Lamine Diouck, responsable PS : " Dans notre offre politique de 2012, avec la coalition BENNO AK TANOR, on retrouve à une nuance près, les mêmes points proposés dans le projet de réforme "


Lamine Diouck, responsable PS : " Dans notre offre politique de 2012, avec la coalition BENNO AK TANOR, on retrouve à une nuance près, les mêmes points proposés dans le projet de réforme "

Lamine DIOUCK, vous êtes le Responsable du pôle stratégie et discours de la cellule de communication du Parti Socialiste et par ailleurs Secrétaire Général de la coordination de Tivaouane, après les événements du samedi passé et la sortie de certains responsables du PS, on peut dire que vous ne parlez plus le même langage?

D’abord pour les événements déplorables dont vous faites allusion, il faut dire qu’ils sont regrettables et je les condamne fermement. J’espère que les responsables seront identifiés. Ce qui s’est passé, ce ne sont ni nos valeurs, ni nos principes. La camaraderie que nous véhiculons nous interdit d’avoir certains comportements. La violence n’a jamais triomphé en politique. C’est l’arme des faibles qui n’ont pas d’arguments pour convaincre. Et je reste persuadé que ces nervis d’une autre génération ne sont pas des militants du parti. Car insulter son camarade et détruire la maison du Parti n’honorent aucun socialiste.

 

Maintenant de quoi s’agit- il exactement ? Notre parti doit se prononcer sur un projet de réforme. Il se trouve que sur les 15 points proposés, 13 sont tirés des conclusions des assises nationales et de la CNRI. Mieux, dans notre offre politique de 2012, avec la coalition BENNO AK TANOR, on retrouve à une nuance près, ces mêmes points. On peut donc dire, en tant que socio-démocrates, c’est-à-dire réformistes par essence, que nous nous retrouvons dans ce projet.

 

Mais si tel est le cas, pourquoi des responsables, et pas les moindres, appellent à voter NON ?

 

A mon avis, ils se trompent d’élection. Ils peuvent être contre, mais une fois que le débat est posé au sein des instances exécutives et que le Parti donne sa position, chaque responsable doit s’y conformer. C’est cela être socialiste, c’est cela être militant. Mais comme vous pouvez le constater, nous avons un parti démocratique ; et c’est ainsi dans toutes les grandes formations du monde. Nous ne cherchons pas l’unanimité. Mais tout débat contradictoire doit se faire à l’intérieur de nos instances et selon des règles démocratiques.

 

Nous n’accepterons plus que des gens, sortis de je ne sais pas où, attaquent gratuitement notre Secrétaire Général. Trop c’est trop. Et ils sont allés loin. Désormais qui s’attaquera à Ousmane Tanor Dieng nous trouvera sur son chemin. Si on regarde les sorties des leaders politiques, ces derniers moments, on mesure toute la chance que nous avons, nous socialistes, d’avoir comme responsable, Ousmane Tanor Dieng. Il n’est ni dans des manipulations, ni dans des combines encore moins dans des manœuvres politiciennes. En tout cas, nous qui avons la chance de l’avoir doublement comme responsable, au niveau régional et national, on ne peut qu’être fiers de lui et de son comportement exemplaire et républicain.Et croyez-moi, si le bureau politique de samedi s’était tenu à Tivaouane ou à Thiès, on aurait eu un autre spectacle.

 
Maintenant, je m’adresse au politologue que vous êtes, est-ce qu’avec la radicalisation de certains responsables du PS et l’unité du front de l’opposition, le NON ne risque-t-il pas de l’emporter le 20 mars ?

Le OUI l’emportera largement. Vous savez, les Sénégalais ont une maturité politique éloquente. On ne peut pas les manipuler aussi facilement. Ce front du NON n’a aucun argument si ce n’est créer un « wax waxeet » qui est d’ailleurs leur marque déposée. Ils jouent sur l’intox, la manipulation et la divulgation de contre-vérités. Encore une fois ils se trompent d’élection. Ce projet de réforme est une réforme consolidante qui renforce notre constitution. Ce n’est ni une élection de Benno Bokk Yakaar, ni de l’APR encore moins celle de Macky Sall. Il s’agit de ce que nous avons tous en partage et qui symbolise la colonne vertébrale de nos institutions. Elle transcende toutes les positions partisanes. C’est un acquis qu’il faut accepter et pour cette raison les Sénégalais voteront OUI.

La Tribune 

Vendredi 11 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :