Le communiqué du Conseil des ministres du 21 Septembre 2013


Le communiqué du Conseil des ministres du 21 Septembre 2013
Le Conseil des Ministres s’est, exceptionnellement, réuni ce samedi 21 septembre 2013, au Palais de la République sous la présidence du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Macky Sall, à l’effet d’examiner et d’adopter le projet de budget de l’année 2014.

Le Chef de l’Etat a indiqué au Conseil qu’il s’agissait là d’une approche nouvelle devant permettre au Gouvernement d’avoir un large échange sur le budget en cours d’élaboration et de s’assurer que les options arrêtées et le contenu, étaient en parfait accord avec sa vision et les engagements souscrits auprès des Sénégalais.

Cette démarche nouvelle, ayant pour but de mettre le collectif budgétaire en adéquation avec les options politiques définies par le Chef de l’Etat et en cohérence avec la Stratégie Nationale de Développement Economique et Sociale (SNDES), a permis aux membres du Gouvernement de définir ensemble un cadrage général du budget en cours d’élaboration, en vue de sa présentation prochaine à l’Assemblée Nationale.

Le Gouvernement a ainsi a procédé à un examen attentif des propositions, présentées par le Ministère de l’Economie et des Finances (MEF).

Le Président de la république a indiqué au Conseil que la procédure budgétaire ne doit plus être une simple opération de reconduction de crédits et d’indications de dépenses. Celle-ci doit, désormais, être un exercice de mise en relation de l’instrument politique que constitue le budget avec la politique de développement socio-économique de la nation.

Le Ministre de l’Economie et des Finances, complété par le Ministre Délégué au Budget, a présenté au Conseil les grandes options et les orientations arrêtées dans le projet de budget de 2014.

Les deux Ministres ont expliqué devant le Conseil que le projet de budget de 2014 a été élaboré sur la base d’un taux de croissance projeté à 4,6 % (2014), contre 4% en 2013.

Ils ont ainsi constaté un regain de l’activité économique soutenu principalement par les investissements dans les secteurs de l’agriculture, des infrastructures, de l’autoroute de Diamniadio, de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) à Mbour et de l’énergie (amélioration de la distribution d’énergie électrique), ainsi que la mise en œuvre des plusieurs autres projets structurants.

Les deux Ministres ont également soutenu que l’inflation devrait rester modérée. Globalement, le PIB nominal est projeté à 8008 milliards en 2014 contre 7484 milliards en 2013, soit une progression de 7 %.

Sur la base de ces données et en tenant compte de la pleine application de la réforme fiscale, les recettes budgétaires sont projetées à 1 633 milliards, les appuis et dons sont prévus pour un montant de 233 milliards (42 milliards de dons budgétaires et 191 milliards de dons projets).

Au total, les ressources budgétaires s’établissent à 1 891 milliards, en tenant compte des impératifs du développement et des options majeures du Chef de l’Etat, en particulier dans le domaine social. Le déficit budgétaire est projeté à 396 milliards (4,9 % du PIB), contre 406 milliards (5,4 % du PIB) en 2013.

Ainsi, sur la base de ce niveau de déficit, les deux ministres ont indiqué que les dépenses totales prévues dans le prochain budget ont été évaluées à 2 287 milliards.

Les dépenses courantes ont été arrêtées à 726 milliards contre 708 en 2013, soit une augmentation de 18 milliards. Cependant, les dépenses d’investissements financées sur ressources internes sont évaluées à 577 milliards, soit une hausse de 65 milliards (12,7 %) par rapport à l’année 2013.

A l’issue du débat général engagé, le Conseil a adopté le projet de loi de Finances 2014.

Le Chef de l’Etat a tenu à féliciter le Ministre de l’Economie et des Finances ainsi que le Ministre délégué chargé du Budget pour le travail effectué en un si court délai pour présenter un collectif budgétaire au Conseil.


Au titre des mesures individuelles, le conseil a pris les mesures suivantes :


Madame Seynabou NIANG, Inspecteur Principal des Impôts et des Domaines, précédemment Directeur des Impôts, est nommée Directeur Général des Impôts et des Domaines, en remplacement de Monsieur Amadou BA, appelé à d’autres fonctions ;


Monsieur Elimane Saliou GNINGUE, Inspecteur Principal des Douanes, précédemment Coordonnateur de la Direction des Douanes, est nommé Directeur Général des Douanes, en remplacement de Monsieur Mouhamadou Makhtar CISSE, appelé à d’autres fonctions.
Dakar actu




Samedi 21 Septembre 2013
Notez


1.Posté par Tapha le 22/09/2013 00:18
Les connards qui ont pris la sale habitude de parler de poularisation de l'Etat, qu'attendez vous pour commenter? Soyez objectifs!

2.Posté par GUISS GUISS le 22/09/2013 01:13
SITUATION EXCEPTIONNELLE, NOMINATIONATION EXCEPTIONNELLLE. NABOU N A JAMAIS RIEN DEMANDEE. SINON QUE DE TOUJOURS BIEN FAIRE SON TRAVAIL DANS LA DISCRETION. BONNE CONTINUATION ET COURAGE MA CHERIE.

3.Posté par Mamadou le 22/09/2013 14:13
Je vois vraiment son excellent macky sall a une bonne vision pour le pays il faut que les gens arrêtent les discours politiques et lui laisse faire son boulot.,je suis sûr qu'il veut bien réussir.

4.Posté par Sidiki Diouf le 23/09/2013 09:23
Oh les lâches je ne vous entends pas parler de wolofisation dans ces deux nominations. Comme vous savez bien le faire des qu'un halpoular est nommé. Que vous êtes petits et minables.



Dans la même rubrique :