Le FONGIP, un fonds pour combler le déficit de l'habitat au Sénégal.

Pour combler le déficit de 60 000 logements au Sénégal, l’État prévoit la construction d’au moins 15 mille logements par an selon Doudou Ka, Administrateur général du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP).


Il a fait cette déclaration dans un entretien à l’Agence de Presse Africaine (APA), au terme du séminaire sur le financement de l’habitat social organisé par le Réseau Habitat francophone, à Abidjan, en collaboration avec la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (BHCI) et la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI).

Il y a une demande de 60 000 logements au Sénégal. Pour résorber ce gap, le gouvernement a mis une politique importante de construction d'au moins 15 mille logements par an.

Il existe différents pôles de développement identifiés qui sont actuellement en train d'être aménagés avec des développeurs », a confié à APA, l'ingénieur des Ponts et chaussées, Doudou Ka, Administrateur général du FONGIP.

Le FONGIP est un fond de garantie et de refinancement de l'État sénégalais qui a mis en place un volet dédié à la question cruciale du logement.

« Nous avons mis en place récemment au Sénégal un fonds de garantie pour l'accès au logement surtout social. C'est dans ce cadre que nous sommes ici (Abidjan) pour échanger avec les différents partenaires et collègues du réseau'' a t il dit. 
Aussi, notre présence se justifie également par les échanges sur la mise en œuvre des programme ambitieux de nos gouvernements en matière de logement social, a-t-il par ailleurs ajouté.

Selon Doudou Ka, « l'économie du Sénégal est composée de 60 % d'acteurs informels qui ne sont pas éligibles à des crédits à longs termes. Il faut les rendre solvables. C'est ce que nous faisons à travers ce fonds qui les accompagne », a-t-il indiqué, soulignant ‘'des incitations fiscales en termes de TVA et autres''.

Outre les facilités d'accès à la propriété, au titre foncier (…), M. Ka plaide pour ‘'une politique de financement de l'acquisition''.

« C'est un sentiment de satisfaction, car nous sommes venus ici pour voir les bonnes pratiques, les expériences, des leviers pour atteindre nos objectifs nationaux et régionaux. Nous sommes heureux de voir que dans des pays comme l'Afrique du Sud, le Maroc, des expériences sont réussies. Nous pouvons nous baser sur ces bon exemples pour atteindre nos objectifs », conclu Doudou Ka.

Cette réunion d'Abidjan a regroupé de nombreux experts de différents domaines de la question du logement.

Le séminaire a souhaité entre autres que ‘'la part du budget des États de l'espace l'Union Économique et Monétaire Ouest Africaines (UEMOA) , la Communauté Économique et Monétaire des États de l'Afrique Centrale (CEMAC ) affectée au programme de l'habitat soit de 20 à 40 % du Produit Intérieur Brut (PIB).

La rencontre recommande aussi une meilleure adaptation du cadre réglementaire, un allègement fiscal et la mise en place des mesures incitatives en faveur de l'épargne pour le logement ‘'.

Source : Apanews
Lundi 30 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :