Le Syndicat SDT-3S interdit d’Ag, car accusé de fictif par l’Hôpital Général Grand-Yoff : le gros mensonge de la Direction générale (Documents)


Le Syndicat SDT-3S interdit d’Ag, car accusé de fictif par l’Hôpital Général Grand-Yoff : le gros mensonge de la Direction générale (Documents)

Si ce n’est pas le mensonge du Siècle, c’en a, en tout cas, tout l’air ! En effet, dans l’édition de 12 heures du 31 Octobre de nos confrères de la Rfm, les auditeurs ont entendu la Direction générale de l’Hôpital Général Grand Yoff (HOGGY) affirmer, de manière péremptoire, que si le Syndicat Démocratique des Travailleurs de la Santé et du Secteur Social (SDT-3S) a été interdit hier mardi de réunion, c’est parce qu’il est fictif.

Aussi, beaucoup de Sénégalais ont-ils dû être choqués, en apprenant que le bouillant responsable syndical, Cheikh Seck, Secrétaire général du SDT-3S, dirige un monstre.

Alors, Actusen.com a tenu à aller fouiller dans les archives du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Ce, pour jauger le caractère sérieux ou non de la thèse de la Direction de HOGGY.

Mais votre Site a été parcouru de frissons. Au motif que, contrairement aux allégations de la Direction générale de HOGGY, le Syndicat Démocratique des Travailleurs de la Santé et du Secteur Social est bel et bien en règle avec les lois de notre pays.



Mieux, Cheikh Seck et ses camarades jouissent d’un récépissé digne du nom délivré par les Services du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique. En attestent, d’ailleurs, les deux documents ci-dessus.

Selon les sources de Actusen.com, la demande de récépissé a été déposée sous le Magistère du prédécesseur d’Aly Ngouille Ndiaye, en l’occurrence le ministre Abdoulaye Daouda Diallo.

Pourquoi les hommes du ministre Aly Ngouille Ndiaye pourront, désormais, se méfier de la Direction générale de l’HOGGY

Sans aucun doute, c’est la Police, notamment celle de Grand-Yoff, qui va, désormais, se boucher les oreilles, quand la Direction générale de l’HOGGY la saisit, pour qu’elle convoque, à tout-va, Cheikh Seck. Qui non seulement organise ses réunions syndicales dans un cadre fermé, mais aussi ne fait qu’exercer un droit que lui confère la Constitution du Sénégal.

Si le Commissariat de Grand-Yoff doit d’autant plus tourner son regard à droite, quand la Direction générale de cet Hôpital le regarde à gauche, en le saisissant, c’est parce que ce n’est pas la première fois qu’il convoque le responsable syndical, suite à une plainte de celle-ci, et dont le mobile, au bout des courses, s’avère être du toc de la part de la Direction générale de l’Hôpital.

Qui ne se rappelle pas la Direction générale de l’HOGGY, le banc, Cheikh Seck et la Dic?

En principe, les hommes du ministre Aly Ngouille Ndiaye vont d’autant plus se méfier de ladite Direction que celle-ci est capable, pour mettre les bâtons dans les roues du patron de Syndicat Démocratique des Travailleurs de la Santé et du Secteur Social, de coller les délits les plus fantoches à l’ancien membre du Syndicat Unique des Travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale (SUTSAS).

Comme ce fut le cas, lorsque avec une facilité déconcertante, la Direction générale de l’HOGGY avait, faussement, accusé, à l’époque, Cheikh Seck d’avoir jeté des troubles de nature à semer des convulsions graves pour la quiétude de l’Hôpital. Refusant de s’en arrêter là, la Direction générale de l’HOGGY avait collé au responsable syndical le fameux supposé délit d’avoir cassé un banc.

Dotée d’un sérieux et d’un professionnalisme, à toute épreuve, la Dic avait refusé de tomber dans le jeu de la Direction générale de l’HOGGY

Mais la Division des investigations criminelles, reconnue pour son professionnalisme et son sérieux, a refusé de tomber, à l’époque, dans le jeu de la Direction générale de l’HOGGY. Et avait, du coup, décidé de lâcher les basques à Cheikh Seck. Parce que s’étant, sûrement, rendue compte, que l’accusation formulée par la Direction générale de l’Hôpital ne pesait pas lourd sur la balance.

Dans la foulée, interdiction a été faite au boss de SDT-3S d’accéder à son bureau. C’est ainsi que des vigiles de l’HOGGY l’avaient maladivement brutalisé. Et au finish, c’est encore et toujours le responsable syndical qui gagne. Parce que le personnel ou une partie de celui-ci étant avec lui.

Brutalisé par de gros bras de l’HOGGY puis injustement affecté par l’ex-ministre de la Santé Eva Marie Colle Seck, Cheikh Seck n’a jamais bougé d’un iota et avait, finalement, gagné le combat, avec l’aide de la Cour suprême

On se souvient, également, de la  décision du Ministère de la Santé et de l’Action sociale sous Eva Marie Colle Seck, qui, un matin, au plus profond de la crise entre le responsable syndical et la Direction générale de l’HOGGY, avait pris une note pour affecter Cheikh Seck.

Mais c’était sans compter avec Cheikh Seck, qui, adepte de la résistance-tout-terrain, surtout quand il a la certitude d’être dans ses droits, avait refusé de quitter son poste. D’autant que, avait-il invoqué, au moment des faits, faire partie du Conseil d’Administration de l’HOGGY, dont il a longtemps dénoncé certaines pratiques jugées scandaleuses, avant l’arrestation d’un éminent responsable de l’Etablissement de santé, poursuivi pour présumé détournement de plusieurs dizaines de millions F Cfa.

A l’arrivée, c’est encore Cheikh Seck qui avait remporté son duel avec Eva Marie Colle Seck. Parce que la Cour suprême lui avait donné raison et déchiré la note d’affectation de l’ancienne ministre de la Santé et de l’Action sociale, devenue aujourd’hui, ministre auprès du Président Macky Sall. Alors, ça ne demande pas un capital de connaissances pour savoir que les relations entre Cheikh Seck et la Direction générale de l’HOGGY n’ont jamais été un long fleuve tranquille.

 

Mercredi 1 Novembre 2017
Actusen



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :