Le programme du Yonnou Yokkouté en marche : La preuve par l’exemple

Depuis un certain temps, nous constatons, pour le regretter, des sorties de l’opposition ou de ce qui en reste visant à faire croire au peuple que le Yonnou Yokkouté se résume aux biens mal acquis. Certes, l’assainissement des mœurs politiques en est un volet important, mais ne saurait constituer seul le pacte que Monsieur le Président de la République a conclu avec son peuple. Il suffit de faire le monitoring de l’action publique pour s’en rendre compte. De façon méthodique et avec la clairvoyance que nous lui connaissons, le Président de la République Macky SALL est en train de dérouler son programme sur la base d’une gestion axée sur les résultats avec un chronogramme d’exécution bien maîtrisé.


Le programme du Yonnou Yokkouté en marche : La preuve par l’exemple
Les progrès de plus en plus visibles après des années de chaos et d’effondrement économique, social et politique ont sonné le glas de l’opposition qui a en ligne de mire les prochaines échéances pour espérer sortir du traumatisme de sa défaite de 2012.
Aujourd’hui, nous pouvons constater, tous ensemble, le chemin accompli, les progrès réalisés, les ruptures opérées par le Président de la République et l’équipe qui l’accompagne dans cette exaltante tâche.
Loin pour nous l’idée de dresser un bilan du quinquennat qui vient à peine de commencer. Notre démarche est sous-tendue par une nécessité de faire une lecture objective du déploiement du programme sur la base duquel le Président Macky SALL a été élu, et permettre ainsi au peuple de mesurer et reconnaître les nombreux efforts consentis dont la seule finalité reste le développement économique et social au profit de tous les Sénégalais. 
Pour ce faire, un bref rappel du contexte dans lequel  le Président Macky SALL a inauguré son magistère s’impose afin de mieux nous projeter sur ce qui est en train de se concrétiser sous nos yeux à savoir le programme Yonnou Yokkouté.
La situation du Sénégal en mars 2012
Le régime libéral avait fondé son règne sous l’illusion d’une croissance en augmentant les dépenses de prestige et la dette publique. Il n’avait jamais respecté le cadre budgétaire qu’il s’était lui-même fixé. Les conséquences de ce manque de discipline budgétaire étaient : un déficit budgétaire qui culminait a 6,7% en 2011 et un taux de chômage estimé à plus de 48 % avec l’arrivée sur le marché de 100.000 jeunes par an.
A ce tableau déjà sombre, il faut ajouter les retards de paiement, les détournements, une gestion obsolète et peu transparente des finances publiques.
C’est dans ce contexte  que le Président Macky SALL est arrivé au pouvoir, héritant ainsi d’un pays exsangue et en quasi situation de faillite.
Malgré l’énormité du défi, le Président de la République s’est résolument orienté vers la restauration des équilibres publics en adossant sa politique sur la rigueur, seule voie possible pour sortir notre pays du gouffre. Cette posture a permis d’enregistrer des résultats déjà perceptibles et mesurables dans les domaines essentiels que sont :
1-      La moralisation de la vie politique
En réaction au scandale des biens mal acquis, le Président de la République a inscrit la transparence au cœur de son action politique. Cela se traduit par la prise de mesures hardies, entre autres, la création de l’OFNAC et l’obligation de déclaration de patrimoine. En prenant l’initiative de publier son patrimoine, le Président de la République indique ainsi le chemin et montre sa volonté de lutter contre toute forme de délinquance économique et financière.
Grâce à l’arsenal juridique mis en place pour accompagner ces mesures, les contribuables sénégalais ont désormais l’assurance que leur argent ne sera plus détourné par des pratiques malhonnêtes.
On a beau être un farouche opposant au Président de la République, mais il faut lui reconnaître, un tant soit peu, le courage d’avoir ouvert l’épineux dossier de la transparence que tous ses prédécesseurs ont occulté.
2-      La situation économique
A la lecture de la situation économique sous maître Abdoulaye WADE, deux maux gangrénaient l’économie : l’excès de l’endettement public pour des investissements improductifs et la baisse de compétitivité de nos entreprises.
Afin de sortir notre économie de cette impasse, le gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, a réorienté sa politique vers trois objectifs : la réduction du déficit public, l’assainissement de l’environnement économique et la réduction du taux de chômage.
Contrairement à ce que les libéraux avancent pour se dédouaner face à leur manque de vision, le problème de la compétitivité de nos entreprises n’est pas lié à la crise mais aux charges qui pèsent sur elles, à l’insuffisance des investissements.
Fort de cette certitude, le Président de la République a pris des mesures urgentes à travers le Programmede Réformes pour l’’Amélioration de l’Environnement des Affaires et de la Compétitivité «PREAC» pour la période 2013-2015 qui ambitionne d’inscrire le Sénégal parmi les 10 pays les plus attractifs en Afrique afin de générer des investissements privés de qualité.
A ces mesures, il faut ajouter la création du FONSIS et du FONGIP qui ont pour objectif d’ancrer notre économie dans une croissance durable.
Tous ces efforts ont abouti à une croissance de 3,6% en 2012 comparé au 2,1% en 2011enregistré sous le régime libéral. Le FMI prévoit un taux de croissance de 4% pour le Sénégal au vu de la tenue actuelle de l’économie.
Vous en conviendrez avec nous, que malgré les différents obstacles liés à l’économie exsangue que le Président  Macky SALL a héritée, le taux de croissance est resté dans une dynamique de progression. Ce constat est loin d’être le fruit du hasard, il est le résultat de la conjonction de toutes ces mesures volontaristes.
D’aucuns objecteront que le récent classement du Sénégal dans le Doing Business contrarie d’avec la situation économique qui vient d’être dressée. Au contraire, le Doing Business 2013 constitue un excellent indicateur pour le Gouvernement du Sénégal qui trouve ici un outil pour mesurer les impacts des différentes mesures prises dans le cadre de l’assainissement du climat des affaires. Le Sénégal travaille à l’amélioration du climat économique, ce qui commence à se refléter dans les domaines mesurés.
Les investisseurs reprennent confiance et s’installent de nouveau au Sénégal. Nous pouvons citer, entre autres, l’implantation des Russes dans le Saloum pour des investissements de 74 milliards avec tous les effets multiplicateurs qui s’en suivent, la création de la zone économique spéciale à Ndiass par les Polonais, la reprise des Nouvelles Conserveries du Sénégal par les Chinois pour un montant d’investissement de 14 milliards. Ce regain d’intérêt pour le Sénégal découle des mesures incitatives contenues dans le Programme de Réformes pour l’Amélioration de l’Environnement des Affaires et de la Compétitivité.
Le troisième volet des objectifs qui sont poursuivis est la réduction du taux de chômage. Le taux de chômage estimé en 2011 était de 48 %. Il faut aller vers sa réduction afin de relancer la consommation et ultimement la production, ce qui impactera positivement tous les secteurs économiques. Le Président de la République l’a bien compris en instruisant son gouvernement de favoriser la création d’emplois. Le recrutement de 5.500 jeunes dans la fonction publique, 10.000 jeunes par l’Agence Nationale de Sécurité de Proximité, répondent à cette volonté de résorber le taux de chômage dans la perspective de relancer l’économie.
A ce sujet, nous condamnons les propos absolument irresponsables et dangereux d’un certain « leader » politique qui, dans sa témérité, compare ces mesures à la milice hitlérienne et appelle à l’insurrection. Tous les républicains doivent s’émouvoir face à cette sortie dangereuse et motivée par une politique politicienne. Quand on ne sait plus dire des propos utiles pour le peuple, il faut cesser d’occuper l’espace public. En cela, nous invitons Monsieur Djamil, puisque c’est de lui dont il s’agit, à s’inspirer de Michel TOURNIER, célèbre philosophe français, nous le citons « Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi ».
3-      La politique sociale
L’un des défis majeurs du Sénégal est celui de la réduction des inégalités. Le Président Macky SALL a depuis des années une préoccupation particulière en ce qui concerne les personnes en situation de grande pauvreté. C’est la raison pour laquelle les bourses familiales qui visent à lutter contre la pauvreté occupent une bonne place dans le programme du Yonnou Yokkuté. Ce Programme national de bourses familiales connaît un début d’exécution avec des bourses qui sont versées au niveau national à 50.000 ménages. Ce programme pilote sera étendu  chaque année à 100.000 ménages et ce, à compter de 2014.
Sur le plan de la santé, le gouvernement a aussi fait beaucoup d’efforts. En témoigne la gratuité des soins pour les personnes vulnérables à travers la couverture médicale universelle.
Comme nous pouvons tous le constater, cette politique de redistribution des ressources est en marche et va permettre aux couches vulnérables de retrouver leur dignité.
4-      Le Sénégal à l’international
Il faut se féliciter de l’offensive diplomatique lancée par le Président Macky SALL depuis son accession au pouvoir. De par ses initiatives, son audace, il a pu restaurer l’image de notre diplomatie et faire de sorte que le Sénégal soit respecté et écouté sur la scène internationale. La venue de Barack Obama au Sénégal, la participation systématique du Président à  tous les sommets du G8 et du G20, la tenue prochaine du sommet de la francophonie au Sénégal constituent autant de  preuves que le Sénégal est devenu une nation forte, tournée vers l’avenir.
Le Président de la République a compris que lorsque la  diplomatie d’un pays est conquérante, agissante, et active, il est évident que sa politique extérieure  persuadera les partenaires à l’assister dans toutes ses entreprises.
 
Nous venons de faire un rapide survol des réussites qu’il faut mettre à l’actif du Président de la République Monsieur Macky SALL afin de reconnaître son mérite et l’encourager à persévérer. Le chemin est long et difficile, mais avec sa volonté affichée de hisser le Sénégal au peloton de tête des pays émergents, l’espoir est permis.
Nous pouvons discuter des réussites ci-dessus répertoriées et les juger encore insuffisantes, mais personne n’a nié qu’elles soient positives. Toutefois, la prospérité économique est subordonnée a l’existence d’un climat politique et social apaisé. Notre opposition doit savoir qu’il y a un temps pour la politique et un temps à consacrer au développement du Sénégal. Le Sénégal ne peut pas se permettre d’être en campagne électorale permanente, il doit gagner le pari du développement. En décidant de confier les reines du pouvoir au Président Macky SALL, le peuple est convaincu de son aptitude à relever ce défi. Nous appelons, par conséquent, à faire bloc autour de sa personne et taire nos antagonismes égoïstes pour gagner la bataille du développement.
 
Hady TRAORÉ
Coordonnateur du Club Vision Républicaine
HEC MONTRÉAL
Jeudi 21 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par pape fall le 21/11/2013 20:30
C est parce que tu es très loin du Sénégal que tu penses que le yonu YOKOUTE est en marche, en essayant de défendre le diable on finit par se compliquer la tâche.j ai parcouru ta contribution mais je n ai pas sincèrement noté la marche du YONOU YOKUTE que tu avance, tu ne fais que des projections vers le futur. Tu ne comprends pas que les sénégalais souhaitent réellement etre dans le YOKUTE mais pas dans le YONOU oubien le chemin.Finit les discours haineux et cessez de stigmatiser l opposition qui est dans son rôle, ayez le tant d' écouter le cri de coeur du Peuple
Le YONOU YOKUTE c est:
300 ENTREPRISES FERMÉE
COUPURES EAU ÉLECTRICITE
INDEMNISATION MBAYE NDIAYE CISSE LO
PROPAGATION DE KA DYNASTIE FAYE SALL
INCURIE. ZELE ET INDISCIPLINE DE AMATH S CAMARA
DEFAITE DES LIONS
CHAMPAGNE ARACHIDIERE INCERTAINE
NON RESPECT DU CALENDRIER ÉLECTORAL
GABEGIE DE AMIMATA TALL
DEMISSION EN CASCADE À LA PRÉSIDENCE
PROMOTION DE LA TRANSHUMANCE POLITIQUE
ARNAQUE SUR L EMPLOI DES JEUNESi
Je m arrête là en attendant de te croiser au SENEGAL pour te confirmer que rien ne marche avec MACKY.
Aidez le en le réveillant,il est entrain de dormir et vous ne faites que l endormir davantage avec vos félicitations qui ne se fondent sur rien de concret
Fimssez d abord les chantiers de Wade. On a beau le critiquer mais c est Macky Sall qui l appelaitmonsieur INAUGURER. Wade a laissé à macky le merveilleux projet des 7 MERVEILLES DE DAKAR dont l une le GRAND THEATRE NATIONALE à été livrée. Malheureusement. Par absence totale de dimension culturelleMACKY à débarquél éminente professeur YOUMA FALL pour la remplacer par le danseur dz KESSY BOUSSO. Plus grave ce chantier merveilleux qui devrait BOOSTER notre secteur touristique est royalement oublié par le YONOU YOKOUTE qui en fait n'a aucune considération pour l économier culturelle.
Puisque le YONOU YOKOUTE n a pas dzmoli le MONUMENT DE LA RENAISSANCE AFRICAINE, appropriez vous cette oeuvre universelle au bénéfice du tourisme national.Faites jouir aux acteurs culturels les plateaux techniques relevés obtenus lors du FESMAN
Vous conviendrez avec moi que même si je ne suis pas avecWade reconnaissons QU il a fait beaucoup de choses au SENEGAL et que Mocky a l obligation de perpetuer quelqu'uns de ses oeuvres pour avancer. Mais la rancune de MOUSTAY NIASSE AMATH DANSIKHO ABDOULAYE BARHILY. TANOR DIENG lui tiendra toujours les coudes.President réveillez vous sinon le YONU YOKOUTE SERA YONOU RETHIOUTE'

2.Posté par Fall le 21/11/2013 22:23
Tu cherches un poste. Essayes de mettre en avant tes compétences et non du griotisme. Cela ne sert à rien d'encenser quelq'un, mon cher Hady

3.Posté par Fall le 21/11/2013 22:44
Nous voulons du concret..! Nous avons faim...! Wade fo nék.. Deuk bi défa Mackyyy!

4.Posté par Fatim le 22/11/2013 01:40
M. FALL. Vous avez participé a mettre a genoux le pays. En vous lisant, on sait que tu es nostalgique. M. TRAORE n a fait que decrire la sitaution avec obectivité. Il a été mon professeur a IAM et etait le directeur commercial avant d aller au canada. tU es jaloux. hEC montreal c est pas pour des nullards

5.Posté par pape fall le 22/11/2013 13:52
S il va un homme qui collaborer plus avec Wade dans la gestion des affaires publiques au SENEGAL c est bien MACKY Sall, il a une responsabilité totale de tout ce que Wade a fait en bien ou en mal.Cesser d attaquer les gens et soyez plus lucides nous n avons pas de complexe d infériorité vis à vis de ceux ouccelles qui ont étudié au Canada d autant plus qu'il ne suffit pas d avoir un niveau imtellectuel très élevé pour comprendre que le pays ne marche pas
Il faut me contredire mais sans le fond de ma pensée, m'a personne est insignifiante par rapport aux multiples soucis de es compatriotes.Ce refus de voir la realite en face vous mèneraaau chaos.il faut éviter de répéter les erreurs de Wade en refusant les critiques surtout objectives qui participent à l amélioration des. conditions de vie des sénégalais.



Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015