DAKARACTU.COM

Le parti d’Idrissa Seck sort de la coalition gouvernementale

Au Sénégal, le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement dirigé par Aminata Touré doit avoir lieu ce jeudi 12 septembre 2013. Mais mercredi soir, le parti de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck a jeté un pavé dans la marre : Rewmi a annoncé sa sortie de la coalition Bennoo Bokk Yakaar, la coalition qui avait porté Macky Sall au pouvoir.


Le parti d’Idrissa Seck sort de la coalition gouvernementale
« Rewmi quitte la coalition Benno Bokk Yakaar », c’est par cette unique phrase que le porte-parole du parti d’Idrissa Seck a annoncé la rupture. Aucune explication, aucun commentaire. Abdourahmane Diouf n’a pas précisé si les deux ministres Rewmi, qui ont été reconduits dans le nouveau gouvernement sans que le parti n’ait été consulté, risquent d’être exclus. Il n’a pas indiqué non plus si les dix députés «rewmistes» allaient former leur groupe parlementaire à l’Assemblée nationale ou s’ils allaient rejoindre les libéraux du PDS, le parti d’Abdoulaye Wade.
Cette décision était en fait attendue. Depuis plusieurs mois, Idrissa Seck ne cesse de se démarquer de la large coalition qui soutient le chef de l’Etat. Sa première flèche, il l’avait décochée le 25 mars dernier, jour du premier anniversaire de l’élection de Macky Sall : « le bilan n’est pas fameux. Il n’y a pas grand-chose », avait alors lancé le maire de Thiès qui n’a jamais caché ses ambitions de devenir chef de l’Etat.
« Une rupture n’est jamais une bonne nouvelle », reconnaît une source à la présidence qui souligne néanmoins que les deux ministres sont des ministres de la République et non pas de Rewmi avant d’ironiser : « Idrissa Seck est parti trop tard en 2012. Il part sans doute trop tôt pour 2017 ».
Le choc de deux ambitions
Cette rupture, c’est finalement l’acte II scène 3 d’une pièce riche en rebondissements qui vient de se jouer sur la scène politique sénégalaise. L’histoire d’une impossible entente entre deux frères ennemis. Le choc de deux ambitions : Idrissa Seck et Macky Sall ont été tous deux les Premiers ministres d’Abdoulaye Wade, tous deux ont été écartés par le même Wade dont ils se voyaient dauphin, enfin tous deux se sont alliés pour lui barrer la route.
Idrissa Seck et Macky Sall restent deux personnalités néanmoins fort différentes : le premier sait se montrer charismatique. Il est téméraire mais arrogant, précise le politologue Babacar Justin Ndiaye. Le deuxième a fait de la sobriété et l’humilité son atout.
Aujourd’hui, le divorce est donc consommé. En stratège, Idrissa Seck est bien conscient qu’il y a une place à prendre dans l’opposition. Il sait aussi, observe un proche, qu’il a du travail, lui qui n’a obtenu que 8% au premier tour de la présidentielle de 2012. Il devait donc se démarquer rapidement.
Idrissa Seck sait enfin que seul, il ne pourra jamais remporter la prochaine présidentielle. Selon Babacar Justin Ndiaye, il cherchera à fédérer tous les mécontents et à faire une OPA sur le PDS, mais prédit le politologue « les responsables de l’ancien parti au pouvoir, même affaiblis par la traque des biens mal acquis, ne se laisseront pas faire ».


Pressafrik
Dakaractu2




Jeudi 12 Septembre 2013
Notez


1.Posté par koita bouna le 12/09/2013 10:01
IDY S’EN VA, IL NOUS A QUITTÉS
QUE FAUT-IL FAIRE ?

par Bouna KOITA, Responsable politique APR à Kolda
CRISE OUVERTE ET INOPPORTUNE AU SEIN DE BENNO BOKK YAAKAAR
Réwmi rompt le contrat de façon unilatérale et quitte la coalition
Le départ de réwmi de la coalition BBY sonne t-il le glas d’un épisode politique majeur dans la vie politique de notre pays ? Dans un contexte de remaniement ministériel intervenu il y a moins de dix jours; ce départ ne laisse personne indifférent. C’est donc un des maillons de la chaine du compagnonnage au sein du BBY qui est parti à un moment inopportun pour notre pays, notre parti et nos coalitions. En réalité, le parti d’Idrissa Seck est en pleine crise et sa ligne de conduite qui zigzaguait déja a fini par prendre une autre direction. La Chaîne de solidarité a succombé aux calculs politiciens et partisans. Idrissa Seck et Rewmi ont donc mis en cohérence leurs paroles et leurs actes. Nous en prenons acte et les sénégalais se souviendront. C’est donc la fin d’un compagnonnage à rebondissements que tout le monde redoutait. Personnellement, je ne croyais pas à ce compagnonnage. J’ai défendu l’idée que nous pouvions gagner seul le second tour de l’election présidentielle. Par la suite, je me suis ravisé. Par précaution, le candidat Macky Sall avait-il opté pour une formule BBY car comme le dit l’adage la prudence est mére de sûreté. Tout de même avions nous besoin d’être encore servi alors que de multiples défis attendent Mme Aminata Touré, Nouveau Premier Minsitre? La réponse est bien sûr que non. Tournons vite cette page et ne cédons pas à la pression et au tintamarre médiatiques qui vont suivre.
Au contraire, aujourd’hui, notre pays a besoin de stabilité et de calme pour permettre au Président Macky Sall et à son gouvernement de travailler sereinement afin d’ abréger les souffrances de nos compatriotes. Les citoyens ont besoin d’une Assemblée Nationale qui tourne à plein régime pour légiférer et contrôler le travail gouvernemental et non d’une chambre parlementaire qui tourne au ralenti avec des élus aux abonnés absents sur le terrain. Oui je le dis comme je le pense.
Nous (militants) avons aussi besoin d’un parti fort uni et rassemblé autour de son Président pour gagner l’estime et l’admiration de nos alliés et gagner le coeur des sénégalais. Pour cela nous devons taire nos querelles, nous tolérer, nous respecter et accepter les nouveaux militants avec considération pour remporter la bataille de l’opinion. Oui je le pense aussi.
Nous avons l’impérieuse mission de sauvegarder nos relations avec nos alliés et leurs militants. Nous devons continuer à mobiliser et à massifier surtout dans le monde rural. où les populations manquent de tout et sont trés vulnérables et réfractaires en cette période hivernale. C’est en limant que l’on fait d’une poutre une aiguille.
Bonne lecture

2.Posté par hugo le 12/09/2013 11:18
Il recommence son Tango.
Cette fois-ci, il va directement vers les 0.8 % pour 2017,dans le Mur.
L'ère des Icônes et/ou Messie étant révolue.il lui reste la fibre ethnocentrique....sur le cayor.
Bon vent !!!

3.Posté par yugo le 12/09/2013 16:21
Certains parlent comme s'ils étaient Dieu ou représentaient tout le Sénégal!! Idy va t il vers 0,8% ou sera t il le futur Président de la république? Rien ne permet de le dire. Mais une chose est sur l'étau se dessert un plus autour des sénégalais. Ces politiciens nous avaient pris en otage à travers BBY et aujourd'hui il y a une alternative politique qui s'offre au sénégalais. C'est cela l'aspect positif du départ de Idy de BBY.
Et arrêtons de parler ethnie et du ...... cayor. C'est grave et insultant pour tous ceux qui se sont tus malgré ce qui se passe autour de Mr le Président. Préserver l'unité du pays. C'est plus important que nos modestes. Tout le monde doit penser à cela!!!

4.Posté par welainde le 12/09/2013 19:02
Alors Idrissa Seck quitte la coalition, tous les sénégalais s'attendaient à cela.M.Idrissa Seck bonne chance.Nous savions que tu n'étais pas un homme de parole.Tous tes faits et gestes montrent que tu n'es qu'un troubadour.Un tambourinier politique qui ne sait même pas accorder son tambour.L'esclavage politique est terminé dans ce pays.Les ministres sont des ministres de la république.Ils ne sont pas au service d'un homme, ils sont au service de Nation toute entière.



Dans la même rubrique :