Le M23 annonce une série d’actions contre la candidature de Wade


Le M23 annonce une série d’actions contre la candidature de Wade
Le Mouvement du 23 juin (M-23) envisage diverses actions dans la banlieue de Dakar et à l’intérieur du pays, à partir de lundi prochain, en vue d’un retrait définitif de la candidature du président Abdoulaye Wade pour un troisième mandat, a constaté un reporter de l’APS, mardi.

‘’Dès le 23 janvier, nous allons organiser une grande manifestation dans la banlieue de Dakar, à Guédiawaye plus précisément pour imposer au président (Wade) le retrait de sa candidature’’, a annoncé Alioune Tine, coordonnateur du M-23, au cours d’un point de presse, mardi à Dakar.

Cette rencontre avec les journalistes était précédée par la conférence des leaders du mouvement contestataire. Des chefs de coalitions de partis, des personnalités indépendantes et plusieurs candidats déclarés ont pris part à cette rencontre préparatoire à cette série de manifestations.

‘’Tous les leaders sans exception ont réaffirmé le combat de continuer la lutte jusqu’au bout. C’est un tournant décisif’’, a insisté M. Tine, parlant ‘’d’assaut final contre la candidature de Me Wade’’.

Pour lui, ce sera une première mobilisation dans la banlieue. ‘’Des caravanes vont circuler à travers Pikine et Guédiawaye, parce que c’est la première fois que nous organisions dans la banlieue. Ces mêmes caravanes vont sillonner les villes de l’intérieur et jusqu’aux villages pour sensibiliser sur cette manifestation’’, a-t-il expliqué.

Selon les responsables du mouvement du 23 juin, cette série de manifestation va se poursuivre un peu partout dans le pays jusqu’au 29 janvier prochain, date à laquelle le Conseil constitutionnel doit publier les candidatures à la présidentielle du 26 février prochain.

‘’Il n’y aura pas de répit jusqu’à cette date très attendue et si d’aventure, les juges constitutionnels vont valider la candidature, nous allons le considérer comme un coup d’Etat constitutionnel’’, a souligné, ferme, le coordonnateur du M-23.

Devant la presse, Alioune Tine a mis en garde les membres de la juridiction. ‘’Le Conseil constitutionnel et le président Wade doivent réfléchir sur le précédent ivoirien’’, a averti M. Tine faisant allusion à la crise politico-judiciaire qui a sévi en Côte d’Ivoire avant la chute du président Laurent Gbagbo.

Au Sénégal, la candidature est l’objet d’une vive controverse entre la majorité présidentielle, qui la soutient sans réserve, et l’opposition et la société civile réunies au sein du M-23, qui la combattent vivement.

La majorité présidentielle renforcée par les conclusions de juristes internationaux qui ont pris part à un séminaire organisé à cet effet à Dakar, ont affiché de leur volonté de la défendre fermement.

Ainsi les parties soulignent l’importance de l’avis que doit rendre le Conseil constitutionnel sur la validité de la candidature du président Wade à un nouveau mandat.

Le M-23 avait contraint, le 23 juin 2011, le président Abdoulaye Wade à retirer un projet de loi de modification de la constitution, par voie parlementaire, pour instaurer un ticket, vice-président et président de la République, et ce dernier serait éligible avec 25% des suffrages exprimés.
Mercredi 18 Janvier 2012
APS




1.Posté par Papy! le 18/01/2012 05:35
Si le peuple est devant un president qui ment et une petite famille qui meprise la population et une cohorte de cinq moutons pret a se sacrifier alors la c'est de bonne guerre. On nous demande de faire la guerre alors la guerre on la fera sans etat d'ame. Notre constitution n'est pas un papier de toilette et quiconque la traite ainsi nous trouvera sur notre chemin. Le Niger et la Cote d'Ivoire ne sont pas plus democratiques que le Senegal qui restera Inchala le porte etandard d'une democratie apaisee.
Abdoulaye Wade confond le respect et la peur, il saura que le 23 Juin n'etait qu'un avant gout d'un homme digne de respect pret a proteger son honorabilite et ses enfants et son pays. Un homme contre tous, le resultat est bien connu.
Nous ne serons pas la risee du monde Inchala, notre parole donne et notre constitution ne sont pas NEGOTIABLES.

Decidement Abdoulaye Wade n'a aucune classe!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016