DAKARACTU.COM

Laser du lundi : La grenade dégoupillée du commissaire Keïta (Par Babacar Justin Ndiaye)

Laser du lundi ,Retrouvez chaque Lundi matin sur Dakaractu la chronique politique de Babacar Justin Ndiaye, Analyste politique et social .


Laser du lundi : La grenade dégoupillée du commissaire Keïta (Par Babacar Justin Ndiaye)
DAKARACTU.COM - La grenade dégoupillée par le commissaire Keïta n’est pas défensive. Elle est particulièrement offensive et…pivotante. Par voie de conséquence, elle va déchiqueter le voltigeur Keïta lui-même, pulvériser les cibles choisies et non choisies (toute une cohorte de commissaires) et ravager une institution névralgique de l‘Etat (la Police) logée dans le très stratégique ministère de l’Intérieur.

Quels que soient les ressorts et les motivations du rapport très explosif pondu par l’ex-patron de l’Ocrtis (carrière non couronnée de succès, foultitude de frustrations, soif de règlements de comptes, machination politiquement téléguidée etc.), bonjour le parfait dynamitage de pans entiers de l’image précieuse et irremplaçable du Sénégal.

Concrètement, Dakar sera – si un vigoureux coup d’arrêt et une averse de sanctions n’interviennent pas – logée à la même enseigne que Bissau, la Babylone ouest-africaine de la drogue, régentée par l’Amiral Americo Gomez alias Bubo Na Tchutcho (embastillé aux USA) et le Général Antonio Njaie terré en permanence au siège de l’Etat-major des armées guinéennes.

Une collusion mafieuse et corruptrice entre policiers gradés et trafiquants invétérés de drogue, même limitée et circonscrite, est malvenue dans un pays qui – suprême privilège – a été choisi, parmi et au détriment d’autres Etats de la sous-région, pour abriter le siège du Bureau régional de l‘Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC).

A l’échelon subalterne et opérationnel, le moral de la troupe sera professionnellement au talon. En effet, l’agent de police imbu d’éthique aura sûrement des états d’âme, en mettant aux arrêts la veuve de Pikine qui écoule illégalement trois cornets de chanvre indien pour survivre; et en épargnant le grand dealer des villas cossues des Almadies, totalement en collusion avec sa hiérarchie.

Bref, le spectre de la déflagration est si potentiellement large, que la crédibilité et la fiabilité de notre Etat sont d’ores et déjà mises en équation. Voire sur le point de tomber en ruines. Une perspective qui ne manquera pas de muer la bonne gouvernance en gestation dans les discours, en une gouvernance mafieuse en éclosion avancée.

L’urgence et l’impératif conjugués commandent donc d’appliquer un remède très énergique contre cette plaie purulente qui enlaidit et déstructure la Police. Un remède de cheval et non un traitement de surface aux vertus purement cosmétiques : on ne guérit pas le cancer avec une tasse de tisane.

Ce qui exige d’aller au-delà de l’enquête interne, classique et préalable de la Direction de l’Inspection des Services (DIS) en embrayant vigoureusement sur l’information judiciaire ouverte par le Procureur. Et pourquoi pas, en faisant vider l’abcès par une commission d’enquête parlementaire. Car, la réputation du pays (notre image est notre pétrole) est grandement en jeu.

Dans cette optique, le salut de l’institution policière passe par la prise de mesures conservatoires comme la démission – acte volontaire, honorable et valorisant – du Directeur Général de la Police ou une mesure suspensive (avec droit au salaire et possibilité de retour du commissaire Abdoulaye Niang dans ses fonctions), après la manifestation de la vérité.

C’est d’autant plus sain et judicieux que le successeur de Codé Mbengue, demeure visiblement atteint et touché comme une frégate qui a reçu un missile air-mer sur le pont. Lors du départ pour Bamako, du contingent de policiers sénégalais mis à la disposition de CIVPOL MINUSMA, le très solide Abdoulaye Niang trébuchait sur les mots de son discours. Pathétique preuve que sa dignité d’homme et son honneur de chef sont réellement blessés.

C’est dire combien l’effacement provisoire ou prolongé de l’actuel Directeur Général de la Sureté nationale (DGSN) aura le mérite de faciliter le travail de l‘équipe des enquêteurs de la DIS conduite par le commissaire Boye. Car il n’est pas psychologiquement commode pour les collaborateurs du DGSN d’interroger ce dernier. Même si les policiers-enquêteurs ne sont pas quotidiennement sous les ordres d’Abdoulaye Niang, il est clair que tous ceux qui portent l’uniforme et l’insigne de la Police, dépendent peu ou prou de la Sureté nationale.

Moralité : quand la flicaille – si douée et rouée contre les voyous – flingue la flicaille, les tirs sont si obliques et odieux que la guerre fratricide se transforme en une foire aux coups fourrés. Dans le tohu-bohu et le craquement, c’est Jean Collin qui se retourne dans sa tombe. Lui, le père de la modernisation de l’institution, qui croyait que l’arrivée des vagues d’universitaires dans la Police, allait engendrer la crème et évacuer la lie.




Lundi 22 Juillet 2013
Notez


1.Posté par pape gueye le 22/07/2013 04:00
President Macky warna yengou ci probleme bou bakh, nakh Lu yemé la ci reeww bou policiers di confrontéwou sene biir!

2.Posté par Oumar le 22/07/2013 05:10
Justin, il est plus agréable de t'écouter plutôt que de vous lire mais comme vous dites ça va chauffer dans les heures qui viennent.
Pour moi c'est le vrai test grandeur nature (même plus exigeant que la traque des biens mal acquis) que Macky aura a faire face devant le peuple pour montrer qu'il est pour un état clean et soucieux de l'intérêt général.

3.Posté par A.M.GNINGUE le 22/07/2013 07:37
Cette série de "Lasers du Lundi" s'avérera un sublime Recueil de Poésie démocratique.Justin est un poéte de la République,qui illustre l'intelligence sénégalaise.L'Afrique renaissante appelle des Justin dans tous les domaines;une belle plume, c'est une denrée rare qu'il convient de respecter à l'échelon national aux fins d'un respect de l'Afrique à l'échelon international.Bravo à Dakaractu et à Justin Babacar pour cette Trouvaille "Laser" intellectuellement opportune!

4.Posté par Le Parmenide le 22/07/2013 07:55
On peut bien se passer de metaphores guerrieres pour dire ce dont il s'agit ou de speculations sur les mesures qui vont tomber.

Apres que l'image de la Police ait ete ternie a ce point, il ne convient que de ravaler la facade a grande eau. Tous ceux qui de pres ou de loin sont cites dans cette affaire devraient quitter non pas seulement les postes qu'ils occupent mais la profession ou ils n'ont plus moralement leur place.

Quand un policier est en cheville avec le milieu des trafiquants de drogue, on n'est plus dans la normalite mais dans la forfaiture intolerable dans une republique qui se veut exemplaire

5.Posté par BAYE MAMA le 22/07/2013 08:04
Tres objective comme analyse.Notre presse devrait se faire former par des gens comme ce Justin. Quand on le lit on sent qu'il s'y connait.

6.Posté par Leuk le 22/07/2013 09:37
Comme l'a dit quelqu'un plus haut Justin est beaucoup plus agréable à écouter qu'à lire. Quand on retire toutes les métaphores guerrières et les artifices pédants de l'article, on ne se retrouve plus avec grand chose.

Pourquoi pas une chronique vidéo BJN ?

7.Posté par tous corompus le 22/07/2013 11:36
Ces policiers sont tous corrompus. Depuis l'agent de la circulaire qui perçoit indument de l'argent des pauvres chauffeurs. Personne ne dit rien. C'est une police indigne qui ne veille plus sur la sécurité des citoyens. Il n y a plus de ronde de la police la nuit, par contre la police de la circulation veille dans certaines villes jusqu'au petit matin pour raquetter les sirous man qu'ils connaissent bien. D'autres femmes de nuits sans carnet sanitaire ont toujours le numero d'{un ami policier@ qui protège leur activité illicite. Ce scandale est un secret de Polichinelle. HONTE A NOTRE PEAULISSE NATIONALE

8.Posté par Jean le 22/07/2013 11:41
Bravo Justin toujours égal a lui même mais il est plus agréable de l’écouter que de le lire A Dakaractu: pourquoi pas une chronique en vidéo c'est plus agréable...

9.Posté par vince le 22/07/2013 12:13
Twitter
C'est la grande mafia dans la police, le rapport du commissaire keita en dit long...

10.Posté par DEUG REK le 22/07/2013 12:39
En réalité, les Universitaires ont pu créer la crème dans la police car même les Agents simples de la police sont bacheliers ou licenciers mais il y a des brebis galeuses en son sein, notamment les Agents de police titulaires simplement du certificat d'étude et qui par la chance inouie découlant des concours professionnels, parviennent à devenir Inspecteur, Commissaire de police ensuite. Ces Commissaires de police maitrisent parfaitement le job mais il leur manque une dimension intellectuelle quand il s'agit de prendre certaines décisions cruciales.

11.Posté par ndiaye le 22/07/2013 13:09
LE MOUVEMENT CAAMES SERA BIENTÔT LANCE

12.Posté par Awaly Sall Dr le 22/07/2013 13:22
c'est bizarre, un missile air-mer sur le pont d'une frégate !
un grand amuseur ce faux érudit à analyses indigentes
il devait aussi parler de comment la drogue vient de Bissau
il y'a aussi l'Armée, la Douane et la Gendarmerie
SUR LE CHEMIN ET CA PASSE !
Ca mérite des explications, ce miracle !

13.Posté par doulaye le 22/07/2013 14:09
Babacar justin Ndiaye tu es une richesse pour la jeunesse. c'est je vous propose de faire des émissions à la radio ou à la télé chaque semmaine sur un thème politique

14.Posté par Deugg gui le 22/07/2013 15:42
Le phénomène de corruption qui gangrène le pays a atteint un degré tel qu'il se légalise maintenant : la revendication des greffiers pour un fonds commun est du même ordre. La douane comme tous les agents du ministère des fiances ont leur fonds commun, survivance d'une gouvernance coloniale dans laquelle se sucrer au frais de la princesse était la règle. Pourquoi pas eux?

Les policiers dans les commissariats ont leur caisse, les gendarmes aussi, rappelez la bataille de territoire qu'il y avait entre eux au croisement Keur Massar dont l'enjeu était le contrôle de la noria des camions de sable...

Le comble, c'est quand les vigiles s'organisent pour prendre leur part du gâteau à l'occasion du paiement des allocations d'aides et de bourses aux étudiants...

15.Posté par je@moi.sn le 22/07/2013 18:00
Sauf qu'il confond DGPN (Direction Generale de la Police Nationale) et DGSN (Direction Generale de la Sureté Nationale). Abdoulaye Niang est DGPN et non DGSN (une sous direction de la DGPN)

16.Posté par BOUNKATAB le 22/07/2013 21:50
SI BABACAR JUSTIN NDIAYE AVAIT BIEN LU LE RAPPORT DU COMMISSAIRE KEITA, IL N'ALLAIT PAS S'EMOUVOIR DE CETTE FACON ET PONDRE CE LASER AFFOLANT.LE RAPPORT EST VIDE ET AERIEN.INSUFFISANT POUR IMPLIQUER QUI QUE CE SOIT DANS UN TRAFFIC DE STUPEFIANTS.VOILA DONC UN RAPPORT AMPLIFIE PAR LA PRESSE ET QUI SECOUE LE GOUVERNEMENT,QUI NE PRECISE NI L'IDENTITE DES POLICIERS RIPOUX, NI CELLE DES TRAFIQUANTS.VOILA DONC UN COMMISAIRE , CHEF D'UN SERVCE ANTI STUP, MIS AU COURANT D'UN DEAL QUI NE MONTE AUCUNE OPERATION POUR ARRETER LES DELINQUANTS.CE RAPPORT DEVAIT SERVIR PLUTOT A SANCTIONNER SON AUTEUR POUR INCOMPETENCE.

17.Posté par senegal le 23/07/2013 19:11
pfff justin avant de parler faut réfléchir aux conséquences

18.Posté par Bravo Justin le 26/07/2013 14:12
Bravo Justin, on refuse de publier mon commentaire que j'ai dû réécrire 3 fois, commentaire qui ne comprend pourtant aucune insanité, aucun propos injurieux ni discourtois et qui n'enfreint aucune des conditions générales d'un site.

Il a juste la faiblesse de ne pas chanter les éloges de Mr Ndiaye qui ne résiste pas à faire usage de mots grandiloquents pour masquer l'indigence de son analyse.

Belle preuve d'ouverture d'esprit!

19.Posté par ADJA le 26/07/2013 17:56
nous voulons avoir l émission en audio svp ou mm en video pourkoi pas



Dans la même rubrique :