Le recours de la coalition Fal Askan Wi et la jurisprudence du Conseil constitutionnel.


En 2001, la coalition Sopi avait notifié à la commission de réception des dossiers de candidatures le choix de la photo du Président Abdoulaye Wade comme le symbole devant figurer sur son bulletin de vote pour les élections législatives. 

A la suite de l'arbitre sur les couleurs, sigles et symboles, le Conseil saisi d'une requête de la LD/MPT, de l'URD et du PS avait déclaré, dans sa décision rendue le 26 mars 2001, que l'effigie du Président de la République ne devait pas être utilisée pour une élection qui le concernait pas en vertu du respect du principe d'égalité entre les listes de candidats. 

Or, ici l'image en question est celle d'un candidats qui n'a pas les attributs d'une personne dont la Constitution ôte la possibilité d'être membre d'une Assemblée quelconque.

Au surplus, l'invocation des dispositions de l'article LO.178 ne me paraît nullement insensée. 

Je laisserai le soin au juge électoral de se prononcer sur l'opportunité de l'injonction du président de la commission de réception des dossiers de candidatures qui avait déjà validé la photo de Talla SYLLA au titre de symbole de Fal Askan Wi au moment où elle avait qualité d'agir et après qu'aucune autre liste ne l'a jugée mal fondée.
...

Ndiaga SYLLA, Expert électoral
Vendredi 23 Juin 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :