Le FPDR de France rejette l’adoption de la loi portant augmentation des députés


Le FPDR de France rejette l’adoption de la loi portant augmentation des députés
Le FPDR de France considère que l’adoption de la loi portant augmentation des députés qui semble favorable aux Sénégalais de l’extérieur, « repose sur de vils calculs politiciens et sur une tentative de modifier le jeu électoral à quelques mois des élections législatives ». D’où son rejet catégorique d’autant qu’ils n’ont été associés ni de près ni de loin à cette réforme.
Pour Sidy Fall et ses camarades, « aucun segment de la diaspora, aucun mouvement citoyen n’a été consulté sur ce qui constitue une nouvelle lubie de Macky Sall qui fait fi de tous les principes démocratiques. Non seulement le nombre de députés proposé est disproportionné (15) mais qui plus est la répartition se fera de manière totalement arbitraire ».
Ils ajoutent : « C’est une décision purement politicienne du pouvoir visant à atténuer une défaite de l’APR aux prochaines joutes électorales, par un effet de compensation au niveau de la diaspora. Nous disposons d’informations sérieuses sur les zones déjà ciblées. Il s’agit clairement d’une tentative de modification unilatérale de la carte électorale à des fins de fraude. »
Ceux-ci croient savoir que cette loi, immorale, est inconstitutionnelle car elle viole l’esprit du code électoral et est totalement contraire au principe d’égalité de tous les citoyens sénégalais inscrits noir sur blanc dans la Constitution.
« Adepte des coups de force, des mensonges et des reniements permanents, Macky Sall joue désormais avec l’état de droit et la démocratie sénégalaise, persuadé qu’il peut instaurer une dictature et un régime de terreur au Sénégal, avec la complicité d’une partie des médias corrompus, abonnés aux enveloppes, des forces du désordre qui agissent dans l’illégalité, et d’une partie de la justice aux ordres ».
Pour finir, le FPDR France appelle à « faire front, à résister contre l’apprenti dictateur et considère inéluctable une saisine du Conseil constitutionnel pour éviter une nouvelle forfaiture de Macky Sall. Trop, c’est trop. Il est du devoir de chaque Sénégalais de prendre ses responsabilités ».
Jeudi 5 Janvier 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :