Le maire de Pikine a démenti son ralliement au PDS


Le maire de Pikine a démenti son ralliement au PDS

Le maire socialiste de la commune d’arrondissement de Pikine-est (banlieue de Dakar), El Hadji Malick Konté, a démenti, lundi, les rumeurs annonçant son ralliement au Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir), promettant de dire dans deux semaines lequel des candidats qualifiés au second tour il soutiendra.

‘’Aujourd’hui, si Wade gagne on applaudit des deux mains, et il peut gagner, comme Macky Sall peut gagner. Maintenant, c’est entre le professeur et son élève (…) Que le meilleur gagne. Aujourd’hui, c’est Wade et Macky qui sont sortis en tête. Donc, il faut qu’on laisse le peuple sénégalais faire son choix’’, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse.

Il a dit qu’il est, pour l’heure, ‘’en train de discuter’’ avec sa base, avant de voir quel parti prendre. ‘’Ils (ses militants) ont des initiatives, leurs décisions et je vais leur répondre. Entre Wade et Macky, c’est deux libéraux. Je vais voir celui que je vais supporter. Je vais donner ma position définitive dans une semaine’’, a-t-il déclaré, en se prononçant sur la situation nationale.

‘’J’ai entendu dire que je suis sur le chemin de transhumer pour rejoindre la Parti démocratique Sénégalais (PDS, pouvoir). Je dis que tout cela est faux. Je suis un socialiste. Quand j’avais 14 ans, j’ai intégré le PS et je ne le quitterai jamais’’, a-t-il martelé.
APS

Lundi 5 Mars 2012




1.Posté par LE PATRIOTE le 05/03/2012 16:39
De la vaste culture chinoise enseignée par l’éminent écrivain Alain Peyferitte, nous avons appris que le pouvoir lit dans les consciences et qu’à cet effet, il a un système de commandement aussi délicat qu’un mécanisme d’horlogerie.

Au Sénégal, il semble que le mécanisme a disjoncté et que les opérateurs sont pris au dépourvu, faute de n’avoir pas su établir un cadrage solide et cohérent avec des composants adéquats. Confrontés à la dure réalité du pays ils enfourchent un discours désespérant, démontrant ainsi leur incapacité à préserver la Nation et la République de la tempête dont les signes avant-coureurs étaient perceptibles depuis que la communauté de Sangalkam a enterré son fils Malick Bâ.

Ils ne savent pas lire dans les consciences et prennent trop de libertés avec les institutions et le patrimoine économique, au grand dam des Sénégalais qui n’en peuvent plus d’être regardés de haut par de nouveaux riches qui, à l’origine, ont été portés au pouvoir pour servir le pays et non pour s’en servir. Leur mépris des valeurs républicaines a atteint son paroxysme avec la délibération du Conseil constitutionnel, dont les membres sont sans doute peu fiers de l’image que la postérité retiendra d’eux.

Il est impératif, comme dans la Rome antique, que les consuls prennent garde afin que la Répu­blique n’éprouve aucun dommage et que la Nation soit fortifiée. Le sacerdoce n’ayant pas été assumé avec abnégation par celui qu’ils ont élu et réélu, les citoyens ont pris leurs responsabilités pour remettre les pendules à l’heure. Face à cette détermination qui aurait dû l’amener à plus de sa­gesse, le président de la République a fait le choix d’une confrontation dont il ne sortira pas indemne. A force de défier l’opposition politique et de caricaturer la société civile, il a favorisé la convergence des forces vives de la Nation qui lui adressent le cri du cœur : «Empereur ceux qui vont mourir te saluent.» Leur détermination est d’autant plus forte, qu’ils ont juré de rendre hommage à leurs compatriotes morts et banalisés par celui dont la responsabilité suprême devait suffire aux orphelins pour transcender leur douleur.

Ils en sont arrivés à la conclusion que le Sénégal ne peut plus rien attendre d’un homme dont la sénilité est lourde de dangers pour la Nation et la République. En attestent les innombrables actes qu’il a posés et qui tendent tous à diviser les Sénégalais, à les dresser les uns contre les autres, à saper la morale et le moral dont ils doivent s’armer pour se reconnaître à jamais comme les enfants d’un pays où la solidarité et la fraternité ne sont pas de vains mots.

Nous avons l’impérieux devoir de construire perpétuellement notre pays et de le défendre contre quiconque aura le toupet de vouloir ébranler ses fondements. Nous sommes un Peuple attelé à la réalisation d’un But avec une Foi immaculée. Ceux qui luttent pour le respect des valeurs républicaines intangibles ne céderont pas, quelle que soit la férocité de la répression que leur oppose un régime en décadence.

Écrit par Mbagnick DIOP Citoyen indigné Militant du Pit

2.Posté par Nicolas le 05/03/2012 18:43
Monsieur le maire cherche à vendre aux enchères sa voix.
C'est sur Wade et cie vont tombeau dans le tonneau.... pardon panneau.

3.Posté par DioP le 05/03/2012 19:08
Ce maire ne représente absolument rien. Il n'a personne derrière lui. Il a été accusé de détournement de fonds d'une valeur de 25 millions pour s'acheter une maison. C'est par la grâce de la coalition Benno qu'il était devenu maire car étant à l'époque le seul politicien de l'opposition de la commune d'arrondissement qui tentait de s'organiser.
Au mois de Décembre passé des Jeunes de la CAPE avaient battu le macadam pour s'insurger contre sa mauvaise gestion de l'arrondissement.
Il se donne souvent en spectacle avec ses administrés, il fait parti des maires qui sont vomis par leurs populations.

4.Posté par @sacoura le 05/03/2012 23:38
ce qui est marrant le PS parti dont est issu le maire est arrivé 4ème dans cet arrondissement! Il a oublié qu'il a était élu avec les voix de benno dont l'APR! En cas de ralliement au PDS, il faut que les conseillers de benno le fasse sauter!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016