Le bâtonnier Mbaye Guèye dément Nafi N'gom Keïta, défend Mamadou Badio Camara et encense Seynabou N'diaye Diakhaté

La cérémonie de prestation de serment de la présidente de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) a servi de tribune au bâtonnier de l’Ordre des avocats pour démentir Nafi N'gom Keïta qui a soutenu que le premier président de la Cour suprême a refusé de faire sa déclaration de patrimoine. De même, Me Mbaye Guèye n’a pas tari d’éloges à l’endroit de Seynabou N'diaye Diakhaté qu’il dépeint comme une personne calme, discrète et sereine.


Le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal, Me Mbaye Guèye, a battu en brèche les allégations de Nafi N'gom Keïta selon lesquelles le premier président de la Cour suprême de Dakar a refusé de faire sa déclaration de patrimoine conformément à la loi.
Prenant la défense de Mamadou Badio Camara, il a précisé à haute et intelligible voix que «les textes que nous avons ne soumettent pas le premier président de la Cour suprême à l’obligation de déclaration de patrimoine. S’il y a d’autres textes qui infirment cette thèse qui semble être unanimement partagée dans la famille judiciaire, nous sommes disposés à en prendre connaissance.» Pour Me Guèye, «l’Etat de droit, c’est beaucoup plus le respect de la dignité du citoyen que la soumission de l’Etat à ses propres besoins.»
Très en verve, le bâtonnier n’a pas tari d’éloges à l’endroit de la nouvelle patronne de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC). D’après lui, «la grandeur de Seynabou N'diaye Diakhaté réside dans sa grande discrétion, son calme et sa sérénité légendaire, dans sa piété, son humanisme, sa compétence reconnue par ses pairs et les avocats. Elle est, de l’avis de tous, une grande magistrate qui a blanchi sous le harnais. Le choix porté sur elle traduit bien la règle selon laquelle il faut mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut.»
Il reste qu’à ses yeux, la tâche confiée à la présidente de l’OFNAC ne sera pas aisée d’autant qu’elle est appelée à se battre avec un phénomène difficile à combattre qui est la corruption. «Vous aurez affaire à des gens qui n’hésiteront pas à tout faire pour vous empêcher de faire votre travail. L’autre difficulté réside dans le fait que vous aurez affaire à des gens très puissants. Les acteurs de la corruption occupent très souvent des places privilégiées sur le plan social, économique et politique», préviendra-t-il...
Vendredi 12 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :