Le job le plus inutile des JO: sauveteur à la piscine olympique

Comme l'exgie la loi brésilienne et le règlement de la fédération de natation, la présence des sauveteurs au bord de la piscine olympique est obligatoire. Mais les 75 sauveteurs à Rio servent-ils vraiment à quelque chose?


Le job le plus inutile des JO: sauveteur à la piscine olympique

C'est le New York Times qui décrit le rôle des maîtres-nageurs aux JO. Le quotidien qualifie même le job comme "le plus inutile" des Jeux, étant donné que ceux qu'ils sont censés éventuellement sauver nagent mieux qu'eux. 

"Ils n'ont jamais utilisé leur sifflet. Ils n'ont jamais crié après les sportifs pour leur demander d'arrêter de courir près du bassin. Ils n'ont jamais sourcillé, ni même senti leur cœur battre plus vite lors d'une soudaine possibilité (est-elle toujours sous l'eau?) qu'une personne ait besoin d'être sauvée", écrit le NY Times.

"L'un des trucs les plus drôles des JO"
C'est la loi brésilienne qui impose leur présence dans des bassins d'au moins 36 m². Si cette présence est obligatoire, elle est aussi nécessaire. Par exemple quand un nageur se cogne sur le rebord de la piscine ou quand un joueur de water-polo reçoit un mauvais coup, leur intervention sera plus que souhaitée. Sans parler des éventuels malaises, crises cardiaques ou crampes.

"C'est vraiment l'un des trucs les plus drôles que j'ai vu dans les Jeux olympiques jusque-là", a expliqué à Reuters le Néo-zélandais Matthew Stanley, traduit par Slate.

© photo news.
Lundi 8 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :