Lancement de la seconde phase de Teledac : Vers un accroissement du taux d’enrôlement des dossiers dans la plateforme


Le ministre en charge de la promotion des investissements, des partenariats des téléservices de l’état, Khoudia Mbaye a lancé cet après-midi la nouvelle plateforme Teledac (télé demande d’autorisation de construire) intégrant les nouvelles dispositions de l’acte 3 de la décentralisation.
A la faveur de l’entrée en vigueur de l’acte 3 de la décentralisation, Cheikh Bakhoum, Directeur de l’ADIE,  fait savoir que Teledac est entré dans une nouvelle phase de maturité et d’ouverture. « Les nouvelles mutations prises en compte se sont traduites par l’élargissement de son périmètre d’application  à travers l’accroissement du nombre de procédures couvertes et de nouvelles applications intégrées dans la plateforme », dira-t-il.
« L'implémentation de ces adaptations répondait à un besoin de cohérence, elle a en même temps offert l’opportunité de pérenniser les acquis de la première phase qui avait donné entière satisfaction en termes de résultats attendus », ajoutera t-il.
En effet, l’acte 3 de la décentralisation confère aux anciennes communes d’arrondissement et aux sous-préfectures les prérogatives de signature et d'approbation des autorisations de construire.
Cette nouvelle donne, selon Cheikh Bakhoum, Directeur du Teledac, introduit 62 nouveaux acteurs, à savoir 52 mairies et 10 sous- préfectures, ce qui selon lui, « va contribuer à accroitre de façon significative le taux d’enrôlement des dossiers dans la plateforme en raison de leur proximité avec les usagers. »
Khoudia Mbaye, ministre en charge de la promotion des investissements, des partenariats des teleservices de l’état, a indiqué qu'avec le lancement de la phase 2 du Teledac, « on change de dimension et « évidemment cette étape va contribuer à réduire les délais, un des objectifs importants de cette procédure et promouvoir le culte de l’efficacité et de la transparence. »
« C’est un dispositif qui doit être généralisé vers la e-administration et il est important, sur l’échelle d’un territoire, que la région de Dakar soit couverte et que tous les acteurs travaillent en synergie », dira Khoudia Mbaye.
« Nous devons travailler à accélérer le processus pour que la phase au niveau de Dakar finisse et que l’on se dirige vers la généralisation de cette procédure. »
Depuis le lancement de la plateforme, plus de 4 000 dossiers de demande d’autorisation de construire ont été traités dans la région de Dakar.
Jeudi 28 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :