Le service public attend agents et usagers au lendemain du Magal


Le service public attend agents et usagers au lendemain du Magal
A l’image des rues de Dakar, quasi-désertes vendredi au lendemain de la 117ème édition du Magal de Touba, d’autres activités subissent le même sort notamment dans certaines administrations publiques où nombre d’agents et d’usagers du service public se sont fait désirer.

D’habitude grouillants de visiteurs, les couloirs sont presque vides au ministère de l’Economie et des Finances, à l’instar de ceux du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle ou de celui de l’Artisanat, du Tourisme et des Relations avec le Secteur privé et le Secteur informel

En milieu de matinée, le centre-ville de Dakar ne connaissait plus son animation des jours ouvrés, à cause des embouteillages de toutes parts et des chauffeurs à bout de nerfs qui klaxonnent de gauche à droite, grillant même certains feux rouges car pressés de regagner leur bureau.

Le président de la République, Abdoulaye Wade, a décrété le jeudi, journée de l’édition 2012 du Magal de Touba, jour férié, chômé et payé. Au lendemain, les services visités par une reportère de l’APS fonctionnaient au ralenti.

Même au ministère de l’Economie et des Finances, le calme ne semble pas habituel… une ou deux personnes croisées montent vers le 4ème étage.

A ce niveau, des voies mènent à un bureau où trois femmes et deux hommes étaient installés et entretenaient une grande discussion. ‘’Pour les autres services, nous ne savons pas, mais nous et notre supérieur nous travaillons’’, dit l’une d’entre elles.

Le ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle ne fait pas exception. M. Guèye de la Direction de l’apprentissage signale que ‘’d’habitude, il y avait plus de monde dans le ministère’’.

Toutefois, il assure que ‘’ceux qui doivent tenir le service dans leur département sont venus au travail, à part ceux qui sont permissionnaires et d’autres qui sont en congé’’.

Même son de cloche à la Direction de la réglementation et du contrôle du ministère de l’Artisanat, du Tourisme et des Relations avec le Secteur privé et le Secteur informel.

Secrétaire de direction, Mme Diallo note que les agents de son service sont à leur poste de travail. Selon elle, il ne manque à l’appel que ceux qui ont demandé une permission pour aller au Magal. ‘’Et ils en ont le droit’’, appuie-t-il.
Vendredi 13 Janvier 2012
APS




1.Posté par Mamadou sow le 13/01/2012 20:29
Je cite le commentaire d'un internaute qui m'a bokou plu.
"Chers frères en islam. Ne vous laisser pas aveugler par le "bida" et le grand chirk en prenant pour Dieu les marabouts qui ne se sont soumis qu'à Allah (Le Dominateur Suprême). Serigne Touba par qui vous jurez, par qui vous déclarer vous soumettre, par qui vous vous prenez pour des êtres indestructibles n'a été qu'un esclave d'Allah.Il a durant toute sa vie, été au service du Prophète Muhammad (Psl) par qui il a tiré quelques enseignements. Cheikh Ahmad Bamba ne mangeait que de la nourriture, il marchait à même le sol. Il n'a jamais été prophète ou messager d'Allah. Suivez et obéissez au vrai messager d'Allah, notre bien-aimé Mouhammed ibn Abdallah (Psl). Le Coran et la sunna sont là pour vous guider dans la lumière. Certes, Allah ne reconnait aucune valeur au Magal que vous célébrez parce que c'est une forme d'association bien déguisée."



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016