Le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba avoue l’impopularité de la CPI en Afrique

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Sidiki Kaba, ministre de la Justice, par ailleurs président de l’assemblée des États membres de la Cour pénale internationale (CPI) ne semble être trop fier de l’image de la CPI en Afrique. C’est du moins ce qu’il a quelque peu avoué à notre confrère de France24, Marc Perelman.


Le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba avoue l’impopularité de la CPI en Afrique
"Il y a un malaise entre la CPI et l’Afrique", affirme-t-il d’emblée, non sans souligner que jusqu’ici,  seuls des présidents Africains (exemple de Laurent Gbagbo, Charles Taylor, etc.) ont été jugés devant la Cour de La Haye. Me Sidiki Kaba  pense qu’il est urgent que des prévenus d’autres continents comparaissent, afin de mettre fin à cette crise de confiance. 
"C’est seulement à ce moment-là qu’on comprendra que cette Cour n’est pas dirigée seulement contre l’Afrique",  note le ministre de la Justice qui met en garde contre le risque de rejet grandissant de la  Cour Pénale Internationale (CPI) sur le continent africain... 
Dimanche 8 Novembre 2015
Dakaractu




1.Posté par patriote mbengue le 09/11/2015 14:07
Aucune fierté ce ministre qui ne croît en rien en quoi le français ou l américain assuré de ne jamais être livré par son pays a t il plus de dignité humaine que l africain



Dans la même rubrique :