Le Colonel Abdoul Aziz Ndaw sort de son silence et dézingue Ibrahima Sène et les politiciens


Le Colonel Abdoul Aziz Ndaw sort de son silence et dézingue Ibrahima Sène et les politiciens
Nous l'avions perdu depuis un bout de temps. Lui, c'est le vaillant Colonel Abdoul Aziz Ndaw à qui Dakaractu avait rendu hommage au mois de juin dernier. Banni de la république pour avoir joué un rôle de lanceur d'alerte, le colonel Ndaw brise le silence à travers une réaction salée à Ibrahima Sène, membre influent et historique de la politique sénégalaise. Lisez plutot!
 
"Monsieur Sène, j’avais répondu à un de vos posts où vous m’avez cité et condamné (…)

Condamnez moi si vous voulez, mais demandez à vos amis de parti que je ne veux nullement citer ici comment ils m’ont connu et écouté sur mon cas. Comme dit dans mes livres, j’ai fait beaucoup pour ce pays avec ma tête et mon sang.

J’ai commandé des hommes et des femmes qui me respectent et m’honorent. Eux peuvent me juger et juger mes actes parce qu’ils me savent autoritaire mais juste, exigeant mais honnête, rigoureux mais paternel.

Ces six valeurs qui fondent l’autorité expliquent une carrière exceptionnelle et tous les honneurs qui ont jalonné une riche et exemplaire présence dans les Forces Armées Sénégalaises (42 ans).

J’ai écrit conscient et fidèle à des convictions des valeurs et un souci constant de servir l’état et la République.

Moi j’ai servi Senghor, Diouf, Wade et Macky et chacun m’a décoré pour services rendus à la Nation sans jamais mettre en péril les trois mots qui fondent mon engagement : Honneur, Gloire et Fierté. Ces mots n'ont aucun sens pour vous. Vous vous êtes allié aux socialistes et aux libéraux tout en restant un marxiste léniniste. Je ne vois nulle part la conviction ou l’éthique, mais un besoin inébranlable de profiter du système.

Beaucoup de personnes et des responsables m’ont invité dans votre domaine et la politique. Je ne me sens pas dans ce champ parce que je ne sais pas mentir ou me renier. Je suis un homme d’honneur ça ne veut pas dire que j’ai raison.

Je peux avoir commis des erreurs d’appréciation, des erreurs de jugement, des erreurs même d’objectifs, mais je n’avais d'autre but et de volonté que de servir et faire face à des dirigeants qui détruisent l’idéal d’hommes comme moi. C'est grave et très grave que des militaires cessent de croire à un idéal.

Les armées doivent rester un sanctuaire d’honneur et de sacrifice. Des hommes donnent leur vie pour cette raison. On est loin de la politique et des manipulations sociales.

Je dis à mon soldat d’avancer, il avance convaincu et déterminé parce qu'il ne doute pas de moi. Une balle le tue et je dis à un autre d’avancer et il n’hésite pas.
Tel n’est point le souci de personnes comme vous qui se renient journellement pour exister et profiter. Je ne suis pas un politicien. C’est le plus facile pour des intellectuels sans valeur qui par la parole et la plume sucent le sang de ce peuple depuis 60 ans en traversant selon leurs intérêts propres tous les régimes de ce pays.

C'est ça la différence entre vous (politiciens) et moi."

Colonel Abdoul Aziz Ndaw
 
Mercredi 28 Septembre 2016
Dakaractu




1.Posté par Yes le 28/09/2016 14:47
EUSKEY, MES RESPECTS MON COLONEL

2.Posté par barou le 28/09/2016 16:39
...il fait parti..des rares sénégalais que j’apprécie vraiment...lui ..le latif..Ciisé Lo...merci d'avance pour les insultes..

3.Posté par Damoclès Faye le 28/09/2016 17:39
bii moom dallneu

4.Posté par DEUGUE le 28/09/2016 17:41
MACHA ALLA


6.Posté par Sarre le 28/09/2016 19:03
A l etat actuel dea choses le Senegal a besoin d honnetes gens come vous mon colonnello bravo
Il est temps de se debarasser de ces profitards transumans qui ne viventi que di sangue des pauvres senegalais .ils sont sans convictions ni principes .Merci encore 1 fois mon colonbel

7.Posté par une senegalaise avertie le 28/09/2016 19:42
Merci mon Colonel

8.Posté par Moustpha LO le 28/09/2016 19:50
Merci Mon très chère colonel yew la sénégalais yi sokhla nite kou deugue la guiss té digne si bopame kougnoue respecter aussi li yalla gueune beugue mome ngaye déff Moye deugue.les politiciens comme ki ngye wakh amoul roussou kye wayé lii kouko lire dinga rousse

9.Posté par JAmbaar le 28/09/2016 20:15

10.Posté par dëgg la vérité le 28/09/2016 20:29
Merci mon colonel, vous êtes un homme d'honneur drapé dans votre dignité, contrairement à Ibrahima SENE que personne ne peut empêcher d'aller à Canossa

11.Posté par Caporal le 28/09/2016 20:40
Thioooooooooooooooooooooooooooo!!!!!!!! et ce n'est que le début du commencement, laissez le lion dormir, faites gaffe a son réveil, laaa il vient bailler, pas encore debout mais un oeil ouvert .

12.Posté par dëgg la vérité le 28/09/2016 20:45
Merci mon colonel, vous êtes un homme d'honneur drapé dans votre dignité contrairement à Ibrahima SENE que personne ne peut empêcher d'aller à Canossa

13.Posté par Papiis le 28/09/2016 21:26
Toujours le sens de l'honneur merci mon colonnel pour cette lecon

14.Posté par DIAWRIGNE le 28/09/2016 21:30
MON COLONEL, J'AI ENVIE D'APPLAUDIR ET JE VOUS APPLAUDIS. QUELLE BELLE RÉPONSE ! IL VA LA FERMER CETTE GIROUETTE.

VOTRE AMI ET SUBORDONNE DES ARMES LÉGÈRES AU M.INT

15.Posté par OG / SL le 28/09/2016 22:07
Quand un site trie ses interventions en ligne et s'attend à des balles de plomb sur le Cnel, c'est du bordel; pourquoi vous m'avez censuré alors que les idées émises reflètent la réalité ? DOMMAGE ! ! ! ! !

16.Posté par Sonar le 28/09/2016 23:15
Toutes mes felicitTions mon colonel . Vous méritez bien de la nation et ces marchands d'illusions aux gueules puantes ne sauraient entamer votre crédibilité . Vous venez de donner une belle leçon aux hommes politiques .ils occupent à longueur de journée les médiats avec des débats puérils qui n'apportent rien aux citoyens ni aujourd'hui ni pour la postérité .
Mes respects mon colonel !

17.Posté par nayde le 29/09/2016 10:38
MERCI MON COLONEL

18.Posté par Lucide le 29/09/2016 11:27
Waou!!! Il y est vraiment allé fort! Nos politiciens doivent arreter de se prendre pour ce qu'ils ne sont pas car il y en aura qui les remettront à leur place, et durement. Sène va te cacher un moment...

19.Posté par david le 29/09/2016 12:00
ouhhh reynako prrrrrrrrrrraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

20.Posté par Ibrahima , SENE PIT/SENEGAL/CDS le 29/09/2016 12:26
Pour une information juste et équilibrée sur cette réaction du Colonel Ndao, je vous reproduit ci dessous, l'intégralité des nos échanges sur la question qu'il a eu l'amabilité de compiler et de diffuser dans le NET.

Abdoulaye Aziz Ndaw
16 h ·
dakaractu.com
·
Je me suis expliqué avec Monsieur Ibrahima SENE, et nous avons échangé les civilités d'usage qui ont permis de remettre les pendules à l'heure. Volontairement je me suis éloigné des médias et du monde des buzz. Traitant de l'actualité, Monsieur SENE avait fait des commentaires et avait lié mon nom à deux personnes qui ont eu des chocs avec l'état et avait conseillé de ne pas suivre notre sacrifice pour rien. En tout cas, j'avais analysé ce post comme une condamnation et une volonté de justifier les sanctions que l'état a jugé nécessaire de prendre à notre encontre. Comme les premières lignes de mon livre justifiaient cette sanction, je ne pouvais accepter une deuxième fois une condamnation que la posture politique de l'auteur ne pouvait justifier. Par honnêteté et fidélité à mon serment, je mets sur ce post nos échanges qui ont permis des retrouvailles sans faille et même mes plates excuses pour avoir été excessif contre lui.

Ibrahima Sene Mon Colonel, c'est aujourd'hui seulement que je viens de relire votre commentaire que je juge excessif de la mention de votre nom auprès de celui du Commissaire Keïta, pour demander a Sonko de ne pas augmenter le nombre de d'agents de l'Etat, sacrifies pour avoir divulgués des faits relevant de leurs fonctions. Je suis donc étonné de lire que je vous aurais " condamne" alors que mes amis de Facebook peuvent témoigner des textes que j'ai écrits pour défendre publiquement votre cause. C'est vrai que je n'ai pas lu tous vos livres, mais le peu que j'en ai lu m'avait donné la conviction d'avoir affaire à un " homme d'Etat" qui avait pleinement conscience des sanctions qu'il encourait en faisant certaines révélations mettant en cause nommément de hautes personnalités, et qui malgré, avaient décidé de les affronter dignement pour donner sa part de vérité et rester quitte avec sa conscience. Vous n'avez pas hésité à jeter le pavé dans la marre de manquements dans la " grande muette" malgré tous les risques disciplinaires et judiciaires que cela allait vous faire courir. Une telle opinion que j'ai eue de votre attitude, ne me permet pas de vous " condamner". Alors sur quoi vous vous fondez pour considérer que je vous ai condamné? Pour ce qui concerne mon éthique et mon engagement communiste, je prends ce que vous en dite comme la manifestation de votre colère contre moi sur des bases qui heureusement ne reposent sur rien. Je n'ai jamais porté de jugement sur vous, mais j'ai grandement admire et commente votre courage.
J’aime · Répondre · 2 · Hier, à 11:17

Abdoulaye Aziz Ndaw
Abdoulaye Aziz Ndaw Monsieur Sene il se peut que j aie mal lu votre post ou que je l ai pris comme une condamnation. Comme je l ai affirmé vous n avez pas lu mes livres. Je vous invite à les lire en les achetant bien sûr. Il y en a même un troisième qui traite de la sécurité. Apres les avoir lu vous pourrez efficacement travailler à maintenir nos forces armées dans un sanctuaire d honneur et de sacrifice. Je vous remercie de m avoir fait découvrir que la passion tue l analyse et crée l excès. Nous sommes ensembles pour un Senegal meilleur et personne ne détient la vérité. Merci
J’aime · Répondre · Hier, à 14:09 · Modifié

Ibrahima Sene Eh bien merci Colonel pour cette réaction que j'apprécie profondément. Des gens mal intentionnés peuvent toujours interprètes de travers les propos d'autrui et y persister. Jamais il m'est traversé l'idée de vous traiter " a la limite d'irresponsable" comme des adversaires politiques ont essayé de faire passer ma référence à vous et au Commissaire Keïta pour attirer l'attention de Sonko. L'essentiel pour moi, c'est d'avoir lève ce quiproquo. Pour l'achat de vos livres, je m'y employerai, pour mieux saisir les problématiques que vous soulevez et qui sont hors de ma portée et de mes activités professionnelles, syndicales et politiques. Ce serait donc pour moi une opportunité pour s'ouvrir dans votre " monde" de la grande " muette" que les hommes politiques, et les intellectuels de la Societe civile ont toujours évité d'aborder, sous prétexte de sa " sensibilité extrême". Encore une fois merci, avec l'espoir de vous rencontrer un jour.
Je n’aime plus · Répondre · 1 · 9 h

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :