Le frère de l’ancien ministre, Madické Niang, traîné à la barre


Le frère de l’ancien ministre, Madické Niang, traîné à la barre
Cette fois, ce n’est pas dans la politique qu’il a été cité, mais bien dans une ténébreuse affaire d’abus de confiance. Dièry Niang, grand frère de l’ancien ministre de la Justice sous Abdoulaye Wade, Madické Niang, était attrait à la barre du tribunal des flagrants délits pour abus de confiance à la suite d’une plainte introduite par Amsata Diagne, un émigré vivant en Espagne. 

C’est en 2009, qu’Amsata Diagne a acheté auprès de Dièry Niang un terrain situé à Bango pour un montant de trois millions de FCfa. Mais après la délivrance de l’acte de cession, l’émigré peine à recevoir les documents définitifs attestant la légalité de cette vente de terrain. Son père qui a été chargé par son fils, rentré en Espagne, de suivre le dossier, ne parvint pas à mettre la main sur les documents définitifs. Il s’est rendu au Cadastre pour s’informer de la situation juridique du terrain. «Le Cadastre a fait savoir à mon père que le terrain est du domaine de l’aéroport et qu’il ne pouvait donner aucun acte légal», a-t-il expliqué. Amsata Diagne somme alors son bailleur de lui rendre ses trois millions. «Il m’a proposé de revendre le terrain pour pouvoir me rembourser, sous prétexte qu’il n’avait plus d’argent. Devant l’impossibilité de trouver un acquéreur, il est venu solliciter un moratoire de 500 000 FCfa par mois. Par la suite, il m’a demandé de le ramener à 200 000 FCfa par mois, puis 100 000 FCfa. Ce qu’il n’a pas, non plus respecté, car il disparaissait chaque fois qu’il devait me payer», a expliqué l’émigré, précisant avoir déjà reçu 2 millions de FCfa de Dièry Niang qui refuse de lui restituer le reliquat.

Balayant d’un revers de la main les accusations, Dièry Niang a souligné que personne n’est venu revendiquer un droit de propriété sur ce site, précisant que Amsata Diagne est le seul, parmi les cinq personnes à qui il a vendu des terres sur ce site, à contester la légalité juridique des terrains.

Dans sa plaidoirie, Me Alioune Abatalib Guèye, conseil du prévenu, a rejeté l’abus de confiance et a plaidé la relaxe de son client. Selon lui, il n’y a pas eu abus de confiance dans la mesure où aucun des autres clients qui ont acquis des terrains sur ce site n’a contesté la légalité. Mieux, des constructions ont été érigées sur les terrains qui étaient la propriété de son client et qu’il a finalement vendus. Le tribunal a mis en délibéré cette affaire au 19 mars prochain.



Lobservateur
Samedi 7 Mars 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016