Le président Sall absout son ministre de la Culture et de la Communication et explique son écart de langage


Le président Sall absout son ministre de la Culture et de la Communication et explique son écart de langage
Les sujets politiques, par moments associés à des thématiques connexes, font la Une de plusieurs quotidiens parvenus jeudi à l’APS, certains titres continuant de s’intéresser au livre du colonel Abdoulaye Aziz Ndaw. L’As annonce des sanctions du chef de l’Etat Macky Sall contre des personnalités de son parti, l’Alliance pour la République (APR), qui contestent son choix pour les postes de maires ou de présidents de conseil départemental.

Macky Sall ‘‘en a assez que son autorité soit constamment défiée et ses instructions foulées aux pieds par certains membres de son parti qui, non contents d’être entrés en dissidence lors des locales du 29 juin dernier, ont décidé de s’opposer à ses directives pour le choix des maires et présidents de conseil départemental’’, écrit ce journal.

La Tribune s’intéresse au cas particulier de la mairie de Guédiawaye (banlieue dakaroise) en affichant ‘’Le jeu trouble de Gackou’’. Il rapporte que ce responsable de l’Alliance pour les forces de progrès (AFP) n’est pas étranger à une candidature concurrente à celle de Aliou Sall, le frère du président de la République.

Or, l’AFP et l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel, sont membres de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) regroupant les formations soutenant le chef de l’Etat Macky Sall.

Justement, concernant le président de la République, Walfadjri se demande quelle marge de manoeuvre dispose Macky Sall dans la nomination des membres du gouvernement, au regard notamment des déclarations du ministre de la Communication et de la Culture Mbagnick Ndiaye, affirmant devoir son poste à la Première dame Marième Faye Sall.

‘’La formation du gouvernement dirigé par Mahammed Dionne s’est effectuée sans que celui-ci ne consulte physiquement ses principaux composants, avance le journal. Et alors que les Sénégalais magnifient cette sobriété, on leur apprend que le président n’avait pas besoin de consultation, puisque l’essentiel des ministres, en plus de ceux choisis par les partis alliés, lui ont été imposés’’.

Le Populaire précise que le ministre de la Culture et de la Communication n’a pas été démis de ses fonctions après ces déclarations, contrairement à des rumeurs véhiculées à travers les réseaux sociaux. ‘’Le président Sall absout son ministre de la Culture et de la Communication et explique son écart de langage’’ par l’émotion qui l’a étreint lors de sa passation de service, indique le journal.

Sud Quotidien profite justement de cette actualité pour relever l’absence de statut pour les Premières dames au Sénégal. ‘’Ces +intruses+ de la République’’, titre le même journal en parlant des épouses des différents chefs d’Etat qui se sont succédé à la tête du Sénégal depuis les indépendances. Soit Colette Hubert Senghor, Elisabeth Diouf, Viviane Wade et Marième Faye Sall.

‘’Si aucun texte de loi ne leur offre un statut particulier, ces Premières dames disposent de fonds assez conséquents pour faire tourner leur fondation à vocation sociale. Véritables +intrus+ dans la République, écrit-il encore, elles font l’objet de toutes les convoitises pour entrer dans les bonnes grâces du chef de l’Etat’’.

Pour le reste, le livre du colonel Abdoulaye Aziz Ndaw concernant des pratiques de corruption qui auraient cours au sein de la gendarmerie nationale est le sujet le plus évoqué par les journaux.

‘’Macky rappelle le général Fall’’ à Dakar, signale par exemple le journal Le Quotidien à sa Une, en parlant de l’ancien haut commandant de la gendarmerie, actuel ambassadeur du Sénégal à Lisbonne. Le journal note que cette décision constitue ’’un gage d’impartialité dans le traitement du scandale de corruption qui secoue la gendarmerie’’.

Dans un livre dont les bonnes feuilles ont été publiées par des quotidiens, l'ancien commandant en second de la gendarmerie nationale, le colonel Abdoulaye Aziz Ndaw, accuse le général Abdoulaye Fall, son patron de l'époque, de ‘’complicité’’ avec le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). Il dénonce aussi ''les mensonges, manipulations, pots-de-vin etc.'' dans la gestion du dossier de la Casamance.

Selon des informations de presse, le colonel Ndaw s’apprêterait, de son côté, à quitter Rome – où il est en poste – pour rejoindre Dakar, comme le lui a demandé le gouvernement sénégalais. Il assure ne pas vouloir se débiner, selon les mêmes sources.

Cela dit, le colonel Abdoulaye Aziz Ndaw ‘’peut dormir du sommeil des justes. Il aurait le soutien des gendarmes. Ces derniers dans leur immense majorité semblent acquis à sa cause. De quoi donner l’insomnie au général Fall qui jusqu’à présent s’emmure dans un silence profond’’, écrit Direct Info dans son billet du jour.
Jeudi 24 Juillet 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :