Larossi Abballa connaissait ses victimes

Larossi Abballa, l'homme qui a assassiné les policiers français Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider lundi soir à leur domicile de Magnanville (Yvelines), a laissé entendre au Raid qu'il connaissait le commandant, rapporte jeudi le quotidien Libération. L'individu a précisé que le policier était venu chez lui auparavant.


Larossi Abballa connaissait ses victimes
Lundi soir, alors que terroriste est retranché dans la maison de ses victimes, l'unité d'élite tente de cerner ses motivations.



L'homme de 25 ans, qui vient de poignarder à mort Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, se trouve alors seul avec leur enfant de 3 ans. Au milieu d'échanges stériles quant à sa possible reddition, Abballa prononce cette phrase: "Il était venu chez moi, maintenant c'est moi qui viens chez lui".

Cette tirade pourrait confirmer ce que certains enquêteurs pressentent depuis le début, à savoir que Larossi Abballa a consciencieusement choisi ses victimes en raison d'un contentieux personnel antérieur, précise Libération. Recoupée par plusieurs sources policières, la phrase énoncée au Raid par le terroriste n'apparaît cependant pas dans le dossier à ce stade.
Jeudi 16 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :