarité entre les différents ministères du Gouvernement concernés par la question. 
« Pendant les négociations avec le Premier ministre, des instructions ont été données aux ministres du budget et de la fonction publique. Aujourd’hui encore, ces directives ne sont pas mises en application et on ne comprend pas pourquoi», a expliqué le syndicaliste. Fort de tous ces manquements, les travailleurs de la Santé n’exclut en rien un plan d’action tout neuf qui peut être poussé jusqu’à la fin du mois de décembre.
« Nous allons en grève de 48H à partir d’aujourd’hui, ce plan d’action va se terminer avec une marche de tous les agents de santé à la place de l’Obélisque au mois de décembre 2016 », renseigne Joe Mané, secrétaire général du Syntras. Poursuivant, il dira qu’ils ne vont point dévoiler l’intégralité de leur plan d’action. 
Mais ils n’écartent pas la rétention des informations sanitaires. Dans la même lancée, les syndicats de la santé en action unitaire s’indignent du fait que l’Etat vient d’installer « en grande pompe des membres du haut conseil des collectivités territoriales à qui on promet de multiples avantages ». Dans un pays dit pauvre où il existe déjà, un conseil économique social et environnemental et une commission nationale de dialogue des territoires, la mise en place de cette institution apparait comme un pur gaspillage, lit-on dans le texte préliminaire. « Cette gabegie constitue un pied de nez adressé à tous les travailleurs qui attendent de rentrer dans leur droit ». Ce mal nous dit-on vient tel un couperet s’abattre sur la tête des travailleurs qui ont déjà subi et continuent de subir les tares de l’acte trois de la décentralisation.
Jeudi 10 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :