Le phénomène des "stuffers": se goinfrer pour être gros et sexy


Le phénomène des "stuffers": se goinfrer pour être gros et sexy
"Nous avons l'envie sexuelle d'être gros."
À l'heure où la culture dominante glorifie la minceur, un article de Rue 89 se penche sur une "contre-culture bourgeonnante", celle des "stuffers", ou "gainers", des personnes qui ne rêvent que d'une chose: devenir de plus en plus gros. Un désir presque sexuel, puisque, pour les stuffers, les ventres mous et les bourrelets sont considérés comme sexy et attirants. La preuve avec des blogs comme celui-ci, Tasty Female Bellies.
 
"Petite, je voulais déjà être grosse. Je n'ai pas eu plus tôt l'occasion de me lancer. Et puis je m'y suis enfin mise", explique ainsi Crystal, qui est passée de 72 kilos à 124 kilos en un an, en se nourrissant allègrement de donuts, milk-shakes et crème liquide. "À côté de mon lit, je garde en permanence des trucs non périssables pour manger quand je me réveille la nuit."
 
Comme elle, de nombreux stuffers partagent leur expérience sur des forums spécialisés et se réjouissent de chaque kilo gagné. Selon un psychologue spécialiste des troubles alimentaires, on a affaire à un phénomène différent de la boulimie. "En 26 années de pratique, je n'ai jamais vu ça. La graisse en surplus peut servir à adoucir des émotions que vous préférez ne pas ressentir, mais je n'ai jamais rencontré une personne qui prenne sciemment du poids en attribuant un sens positif à son comportement."
 
Sur le site de Reddit, Jenny, une étudiante de 20 ans, affirme qu'elle comprend les risques pour sa santé. "Nous savons que nous mettons notre santé en danger, nous ne sommes pas idiots. Les gainers comme moi voient leur docteur, comme tout le monde. Pour ma part, je prends du poids, non pas en ingurgitant des gâteaux industriels, mais en mangeant des grosses portions de la même nourriture que tout le monde mange. Nous avons l'envie sexuelle d'être gros, mais nous avons aussi le bon sens d'écouter notre médecin."
Mercredi 6 Août 2014




Dans la même rubrique :