Le body guard de Cheikh Amar encourt deux mois de prison ferme pour outrage à agent de sécurité


Le body guard de Cheikh Amar encourt deux mois de prison ferme pour outrage à agent de sécurité
Attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des délits d'outrage, de refus d'obtempérer, d'outrage et rébellion envers agent de la force publique dans l'exercice de ses fonctions et diffamation à l'encontre du gendarme Tamsir Omar Diouf et du lieutenant de police Cheikh Diallo.
Ousmane Seck chauffeur et garde rapproché de Cheikh Amar, née en 1982, père de 2 enfants, et petit fils du défunt imam ratib de Rufisque s'est lavé à grande eau. 

En effet, c'est le 21 Février vers 19 heures que le gendarme s'est présenté devant lui, pour  lui reprocher de n'avoir respecté le sens giratoire. ne portant pas de tenue, Ousmane Seck a refusé d'obtempérer avant de lui demander de présenter sa carte professionnelle.  Le gendarme absent au procès avait déclaré que lorsqu'il s'est présenté auprès du sieur Ousmane Seck en lui déclinant son identité à travers sa carte professionnelle, il lui a répondu " je n'ai rien à foutre de votre carte, je ne vous donne aucune pièce, d'ailleurs allez où vous voulez! Le tout en présence du docteur Khalifa Fall, et avant de partir, Ousmane Seck l'a copieusement insulté. 

C'est par la suite qu'il a entrepris des investigations aux fins de connaître son identité. " Il s'appelle Bouba et a l'habitude de dire à ses interlocuteurs qu'il est le garde du corps de Cheikh Amar !"

Le maître des poursuites a requis une peine de 2 mois ferme en soulignant que même si le prévenu conteste les faits, le procès verbal a été rédigé par des agents assermentés et que la loi 79 - 50 relève que les agents de la gendarmerie peuvent intervenir à tout moment.

L'un de ses avocats a plaidé pour une application extrêmement bienveillante de la loi pour lui permettre d'être en compagnie de sa famille le jour de la Tabaski.
Me Ciré Clédor a plaidé pour le renvoi des fins de la poursuite, car son client est analphabète et que ses propos ont étés repris en wolof : " les choses se sont passées au poste de police et il n'y a pas de témoin. De plus, ce sont ses adversaires qui ont rédigé le procès verbal."
L'affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 07 Septembre...
Mardi 6 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :