Le Gabon suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle

Au Gabon, on attend la décision de la Cour constitutionnelle qui doit valider ou non la réélection d'Ali Bongo. En principe, la décision est attendue ce vendredi 23 septembre. Mais le doute plane. Jeudi soir avait lieu une audience publique à la plus haute instance du pays. Une séance qui marque la fin de la procédure d'instruction.


La Cour a une lourde responsabilité. Dire si Ali Bongo a bel et bien été réélu. Or tout le monde a en mémoire les violences après l'annonce de sa victoire. Les saccages, pillages, affrontements, les tirs, les morts. Selon la décision des 9 juges, le pays pourrait s'embraser à nouveau. Le verdict doit être rendu aujourd'hui. Mais jeudi soir, la présidente de la Cour a laissé planer le doute.

Pendant plus d’une heure et demie, le juge rapporteur a égrené les arguments et les contre-arguments des deux camps. « Un rapport très, très, très long », a conclu la présidente de la Cour constitutionnelle dans un sourire. Puis les avocats ont fait leurs observations.

Celui de Jean Ping tout d’abord, venu avec des piles de procès-verbaux. « Qu’on ne vienne pas nous amener des histoires de faux procès-verbaux fabriqués pour faire croire qu’il y a des histoires d’irrégularités, parce que ce sont eux qui fabriquent ces PV ! A prévenu Maître Jean-Rémy Bantsantsa. Je note également que tout s’est passé dans une opacité incroyable. L’instruction d’une affaire veut dire qu’on écoute tout le monde, on entend tout le monde, on procède à des confrontations. Et ce que nous avons demandé, c’est la confrontation des PV. » L’avocat de Jean Ping, candidat à la présidentielle face au président sortant, estime que l’analyse du rapporteur n’est pas suffisante.



Côté Ali Bongo, Maître Nkéa a encore accusé Jean Ping d'avoir utilisé un cyberterroriste pour falsifier les résultats. « Vous êtes le médecin de ce pays ! » a-t-il ensuite lancé en s’adressant à la présidente de la Cour. Et de brandir lui aussi des PV. Avant de s’exclamer : « Il n’y a pas un droit pour le Haut-Ogooué et un autre droit électoral pour les autres provinces. Si nous utilisions les procès-verbaux de la Cénap [la commission électorale, ndlr] pour les huit provinces que les deux parties ont acceptées, il est tout à fait normal que pour le Haut-Ogooué on utilise aussi les mêmes procès-verbaux ! »

Quant au ministère public, il propose que la Cour accepte un recomptage des voix.

Dans la province du Haut-Ogooué, fief familial de la famille Bongo, le président sortant a officiellement obtenu 95% des voix pour 99% de participation, lui garantissant à l'échelle du pays une avance de quelque 5 000 voix sur Jean Ping, sur un peu plus de 325 000 électeurs.

L’affaire est à présent mise en délibéré, annonce la présidente Marie-Madeleine Mborantsuo. « En principe, la décision pourrait être rendue à l’audience du 23 septembre, mais Maîtres, veuillez être attentifs, le greffier en chef se fera le devoir de vous communiquer le jour et l’heure du délibéré », a-t-elle indiqué.

Lire la suite sur RFI
Vendredi 23 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :